Felix Tshisekedi classe le Projet de Bukangalonzo dans le lot des coulages des ressources publiques,Matata Ponyo devient insomniaque

Le projet bukanga lonzo fait perdre à l’ancien premier ministre Matata Ponyo son bon someil.Tout a commencé en 2013, le Gouvernement congolais eut procédé à un diagnostic du système de production agricole en RDC. Quelques problèmes furent identifiés, notamment la baisse drastique de la production agricole, la dépendance accrue aux importations, surenchère des prix des produits importés, déficience nutritionnelle par provinces, etc.

Et ce fut le 20 Février 2014 que le Gouvernement de la RDC eut signé un contrat avec la Société Sud-Africaine AFRICOM COMMODITIES ltd pour la gestion quotidienne du Parc Agro Industriel de Bukanga Lonzo. Plusieurs productions furent alors attendus : maïs, soya, haricot, manioc, pomme de terre, arachides, tomates, oignons, poulets, etc.Le gouvernement eut débloqué un premier montant de 92 293 337 US $ .

Trois ans après, en 2017, tous les indicateurs furent au rouge. Rien ne marchait. Bukangalonzo ne produisait rien. Le Ministère des Finances fait appel à la firme Ernest and Young pour diligenter un audite. L’audit met en lumière quelques lacunes sur la mise en ouvre du projet.

D’entrée de jeu, les auditeurs mettent en lumière le caractère opaque de la signature du contrat au mépris de la Loi régissant les marchés publics en RDC.

Le contrat signé avec la société AFRICOM COMMODITIES Ltd était de gré à gré pour un montant global de 150 millions de dollars, violant ainsi la loi sur la passation des marchés en RDC.

Sur le marché international ; les critères de sélection des fournisseurs d’équipement n’étaient pas documentés ni détaillés ; l’absence de grand livre de comptes des fournisseurs pour raison de confidentialité ; l’absence d’application informatique pour la gestion des achats locaux ; les demandes d’achat en provenance de Kinshasa sont suivis par les réseaux sociaux « Whatsapp »  et non à l’aide d’un logiciel approprié ; les critères d-acquisition des biens ne sont pas définis dans le manuel de procédure ; les lieux d’acquisition des biens sont déterminés par le Financial Manager sur base de son expérience.

alors Dans leurs rapports, les auditeurs ont relevé l’existence des paiements effectués directement à des tiers pour lesquels les évidences probantes et appropriées ne sont pas encore produites par le Ministère des Finances.  Ils ont identifié des paiements en faveur d’AFRICOM COMMODITIES Ltd de 4 800 000 000 Fc et 29 295 000 Fc équivalent respectivement à USD 5 172 688 et USD 31 662. Les auditeurs ont obtenu le swift de la transaction de 4,8 milliards de FC soit 4 800 000 USD. Le second montant en CDF a été enregistré dans les livres du partenaire AFRICOM COMMODITIES Ltd pour 30 000 USD, soit une différence non significative de 1 652 USD.

Après analyse de ces deux paiements, les auditeurs ont estimé que la route d’accès au Parc Bukanga Lonzo n’a pas été gravillonné, le coût unitaire de la deuxième facture est trop élevé en le comparant à celui de la première facture. Ensuite, aucun contrat n’a été signé pour l’exécution de ces travaux, le contrôle technique des travaux sur la route par les experts de l’Office de Route ou de l’Office des Voiries et Drainage n’a pas été effectué. La destination des recettes du projet Bukanga Lonzo n’a été identifié.

jusqu’aujourd’hui,personne n’a été déféré à la justice pour justifier la somme débloquée.

Et dans son discours de la célébration du 30 Juin de l’indépendance,le président de la république a dit:

Je souhaite que l’expérience douloureuse révélée au cours du procès en
rapport avec le Programme des 100 jours tourne définitivement la page
de la longue série de projets et programmes qui, à travers l’histoire, ont
donné lieu à d’importants coulages des ressources publiques en toute
impunité.Je pense notamment au Projet de Bukangalonzo, aux multiples cessions
d’actifs miniers, aux projets de construction d’infrastructures routières,
aéroportuaires et j’en passe. Le défi du Congo, le défi du peuple congolais,
c’est de sortir de la répétition pour s’inventer un destin. A tout prix, nous
devons y parvenir et nous allons y arriver.
J’appelle le gouvernement de la République à engager des réformes sur
l’ensemble de la chaine de la dépense, afin que nos ressources publiques
soient désormais mieux préservées et mieux utilisées.

 

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?