Directeur financier de la maison civile du chef de l’État dément l’information du détournement de 2 millions de dollars et dénonce le complot de la famille Présidentielle

Le Direccteur financier de la maison civile du chef de l’État arrêté Depuis le 8 juin dernier, dénonce ce qu’il qualifie de complot que mène la famille Présidentielle contre sa personne. Il dément cette information qui était aussi publier dans notre site-d’information  lui attribue le détournement de 2 millions de dollars.

Pour le Directeur financier Mwambi, il s’est présenté personnellement,
accompagné de ses deux conseils, à l’Office du Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gambe pour démontrer que toutes les dépenses ont été initiées et décidées par le feu Mgr Gérard Mulumba, ancien Chef de la Maison civile, et que lui n’avait qu’exécuter fidèlement ses Instructions avec preuves à l’appui.

Il se dit être étonné après une brève audition, et en dépit de sa disponibilité à coopérer avec la justice, il a été curieusement placé le même jour sous Mandat d’Arrêt Provisoire (MAP) sans aucune justification et avant même d’être confronté à qui que ce soit. et seulement sept (7) Jours après qu’il a été présenté en chambre du conseil en violation de l’article 28 alinéa 5 du code de procédure pénale;

Voici la mise au point faites par son conseil.

1. Juste après le décès inopiné de Monseigneur Gérard MULUMBA, ancien Chef de la
Maison civile du Chef de l’État, il a fait l’objet d’accusation infondée de la part de certains
agents de la Maison civile et membres de la famille présidentielle, de détournement des
sommes d’argent imaginaires et sans preuve;
2. Le 02 mai 2020, il fut brutalement arrêté à sa résidence en présence de sa femme et
ses enfants, par un groupe de militaires armés de la garde républicaine, sans mandat de
justice, et conduit au Commissariat provincial de la Police Nationale Congolaise/Ville de
Kinshasa (lP /Kin). li y a été détenu jusqu’au 13 juin, sans être auditionné sur procès-
verbal, puis libéré sans notification d’une quelconque charge, et ce en violation des
articles 17, 18 et 19 de la Constitution de la RDC ;
3. Le 14 mai, il a été convié à une réunion par deux membres de la famille présidentielle,
à laquelle il avait répondu à leurs questions portant sur la gestion des fonds alloués à la
Maison civile et gérés sous l’autorité de feu Mgr Gérard Mulumba ;
4. Le 18 mai, vers 16 heures, alors qu’il se rendait chez lui à bord du véhicule de
service, un groupe de militaires s’étaient interposés brutalement avant d’enjoindre son
chauffeur de s’arrêter avant de ravir ledit véhicule et repartir avec sans fournir aucune
explication;
5. Le 29 mai, alors qu’il se trouvait en retraite en dehors de sa résidence, un groupe
d’une dizaine de militaires avait assiégé sa résidence, à partir de 4 heures du matin, au
motif qu’ils avaient l’ordre de l’arrêter et l’acheminer devant leur commandant;
6. Le 30 mai, il a saisi le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe,
par le biais de son Conseil, suivant la lettre n° 006/AV/88/2020 pour dénoncer sa première arrestation et détention illégale durant onze (11) jours à l’lP /Kin, les
intimidations et la menace de son arrestation illégale, lui transmettre le rapport
financier détaillé plus 375 pièces et demander qu’il lui soit assuré le droit à la défense
ainsi que sa sécurité physique et psychologique;
7. Le 04 juin, d’autres militaires s’étaient encore présentés chez lui, toujours sans
mandat de justice ;
8. Le 08 juin, comme certains membres de la famille présidentielle faisaient courir
contre lui des rumeurs qu’il s’était en fuit, il s’est présenté personnellement,
accompagné de ses deux conseils, à l’Office du Procureur Général près la Cour d’Appel de
Kinshasa/Gambe pour démontrer que toutes les dépenses ont été initiées et décidées
par le feu Mgr Gérard Mulumba, ancien Chef de la Maison civile, et que lui n’avait
qu’exécuter fidèlement ses Instructions avec preuves à l’appuie.

9, Après une brève audition, et en dépit de sa disponibilité à coopérer avec la justice, il a été curieusement placé le même jour sous Mandat d’Arrêt Provisoire (MAP) sans aucune justification et avant même d’être confronté à qui que ce soit. et seulement sept (7) après qu’il a été présenté en chambre du conseil en violation de l’article 28 alinéa 5 du code de procédure pénale;

10. M. Célestin MWAMBI dément les informations de détournement de 2.000.000 USD (deux millions de dollars américains), lui imputés méchamment. et qu’en réalité on ne veut plus de sa présence à la Maison Civile du Chef de l’Etat;

11. Il rappelle qu’il a servi loyalement feu Mgr Gérard Mulumba, durant plus de 30 ans, dans le diocèse de Mweka dans la province du Kasaï, avant qu’il ne lui confie ses charges actuelles à la Maison Civile du Chef de l’Etat;

12.11 fait confiance à la Justice de son pays. Pour Célestin MWAMBI KAMULETE, Son Conseil,

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?