Mois : juillet 2020

Lualaba : La société civile salue la suspension provisoire de la démolition des maisons au tour du barrage Busanga

Dans un communiqué de presse rendu public ce vendredi 31 juillet 2020, Onze organisations de la
société civile congolaise saluent la suspension provisoire de démolition des
maisons dans les villages au tour du barrage hydroélectrique de Busanga, dans la
province du Lualaba.

A la suite de la lettre ouverte de ces Onze organisations de la société civile congolaise, adressée au Ministre provincial de l’intérieur et de la sécurité de la province du Lualaba en date du
25 juillet 2020, une réunion tripartite entre le Ministère provincial de l’intérieur et de la sécurité,
l’entreprise SICOHYDRO et la société civile regroupée au sein de la dynamique « Mwangaza » et la
LINAPEDHO a été organisée mercredi 29 juillet 2020 à Kolwezi, chef-lieu de la Province du Lualaba.

Les organisations signataires du présent communiqué remercient le Gouvernement Provincial du
Lualaba, à travers le Ministère Provincial de l’intérieur et de la sécurité, et saluent son ouverture pour
le dialogue entre parties prenantes. Cette réunion a permis notamment d’obtenir la suspension
provisoire du délai pour la démolition des maisons aux villages Kamalenge, 48 heures, Monga Luboza
et Wafinya.

« Cependant, nos organisations notent qu’en dépit du dialogue engagé, il n y a pas jusque-là, une
solution satisfaisante pour les communautés impactées par le projet Hydroélectrique de Busanga et
souhaitent rencontrer le Ministre la semaine prochaine avec une feuille de route de la société civile
et des communautés impactées en vue de se mettre d’accord sur les conditions de sortie de crise, souligne le communiqué.

Par ailleurs, il est essentiel de souligner qu’un délai supplémentaire d’une semaine, a été donné pour
vider les litiges relatifs au processus de délocalisation. »Nos organisations estiment qu’il est nécessaire
pour la société SICOHYDRO et l’Etat congolais de vider préalablement les diverses réclamations des
cultivateurs ainsi que des propriétaires des maisons concernées et ce, avant toute initiative allant dans
le sens d’expulser les communautés impactées.

« Nos organisations rappellent enfin au gouvernement provincial du Lualaba, qu’Il est du devoir des
pouvoirs publics de protéger et de défendre non seulement les investissements privés et publics, mais
aussi et surtout, les droits des populations congolaises », conclut ledit document parvenu à la rédaction de Replik.cd.

Edoba

Kasaï Central: Les structures féminines en atelier sur les VBG à Kananga

Depuis ce vendredi 31 juillet 2020, les organisations féminines de la société civile du Kasaï Central participent à un atelier de renforcement des capacités en matière de lutte contre violences basées sur le genre, le plaidoyer, le monitoring et le circuit de référencement des cas.

C’est l’organisation non gouvernementale femme main dans la main pour le développement du Kasaï qui organise ces assises de 3 jours dans la salle CEICA, avec l’appui financier de L’UNFPA.

A en croire la secrétaire exécutive de FMMDK, structure organisatrice de cet atelier, l’objectif est de fédérer les énergies pour contribuer efficacement à la lutte contre ces pesanteurs qui touchent à la dignité des femmes dans une région où plusieurs femmes ont été victimes des violences de tous genres pendant les atrocités du phénomène Kamuina Nsapu dans la région du Kasaï, particulièrement au Kasaï Central.

Nathalie Kambala Luse, secrétaire exécutive de FMMDK qui s’est confiée à Replik.cd ce jour indique qu’il sera également question de découvrir qui fait quoi, où et comment, en vue d’orienter les actions à mener pour aider les survivantes de violences sexuelles et celles basées sur le genre.

Il convient de rappeler que cet atelier pourra se clôturer le dimanche 2 Août prochain.

P.L.M Tshitenge

Kasaï central : LYREC en séance de travail avec le gouverneur a.i.

Dans la salle des réunions du bâtiment administratif, le gouverneur était accompagné des ministres de la jeunesse, de la justice et le secrétaire exécutif du Gouvernement.

Du côté LYREC, la délégation était conduite par le Coordonnateur provincial Clément Héros Katabua, coordonnateur et 8 personnes, membres de la Coordination et les représentants des structures partenaires.

Il est utile de signifier que cette séance de travail avec l’autorité provinciale avait pour objectif de demander l’implication de l’autorité en tant que n° 1 de la province dans les quatre grandes thématiques qui étaient au menu.
À savoir : La lutte contre l’insalubrité, l’assainissement et la protection de l’environnement;
La lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics;
La paix et la sécurité, en demandant l’implication de l’autorité pour restaurer la paix au Kasaï Central; ainsi que
la question de la Covid-19 qui, a déjà attaqué la province pour sensibiliser la population au respect scrupuleux des mesures barrières.

Dans son allocution, le Gouverneur a promis son soutien et implication pour la réussite de cette campagne d’appel au changement des mentalités et a promis de lancer cette campagne après la séance de travail que LYREC aura avec les Ministres de la jeunesse, changement des mentalités, justices, Santé et Intérieur et sécurité le mardi sur l’iniative du Gouverneur a.i. de la province.

Il sied de rappeler que cette séance de travail s’inscrivait dans le cadre de la campagne d’appel au changement des mentalités lancée par cette ONG.

Pontien junior Lushiku

Après autant de demandes rejetées, enfin Tshisekedi accepte de recevoir Kabila

Le Président de la République Félix Tshisekedi a enfin accepté de recevoir Joseph Kabila après la demande formulée par Jaynet, soeur jumelle du Raïs, accompagnée de Corneille Nangaa, président de la commission électorale nationale indépendante, (CENI) et Kazadi Nyembwe, ancien Administrateur Général de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), selon une source de la Présidence de République.

A en croire la même source, Félix Tshisekedi déçu du double jeu de Joseph Kabila et les membres du FCC, ne voulait plus recevoir son precesseur même pas au téléphone.

Le Sénateur à vie qui maîtrise bien le pouvoir qu’à Félix Tshisekedi, n’a pas voulu suivre la logique de sa famille politique. Il avait ainsi délégué ses émissaires pour demander à Félix Tshisekedi de le recevoir.

Bien avant que ses émissaires rencontrent Félix Tshisekedi, nous apprenons par la même source que Jaynet Kabila avait commencé par rencontrer maman Marthe, la mère biologique de Félix Tshisekedi pour que cette dernière intercède auprès de son fils d’accepter de répondre aux appels de Joseph Kabila et de lui accorder une audience. Devant sa mère, le Chef de l’État a ainsi accepté de recevoir les émissaires du Raïs.

Et après ces échanges, le premier Congolais accepte de recevoir le même jour Joseph Kabila pendant 2h à la cité de l’UA.

« Lorsque certains cadres du FCC font des bruits sur le plateau de télévision, c’est Joseph Kabila qui se trouve de fois en difficulté », révèle la même source qui a requis l’anonymat.

Certains observateurs estiment que Joseph Kabila est déjà fatigué de son FCC et cherche comment se débarrasser de ses flatteurs pour bien vivre en toute quiétude en RDC .

Il faut savoir que Joseph Kabila a beaucoup investi avec ses affaires privées en RDC. Et si aujourd’hui Tshisekedi lui tourne le dos, il risque de passer un moment difficile après cette première alternance.

Lorsque certains pensent que c’est Joseph Kabila qui dirige, Kabila lui même sait très bien que c’est Félix Tshisekedi qui dirige le Congo.

Rédaction

Recensement : Le comité de pilotage du registre national de la population installé

Le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur Gilbert Kankonde a procédé mercredi 29 juillet à la mise en place du comité de pilotage du registre national de la population.

Pour le VPM Gilbert Kankonde, cette mise en place constitue un premier pas vers la création du Système National d’Identité Digitale (SNID).
Il a rappelé que la première phase de ce vaste projet financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) sera celle de l’étude de faisabilité qui partira du mois de septembre au mois de décembre prochains.

 » Nous sommes ici évidemment dans la première phase, celle de l’étude de faisabilité. Il y aura un atelier de lancement qui est prévu au mois de septembre », a-t-il laissé entendre.

Et le VPM de renchérir : »Ce sera l’occasion de communiquer avec la population, de lui fournir de plus amples informations sur tout ce qui se passera en 2021 avec le commencement des opérations recensement après un processus d’identification des partenaires. Il y aura les partenaires techniques et financiers parmi lesquels figurent des bailleurs de la RDC qui se sont déjà manifestés, comme la BAD, la Banque mondiale et le PNUD. Bien évidemment le budget d’État sera certainement sollicité et il y aura également des partenaires privés qui prendront part à ce grand projet », a déclaré le VPM Gilbert Kankonde.

Présent à cette cérémonie, le conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge du Numérique Dominique Migisha, a salué la mise en place de ce comité.

 » Le registre national de la population va permettre à terme à chaque congolaise et congolais de pouvoir enfin disposer d’une carte d’identité biométrique répondant aux standards internationaux », a-t-il fait remarquer.

Il rappelle que ce projet fait partie des promesses faites par le Président Félix Félix-Antoine lors de la campagne électorale de décembre18.
 » Cet engagement du Chef de l’État est entrain de se materialiser. Ce projet est au cœur du plan national du numérique horizon 2025, car la base de données constituée sur l’ensemble des habitants de la RDC avec un numéro d’identifiant unique qui distinguera les nationaux et des étrangers sera au service de très nombreux secteurs et facilitera grandement la transition numérique dans laquelle le Président Félix Antoine Tshisekedi a entraîné la RDC pour faciliter son développement », a-t-il ajouté.

Selon le VPM Gilbert Kankonde, le projet d’identification de la population devrait être lancé de manière effective à partir de l’année 2021.
Il convient de rappeler que ça fait plus deux décennies que la population congolaise ne dispose pas d’une carte d’identité.

FM

Politique : tout va très bien entre Félix Tshisekedi et Sylvestre Ilukamba.

C’est une précision de taille que le porte parole du gouvernement Jolino Makelele a apportée sur les ondes de Top Congo FM, ce vendredi 31 juillet. Il a rassuré que le climat de paix est revenu entre le Président de République et premier ministre, après une période des turbulences.

« Ce malentendu n’existe plus », bien que ces ordonnances aient été contresignées par le vice-Premier ministre en charge de l’intérieur, faisant l’intérim  du Premier ministre qui était en mission dans le haut Katanga. 

Actuellement, « le Premier ministre participe au Conseil des ministres dont l’ordre du jour est arrêté entre le président de la République et le Chef du gouvernement », Précise-t-il le porte parole.

Pour le porte-parole du gouvernement, en ce qui concerne l’intérêt la République

« Nous avons à la tête du pays les gens qui sont responsables et qui connaissent ce qu’ils doivent faire dans l’intérêt du pays. Ils ont privilégié l’intérêt du pays », a-t-il estimé.

« La collaboration est une nécessité au sommet de l’État et ils en ont conscience. Ils ont fait preuve de beaucoup de maturité et de responsabilité ».

Il certifie que « le Chef de l’Etat et le Premier ministre continuent à travailler comme cela est décrit dans la Constitution »

Edoba

Economie : une marche le 05 août pour exiger la démission du Gouverneur de la BCC

La pandémie de Coronavirus n’a pas été le seul handicap aux efforts de redressement de l’économie congolaise. En dehors de la crise multiforme, il y a le franc congolais qui poursuit sa dépréciation face au dollar américain. Ceci , donne lieu à un taux d’inflation le plus spectaculaire sur le marché.

C’est ainsi que certaines organisations sont pointées du doigt d’être à l’origine de cet état de choses. Entre autre, la Banque Centrale du Congo.

Ainsi , l’Alliance des Patriotes pour le changement ( APACHA) , de Noel Tshiani , projette organiser une marche ce mercredi 05 Août prochain pour exiger la démission du gouverneur de la BCC, Deogracias Mutombo à cause de la dépréciation de la monnaie nationale.

Le banquier et économiste international, Noel Tshiani accuse le gouverneur de la BCC d’une mauvaise gestion.

La BCC a exposé des faiblesses à l’issue de la réunion du comité monétaire du 29 Juillet 2020, malheureusement, la BCC a répété les mêmes mesures inefficaces d’intervention sur le marché de change, constate Noel Tshiani.

En outre, le conseil d’administration de la Banque Centrale du Congo ne s’est pas réuni depuis décembre 2019, une gestion d’un club d’amis sans contrôle ni supervision, renchérit-il.

Pour Noël Tshiani , la dollarisation représente 95 % de la masse monétaire du pays et empêche la mise en œuvre d’une politique monétaire indépendante et coûte cher au pays en terme de perte de revenus de seigneuriage.

Il convient de rappeler que Deogracias Mutombo a organisé le mercredi dernier une conférence de presse au cours de laquelle il a proposé trois solutions pour stabiliser le taux de change en RDC qui s’effectue actuellement à 2036,66 FC pour 1$. La population est la première à subir les conséquences de cette haute du dollar.

Edo

BENI :3morts et 2 blessés, bilan de la nouvelle attaque à Mutido

Selon monsieur DIDIS Isaya fonctionnaire délégué du gouverneur affecté à KAINAMA,les combattants de l’ADF ont fait incursion dans le village Mutido jeudi tard dans la soirée. ils ont tué trois civils et blessés d’autres qui sont au centre de santé de KAINAMA . Ce vendredi matin, les activités sont restées paralysées dans la majeure partie du groupement de Banande KAINAMA en territoire de Béni à l’est de la RDC.Sur ordre de la société civile,les habitants observent Une série des journées de deuilles. Cette action va se poursuivre ce SAMEDI et ne sera évalué que le dimanche prochain Selon Zawadi Bin Kasumba président de la société civile de KAINAMA.
KAWA Ngoy Erick

Goma : des musiciens arrêtés dans une marche pacifique

Plusieurs artistes musiciens du Nord Kivu dont le célèbre Black Man Bausi, Andersson Mukwe, Jkm Rambo, Bistou Cent Selecta, Kisskiss, Hope Lalague, Aspirine, Miriam Zeguebe, Sadaka et les autres ont été interpellés dans une marche ce vendredi à Goma, au Nord Kivu.

Dans leurs marches, ils disent dénoncer l’insécurité au Nord Kivu et interpellent le gouvernement sur une probable réorganisation du M-23 dans les environs de Goma et Rutshuru. Aussi, ils disent dénoncer la hausse du taux de change.

Kawa Ngoy Erick

Journée de la femme africaine : ​​​FESO pour l’implication de la femme congolaise dans le cercle décisionnel

En marge de la journée de la femme africaine célébrée ce 31 juillet, les Femmes Solidaires ( FESO) qui est l’une des organisations féminines qui militent pour les droits de la femme, son accès à la terre, aux ressources naturelles et la promotion de son leadership dans la gouvernance et la gestion de la nation, lance un cri de détresse à l’endroit des autorités congolaises pour que la femme congolaise ne soit pas marginalisée et clochardisee.

Mme Salomé Elolo, Directrice Exécutive de Feso s’est exprimée à l’occasion
de cette journée. Dans son message à travers un communiqué de son organisation, Salomé Elolo plaide pour l’implication de la
femme rurale et congolaise en générale dans les sphères de prise des décisions, notamment dans le secteur les ressources naturelles, de l’environnement et de la biodiversité….

La directrice exécutive de FESO souhaite que soit instituée une journée nationale de la femme rurale congolaise qui servira de cadre pour procéder à l’introspection afin d’affûter ses armes pour l’ émancipation complète et la considération de la femme en tant que mère nourricière de la nation.
​​​​​​​​
Cependant, Feso regrette que malgré des nombreux efforts fournis par les femmes congolaises, le constat est qu’une importante partie des femmes rurales congolaises est privée de l’accès à la terre et à l’eau qui, pourtant, constituent le socle de sa vie ainsi que celle de sa progéniture.

« Vivant dans les zones minières, on exploite ces ressources et se retrouvent expropriées sans aucune consultation préalable, ainsi elle est obligée de subir les effets néfastes de la pollution sans dire un mot et par conséquent, sans espérer une quelconque indemnisation », déplore Mme Salomé Elolo.

« Dans d’autres contextes, on construit des mégastructures comme des barrages qui, au lieu de l’aider, créent encore des problèmes tel que la privation de terre et l’accès à l’eau qui reste sa source principale de moyen de subsistance et de revenus » , fustige-t-elle faisant allusion au projet Inga III où les femmes sont ignorées.

Ainsi, FESO profite de cette journée mondiale de la femme Africaine pour demander aux dirigeants congolais de tout faire pour accorder à la femme sa place dans la société.

Edoba

IGF: La machine de la bonne gouvernance de Félix Tshisekedi en marche

En prévision d’une vaste opération d’assainissement des finances publiques prévue en 2021, prélude au développement de la Rdc, l’Inspection Générale des Finances fait appel à un sang nouveau en recrutant 120 nouveaux inspecteurs des finances.

Toutes les dispositions sont prises pour la formation de ces cadres et les conditions de travail de qualité afin de les mettre à l’abri des fossoyeurs de l’économie de la Rdc.

Le nouvel inspecteur général des finances,chef de service a,en un mois, démontré qu’il est l’homme de confiance de Félix Tshisekedi et un chef providentiel pour l’inspection générale des finances.

LM

IGF:Voici la liste des inspecteurs retenus après le concours de 2012

l’Inspection générale des finances informe les personnes dont les noms repris ci-après, ayant participé au test de recrutement des inspecteurs des finances du 11 mars 2012,qu’elles sont retenus à l’issue de la première phase du concours.

Elles. Sont donc priées de se présenter à l’inspection générale des finances,sise au numéro 30, avenues des forces armées à Kinshasa/gombe,ce samedi 08 août 2020 à 11heures précises pour une communication les concernant.

Fait à Kinshasa,le 29 juillet 2020

ALINGETE KEY Jules

L’Inspection Générale des Finances recrute

1.APPEL A CANDIDATURE

L’inspection générale des finances informe les personnes ayant déjà accompli 5 ans d’expérience comme auditeurs, contrôleurs ou commissaires aux comptes dans un cabinet d’audit, dans une direction d’audit d’une entreprise publique, ne dépassant pas 35 ans d’âge ou 40 ans pour les fonctionnaires et détentrices d’un diplôme de licence en sciences économiques, en droit et en sciences commerciales, désireuses d’intégrer l’Inspection Générale des finances (IGF), de bien vouloir faire acte de candidature.

Le dépôt des candidatures est ouvert du jeudi 30 juillet au vendredi 07 août de 10h00 à 15h00 à l’adresse email : contact@igf.gouv.cd.

Le dossier à déposer doit comprendre la lettre de motivation, le Curriculum vitæ et l’attestation de service.

La date du concours proprement dit sera communiquée ultérieurement.

Fait à Kinshasa,le 29 juillet 2020

ALINGETE KEY Jules

………………………………….

2.APPEL A CANDIDATURE

L’Inspection générale des finances informe les candidats désireux de postuler au concours de recrutement des inspecteurs des finances que le dépôt des candidatures est ouvert du lundi b10 au jeudi 20 août 2020 ,de 9h00 à 15h00, à l’adresse : contact@igf.gouv.cd

Les critères ci-après sont requis :
– Etre de nationalité congolaise ;
-Avoir atteint au moment du recrutement, l’âge de 25 ans au minimum,de 35 ans au maximum, et 40 ans pour les fonctionnaires ;
– Etre titulaire au moins d’un diplôme de licence en droit, en sciences économiques, commerciales, financières ou d’un diplôme déclaré équivalent conformément à la législation congolaise.

Le dossier à déposer doit comprendre la lettre de motivation, le curriculum vitæ, la photocopie du diplôme et le relevé des côtes de la deuxième année de licence.

Fait à Kinshasa,le 29 juin 2020

ALINGETE KEY Jules.

(suite…)

Nord-Kivu : un dialogue pour la cohésion inter ethnique se tient à Goma

Le dialogue social convoqué par le gouverneur du Nord Kivu Nzanzu Kasivita Carly a ouvert ses rideaux ce jeudi 30 juillet 2020 dans la capitale de la province du Nord Kivu. Ces assises visent la cohésion des tribus et ethnies pour endiguer l’insécurité et résoudre certains conflits communautaires.

Presque toutes les communautés tribaloethniques de la province prennent par au dialogue social. Ces assises viseraient aussi de mettre un terme à l’existence des groupes armés locaux qui déstabilisent la province.

Dans la salle , quelques responsables des FARDC, de la police, de la Dgm ont été visibles ce premier jour pour écouter le nœud des causes de l’insécurité au nord Kivu. Dès le début , certaines langues n’ont pas tardé à critiquer ces assises qualifiées de gaspillage de l’argent due contribuable nord kivutien.

Les chefs coutumiers seraient absents selon maître Djimy Nziali. leur présence allait faciliter la découverte de vraies causes de l’insécurité avant de penser comment apporter des solutions pacifiques.

KAWA Ngoy Erick

Exétat 2020 : Certaines Écoles de Nd’jili exigent 400.000 fc aux parents.

Les dates des examens d’État sont déjà connues. La session ordinaire ira du lundi 24 au jeudi 27 août aussi pour les épreuves hors sessions » dissertation lundi 17 août, l’oral de français et pratique professionnelle du mercredi 19 août au samedi 22 août.

Cependant, certaines écoles ont commencé à rançonner les parents à propos des frais de participation à ces épreuves.

La rédaction de replik.cd a été contactée par les parents d’élèves de ces écoles pour fustiger ces frais fixés par le promoteur de cette école.

Les frais de participation des examens d’État sont fixés par les gouverneurs des provinces. A Kinshasa, les frais des hors sessions sont fixés à 57 000 fc, la session ordinaire à 31 000 fc .

Malheureusement, beaucoup d’écoles font fi de cette décision et fixent les frais selon leur volonté.

Le cas probant est celui des écoles Notre Dame d’Afrique et des Apôtres situés à Nd’jili quartier 7, non loin du parquet. Ces écoles demandent des frais exorbitants pour la participation des élèves aux examens d’État prévus pour ce mois d’août. Elles demandent 200 dollars pour ces 2 sessions, c’est-à-dire hors sessions et session ordinaire.

La rédaction de Replik.cd a été contactée par les parents d’élèves de ces écoles pour fustiger ces frais fixés par son promoteur.

Dans ces écoles, les frais pour la dissertation sont fixés à 80 dollars, et pour les 4 jours des examens d’État à 120 dollars. Le tout pour une totalité de 200 dollars qui équivalent à 400.000 fc au taux du jour.
Tandis que la totalité des frais à payer fixés par l’État c’est 88.000 francs congolais, près de 45 dollars.

Une certaine opinion estime qu’avec la situation économique actuelle causée par la Covid-19, les promoteurs des écoles devraient tenir compte de tous les paramètres pour ne pas rendre une vie dure aux parents.

L’Etat est donc appelé à mettre en place des inspecteurs pour traquer les récalcitrants afin de faire respecter la décision prise par les gouverneurs des provinces.

L M

Lubumbashi : les fidèles d’une église frappent un homme accusé sorcellerie.

Le Chef de Cellule Luwowoshi, quartier du même nom dans la Commune de la Ruashi à Lubumbashi, Benoît Ndala a été passé à tabac mardi 28 juillet par ses administrés, membres d’une église qui l’accusent de sorcellerie sur révélation du Saint Esprit selon eux.

 » Deux jeunes gens d’une église locale dénommée Golgotha sont venus me brutaliser chez moi, criant sur moi « sorcier sorcier » d’après l’indication de leur Saint Esprit. Ils m’ont frappé et
avant de prendre fuite, ces garçons ont coupé mon chapelet que je portais au cou, ignorant que je suis Chef de Communauté au sein de l’église Catholique », révèle l’infortuné.

Et ce dernier d’ajouter :
« Comme leur pasteur m’est familier, je suis allé le voir pour qu’il m’explique le pourquoi de ce comportement, celui-ci a commencé à proférer menaces et malédictions prétextant que c’est une recommandation venant de Dieu à travers le Saint Esprit ».

Le Pasteur incriminé est déjà aux arrêts à la police de la Commune de la Ruashi. La nouvelle a déferlé à travers la ville, telle une traînée de poudre.

Rédaction

Kasaï central : Le gouvernement procède à la relance de l’économie

Selon la presse du gouvernorat, le gouverneur intérimaire a ouvert les travaux d’un séminaire-atelier sur la validation du rapport de diagnostic et renforcement des capacités qui regroupent les dirigeants de petites et moyennes entreprises.

Les participants seront outillés sur l’entrepreneuriat et le management envue d’améliorer leur performance et d’assurer la viabilité institutionnelle et financière de leur structure respective.

Il faut signaler que ces assises sont organisées par le programme de Nations-Unies pour le développement et dureront 6 jours.

Le chef du bureau terrain du PNUD indique être convaincu qu’aux termes des ces assises les 10 PME sélectionnées seront capables de créer et d’offrir des opportunités d’emplois et des revenus au profit de couches pauvres de la population du Kasaï central.

Pontien junior Lushiku.

Gouvernorat Kasaï central : L’alliance mondiale des Églises chrétiennes soutient la candidature de John Kabeya

Il s’est tenu une réunion ce mardi 28 juillet à Kananga au siège de l’Alliance mondiale des églises chrétiennes (AMEC) pour discuter de la politique actuelle de la province.

Selon son président provincial, pasteur Charles Boniface Bayakuabu, l’Eglise ne peut jamais cesser de faire entendre sa voix face aux problèmes de la population.

« L’AMEK soutient la personne de Kabeya, car c’est la révélation divine » explique t-il.

Il faut rappeler que le pasteur Charles avait prophétisé l’année dernière que Dieu lui avait révélé Kabeya pour diriger la province.
Une prophétie doutée par beaucoup, car l’homme avait échoué à l’élection.

Ce poste du gouverneur est convoité par beaucoup des gens en province et la population du Kasaï observe.

Pontien Junior Lushiku

Le Ministre de l’EPST discute du numérique avec le DG de Airtel

Il s’agit de l’un des projets ambitieux que pourra mener le Ministère de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) dès l’année scolaire prochaine : faire basculer l’enseignement dans le numérique pour faciliter l’apprentissage des élèves dans un contexte où tout peut arriver compte tenu de la persistance de la pandémie de Coronavirus.

Dans cette démarche, la société de télécommunication Airtel Congo se porte garant pour accompagner le Ministère de l’EPST dans la matérialisation de cette idée innovante. Cette audience accordée à son Directeur Général Thierry Diasonama par le Ministre d’Etat Willy Bakonga n’a tourné qu’autour de cette question.

Si la reprise des cours pour les élèves finalistes du primaire et du secondaire le 3 août ne fait l’ombre d’aucun doute, la grande rentrée scolaire, elle , est encore sous examen.

il faudra donc lever in fine une option définitive sur le nouveau model pédagogique à appliquer et adapté au contexte de crise sanitaire mais, dans tous les cas, le numérique devra jouer un rôle primordial.

L M

Le conseil national de la jeunesse sensibilise contre la Covid-19.

Il s’est tenu ce 29 juillet 2020, une conférence débat dans la salle Ouganda à Kin plaza, où Billy Kambale, ministre de la jeunesse et nouvelle citoyenneté a démontré devant les jeunes du conseil national de la jeunesse (CNJ), l’importance de se protéger et proteger l’autre contre le Coronavirus.

Selon lui, cela ne peut selon lui se faire qu’en respectant les gestes barrières édictés par le Président de la République.

 » Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi doit recevoir les remerciements de tous les Congolais car, il a été courageux. Voilà pourquoi il a pris des mesures drastiques, bien-sûr qui ont été critiquées par quelques politiciens en mal de positionnement, et qui, par la suite, lui ont donné raison », a lancé en substance le ministre de la jeunesse.

Et ce dernier de poursuivre : « Accepter de confiner sa population alors que l’économie mondiale est au rabais ne pas chose facile, mais le Président l’a fait non pour faire plaisir à qui que se soit, mais plutôt pour le bien de sa population », a fait savoir Billy Kambale.

A son tour, la présidente de l’ ONG « fondation aide humanitaire » a offèrt 500 gèles alcoolliques et 5 cartons de masques cache – nez pour que le message soit véhiculé a moindre coût.

Ces assises ont beneficié de la présence de quelques autorités entre-autre, le vice ministre des hydrocarbures. Celui de la santé représenté. Il y a aussi été remarqué la présence de quelques fondations œuvrant dans le domaine de l’aide humanitaire.

Désiré Wembolowa.

Des élus nationaux décident d’accompagner l’inspection générale des finances

L’inspecteur général des finances, chef de service Jules Alingete a reçu en audience ce mercredi 29 juillet, la dynamique des députés nationaux appelée « D10 ».

Ces Députés s’engagent à accompagner le Chef de l’État dans sa vision du redressement des finances publiques à travers l’IGF. Voilà qui justifie leur volonté d’ accompagner les actions que mène le nouvel inspecteur général des finances, chef de service dans le cadre de l’exonération de qui prennent 40% des recettes et privent l’État des moyens de son développement.
On retrouve dans ces exonérations,celles octroyées aux sociétés fictives qui constituent une source de coulage grave des recettes.

Pour cette délégation des Députés nationaux, le combat de l’IGF mérite d’être accompagné pour imposer la nouvelle dynamique de la bonne gouvernance. Raison pour laquelle, ils proposent à l’IGF, le passage pour une séance pédagogique à l’Assemblée nationale pour mieux faire comprendre cette nouvelle dynamique des finances publiques.

« Les finances publiques ne doivent plus être du sucre mais plutôt du Congo bololo », ont largué ces députés nationaux.

Cette dynamique des députés nationaux se dit être dans la logique de soutenir le Chef de l’État dans sa politique de la bonne gouvernance d’un nouveau Congo.

« Étant donné que nous sommes l’autorité budgétaire, c’est le parlement qui octroie à l’exécutif les moyens de fonctionner, lorsque nous avons une structure qui accompagne le chef de l’État. Nous sommes déterminés à l’accompagner, et en tant que l’autorité budgétaire nous pensons, accompagner l’inspecteur général des finances parce que c’est qui contrôle et vérifie son exécution doit être accompagné par les élus du peuple », martèlent-ils.

Quant au communiqué subsidiaire de l’IGFS sur le contrôle ses exonérations, allègements fiscaux et compensations, les députés ont bien accueilli la nouvelle et promet de le soutenir et l’accompagner.

LM

CACH-FCC: La survivance des plus aptes

CACH-FCC: La survivance des plus aptes

Ceux qui savent lire les signes de temps belliqueux parlent d’une veillée d’armes au sein de la coalition au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC). Les tensions politiques jonchent en conflits larvés. Impossible de danser indépendance « Tcha Tcha » en ce moment où la pandémie de Covid-19 dicte sa loi.

Les épisodes ayant jalonné la situation politique et sociale ces derniers temps ont sensiblement diminué la confiance au sein de la coalition FCC-CACH, à tel enseigne qu’ils se méfient désormais l’un et l’autre. Les pourparlers sont interrompus depuis belle lurette. Il suffisait encore d’un peu d’étincelles pour assister à la déconfiture.

Les propositions des lois Minaku et Sakata et l’interpellation du Vice-premier ministre et ministre de la justice, surtout le communiqué attribué au Premier ministre au sujet de récentes nominations au sein des FARDC et la magistrature sont les déclics. Ces épisodes n’ayant pas connu leur dénouement, la situation reste tendue, présageant un lendemain incertain.

A propos de la mutation en cohabitation, le député national Thomas Lokondo prévient qu’il n’y aura ni vainqueur ni vaincu entre le CACH et le FCC. Mais selon Me Richard Nsenda, si le Gouvernement démissionne, le Président peut refuser cette démission, et c’est une crise qui amènera à la dissolution du Parlement tant souhaitée par la majorité de la population. Me Richard ajoute que le Chef de l’Etat peut considérer cette démission, mais il sera obligé de renvoyer au chômage les élus nationaux. Voilà ce que ne veulent pas plusieurs députés contactés par la rédaction de votre média Replik.cd.

« Rien ne rassure que si je retourne auprès des électeurs, ils me renouvelleront leur confiance, surtout que je n’ai encore rien fait pour eux « , craint un élu de Mbujimayi qui a requis l’anonymat. Ce genre de réactions sont légion au FCC. « Les propositions des lois Minaku ne nous laissent aucun crédit auprès des électeurs qui ruminent déjà une sainte colère contre nous » , déplore un élu de Rutshuru, membre du regroupement allié au CACH.

Un acteur de la société civile estime quant à lui que le FCC a multiplié intentionnellement beaucoup de gaffes ce dernier temps. « Peut-être que c’est une prémonition », estime-t-il. En attendant, des stratégies sont montées, des réunions tenues nuitamment dans chaque camps pour neutraliser l’autre.

Plusieurs observateurs relativisent cette crise en rassurant que le changement d’un système politique à un autre (Etat de droit) laisse toujours des stigmates. « Il y en a qui ne voudront pas s’acclimater, parce que n’y trouvant pas leur compte « , explique Justin-Moïse Kadima Kabongo, Président de l’Udps/Kintambo. Pour lui, ces conflits sont des douleurs d’enfantement. » Le FCC doit assumer », conseille-t-il.

Une source diplomatique présage une rencontre de deux autorités morales les jours qui viennent. Selon la même source, Tshisekedi et Kabila sont fâchés l’un contre l’autre. En témoignent moult déclarations faites par leurs lieutenants.

Déjà, les fins limiers de médias plus sont à pied d’œuvre pour le recoupement de toutes les séquences dans tous les camps qui entretiennent déjà un conflit latent. Mais la population ne demande rien d’autre que paix et pain.

Par ailleurs, des voix s’élèvent pour réclamer un dialogue. Et les Congolais moyens de se demander l’opportunité d’une telle démarche, étant donné que les résultats de différentes conciliabules ont leurs places dans les tiroirs.

La plus grande reste ces visites et défilés de mode médiatisés à la prison centrale de Makala de certains leaders politico religieux. Vital Kamerhe, ce directeur de cabinet du Chef de l’État condamné à vingt ans de prison pour détournement des fonds alloués aux travaux des maisons préfabriquées du programme d’urgence de 100 jours, devient la grande star.

Ils préfèrent bien pactiser avec le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) pour l’écarter effectivement de son allié de CACH. Pourtant, hier ils ont réclamé sa condamnation. Aujourd’hui, ils lui font des yeux doux. « La manière dont le chat marche la nuit n’est pas la même pendant la journée », indiquait Kitenge Yesu, haut représentant du Chef de l’État.

Les jours qui viennent réservent des surprises de tout genre, surtout avec la reconfiguration de la majorité en cours de téléchargement.

Edoba

Kinshasa : les frais de participation aux épreuves d’État déjà fixés

Selon l’arrêté du 16 octobre 2019 portant fixation des frais pour la session de l’examen d’État édition 2020 dans la ville de Kinshasa, le gouverneur Gentiny Ngobila avait déjà fixé la ligne directive à suivre pour les frais à payer.

Ces frais sont fixés comme suit:
– Hors session 57.000 francs congolais
-Session ordinaire 31 000 fc.

Aussi les frais de session préliminaire, pour les autodidactes sont fixés à 27.000 francs congolais. Les élèves finalistes sont donc appelés à régulariser leur situation avant le jour J.

LM

Lubumbashi : 3 roulages arrêtés pour tracasseries

A Lubumbashi 3 agents de l’ordre commis à la Police de Circulation Routière ( PCR) trouvés mains dans le sac par le gouverneur Jacques Kyabula ont été immédiatement arrêtés sur ordre du gouverneur.

Alors qu’il faisait la ronde de la ville de Lubumbashi pour constater l’état d’avancement des chantiers qui s’y exécutent, le Gouverneur Jacques a surpris trois éléments de la PCR entrain de tracasser une dame qui avait pourtant tous les documents de bord de son véhicule.

Après avoir écouté toutes les deux parties, l’autorité provinciale a ordonné l’arrestation des agents de l’ordre.

 » C’est anormal de tracasser quelqu’un qui est en ordre, alors que chaque nuit la population se plaint de l’insécurité.
Je vais m’engager pour décourager des telles pratiques », a indiqué le gouverneur Kyabula. Les 3 PCR sont actuellement entre les mains de la justice.

Edoba

La reprise des cours conditionnée à Kolwezi et Lualaba

La Fédération nationale des enseignants et éducateurs sociaux du Congo ((FENECO) de Kolwezi et Lualaba 1
s’est réunie 27 juillet 2020 statuant sur la reprise des cours prévue le 03 août.

A l’issue de la réunion, la FENECO a retenu certains éléments qui doivent être pris en compte avant toute reprise scolaire. La FENECO conditionne la reprise des cours par:

Le paiement sans conditions des Nouvelles Unités (NU) et le respect de l’accord de Bibwa.

La FENECO rappelle par ailleurs que l’enseignant n’est pas un marche pied à manipuler pour des fins politiciennes.

LM

Béni : L’attaque ADF de Mutido provoque un déplacement de la population

Le village de Mutido situé dans le groupement de Banande Kainama en territoire de Béni à l’Est de la République démocratique du Congo a été attaqué mardi 28 juillet 2020 dans la soirée.

Selon Jonas Bin Kasumba Zawadi, président de la société civile du groupement de Banande Kainama, les auteurs seraient du groupe ADF.

Les détonations des armes lourdes et légères ont provoqué un déplacement massif de la population jusque tard dans la nuit. Le calme est revenu ce mercredi matin ajoute notre source.

Cependant, aucun bilan n’est encore disponible, car seule l’armée congolaise qui contrôle la situation ne s’est pas encore prononcée.

KAWA Ngoy Erick

Beni : des menaces de spoliation des espaces du domaine public de l’État

Selon le constat de Mufunza Bayengo Ghislain, quelques espaces du domaine public de l’État sont menacés par des spoliateurs dans la commune de Mulekera, ville de Béni.

Dans sa descente au marché public de Kamaibo et au cimetière public de Ngongolio, ce député provincial du Nord Kivu a constaté les traces des rongeurs des terres.

Ceux qui ont vendu une partie du cimetière et celle du marché, sont bien connus, a indiqué l’honorable Mufunza Bayengo Ghislain. Les habitants demandent une implication de tous pour la récupération des parcelles de l’État.

 KAWA Ngoy Erick

Kasaï central : l’ONG FMMDK clôture son atelier sur le leadership féminin et le mentorat

C’est une formation a réuni 80 filles de la ville de Kananga et ses environs. Selon les organisateurs, le souci est de mettre fin aux violences faites aux femmes ainsi que la discrimination et chercher l’égalité homme- femme dans tous les domaines.

Marie Jeanne Mbelu, l’une des participantes à cet atelier qui s’est confiée à votre rédaction, se dit hyper contente et reconnaissante envers les organisateurs.

Mbelu rassure avoir reçu avec attention cette formation et promet de la mettre au travail pour répercuter le message chez toutes les filles qu’elle rencontrera.

Il sied de rappeler que cette séance avait eu pour cadre la salle CICA de Kananga et s’était déroulée du 25 au 27 juillet 2020.

Pontien junior Lushiku

Les patrimoines culturels belgo-congolais au centre d’un échange au Ministère de Tourisme

Le Ministre du Tourisme, Yves BunkuluU Zola a reçu en audience ce mardi 28 juillet 2020 dans son Cabinet de travail, le chef de mission adjoint du Royaume de Belgique. Le diplomate Belge Thomas Stevens qui est à son deuxième passage en République Démocratique du Congo est venu prendre contact avec le Ministre du Tourisme sur la reprise de la coopération entre la RDC et la Belgique sur les patrimoines culturels qui lient les deux peuples.

Les questions liées notamment au redémarrage et à la relance des activités relatives à la route des exclaves, à la réhabilitation des vestiges coloniaux, allusion faite notamment à la première résidence du gouverneur belge à Boma, ont été aussi au centre des échanges entre les deux personnalités.
Le diplomate belge, en sa qualité d’historien, a souligné que son pays va accompagner la RDC à travers le projet de la mise sur pied d’un Musée en la résidence du 1er gouverneur belge à Boma.

Mais il sera d’abord question d’entreprendre les études de faisabilité quant à ce. Les deux pays qui partagent une histoire, sont plus que jamais déterminés à raffermir leurs liens notamment en ce qui concerne le secteur du Tourisme, par la réconciliation avec le passé, le cas notamment de la route des exclaves et la restitution du patrimoine culturel du Congo.

Felly MPONGO

Santé : les prestataires des soins annoncent Beni sans hôpitaux

La corporation des infirmiers de Béni annonce l’opération Béni sans hôpitaux dans 48heures s’il n’y a pas de réponses positives à leurs revendications renfermées dans un mémorandum remis ce mardi 28juillet 2020 au maire intérimaire de Beni, Bakwanamaha Modeste.

Les infirmiers dénoncent ce qu’ils qualifient de non prise en compte de leurs précédentes réclamations retracées dans leur mémorandum précédent. Ils ont ainsi demandé la sécurisation de ceux qui sont impliqués dans le procès autour de l’assassinat de l’infirmier Joseph Sivasima, tué mardi dernier chez lui au quartier Rwangoma.

L’audience de flagrance se poursuit et les suspects ont avoué avoir tué au nom de la recherche de 5 mille dollars américains promis par une auteur intellectuel en cavale.

KAWA Ngoy Erick

Lutte anti-corruption :Félix Tshisekedi appelé à fouiner dans le passé

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 28 juillet 2020 dont une copie est parvenue à la rédaction de Replick.cd, la campagne  » le Congo n’est pas à vendre » demande au Président de la République, Félix Tshisekedi de fouiner dans les dossiers Gecamines, CNSA, Bukanga Lonzo et autres.

Selon le contenu de ce communiqué de presse, les mouvements citoyens et organisations de la société civile réunis au sein de la coalition » Congo n’est pas à vendre » regrette que la matérialisation de l’élan de changement de mode de gestion contenu dans presque tous les discours prononcés par le Chef de l’État Félix Tshisekedi tant au niveau national qu’international soit freinée, faute d’actions concrètes sur le terrain. Cela risquerait d’annihiler cette détermination à exorciser notre pays de ce fléau qui l’a plongé dans un marasme économique favorisant la gabegie financière, créant ainsi un déséquilibre total entre les gouvernants et gouvernés, ce qui plonge ce dernier dans la pauvreté », décrie Congo n’est pas à Vendre.

Par ailleurs, CNPAV rappelle à Félix Tshisekedi, l’existence de plusieurs dossiers de corruption non- élucidés jusqu’à ce jour et qui continuent d’alimenter les débats au sein de l’opinion publique qui, du reste demeure dans le scepticisme de voir cette noble lutte contre la corruption restée un voeu précieux.

Parmi les dossiers graves de corruption soulevés par la coalition « Congo n’est pas à vendre », il y a notamment ;

-Dossier GECAMINES où 128 millions d’euros ont été volatilisés et dont une enquête a été ouverte au sein des juridictions sans que l’affaire ne soit fixée devant le Tribunal.

  • Dossier CNSA : 3.087.630 USD ont été décaissés pour payer la prime et les salaires de 18 membres non actifs depuis plusieurs mois.

-Dossier 15 millions de dollars de la décote sur le remboursement du manque à gagner des opérateurs pétroliers.

  • Projet Bukangal Lonzo : où des millions de dollars ont été investis sans que la population ne puisse bénéficier correctement des retombées de cet investissement.

  • Dossier de la fibre optique , dossier de Luxe de modernisation du sénat, dossier FPI , dossier MIBA, dossier SEMLEX où la traçabilité de 65 USD sur les 185 reste hypothétique.

F.O

La ministre Yollande Ebongo interdit la marche des fonctionnaires

La ministre de la Fonction publique, Yollande Ebondo a strictement interdit le sit-in des agents et fonctionnaires de l’État prévu ce mardi 28 juillet devant le bâtiment de la fonction publique.

La ministre de la fonction publique avoue que son ministère n’a pas été informé de la tenue de cette manifestation et ne l’a pas autorisée.

Sur ce , Madame Yolande Ebongo appelle les agents de l’État à vaquer à leurs occupations professionnelles dans leurs services respectifs.

Selon le communiqué, la décision de la ministre Ebongo est conforme à la loi n°16/013 du 15 juillet 2016 portant statut des agents de carrière des services publics de l’État et le décret-loi n°17/2002 du 03/19/2002 portant code de conduite de l’agent public de l’État.

Jacques Malanda.

Le collectif d’actions de la société civile invite Félix Tshisekedi à organiser le dialogue

Le collectif d’actions de la société civile (CASC), une plateforme regroupant en son sein diverses organisations formelles de la société, des mouvements citoyens ainsi que des personnalités, invite le Chef de l’État à convoquer rapidement des assises pour endiguer la crise multiforme. C’était lors d’une déclaration faite ce mardi 28 juillet 2020 à Kinshasa.

Pour le CASC, la coalition FCC-CACH a largement prouvé ses limites. « Il est grand temps de s’arrêter pour discuter et réfléchir dans le but d’éviter cette marche vers le chaos », a lancé à ce collectif.

 » Nous invitons le Président de la République dans le cadre de sa mission de garant du bon fonctionnement des institutions, de convoquer un dialogue pour engager la communauté nationale dans son ensemble à la recherche d’un consensus nécessaire pour la survie autour des options susceptibles de favoriser la concorde nationale », a souhaité le CASC.

Le collectif appelle ainsi l’ensemble des dirigeants politiques et toutes les forces vives de la nation à rechercher le consensus dans le cadre d’un dialogue en vue de baliser la voix pour les élections libres, transparentes, inclusives et apaisées à l’horizon 2023.

« Nous demandons au peuple congolais de transcender les clivages de toutes sortes pour avancer dans cette voie de la concorde nationale et du respect des valeurs républicaines », a-t-il renchéri.

Dans sa déclaration, le collectif convie toutes les couches sociales , toutes tendances confondues de soutenir massivement le présent appel en vue de préserver la paix, sauver la République et protéger les vies des concitoyens face au chaos qui profile à l’horizon.

Cet appel intervient après que le CASC ait présenté un tableau sombre de la situation socioéconomique de la République démocratique du Congo (RDC).

Édouard Bajika

Maintenir le gouverneur Maweja à la tête de la province du Kasai oriental est un coup de poignard dans la gueule des Kasaïens (Tribune John Kolela)

Celui qui s’oppose à l’inévitable, transpire sous la pluie.
J’espère que mon cri d’exaspération d’aujourd’hui qui, en réalité, traduit l’expression de plusieurs qui s’impatientent dans le cachot du désespoir ne restera pas un simple soupire des chuchotements aux oreilles des élus provinciaux de ladite province .

Dans la courtoisie de face à face, je refuse de faire partie de parents qui font la honte à leurs enfants et de ces politiciens en divagation qui seront insultés par les générations futures parce qu’incapables de dénoncer les maux qui préjudicient notre peuple injustement et de prendre des décisions salvatrices qui s’imposent.

Humble devant les responsabilités qui s’offrent devant nous,
humble devant cette histoire que nous écrivons ensemble,
j’élève ma voix de conscience patriotique pour briser le silence et exiger le salut de la population de la province du Kasaï Oriental qui nécessite la prise de conscience collective.

C’est le moment d’encourager l’initiative qui s’impose comme évidence par elle même, celle de donner à cette province un autre gouverneur capable de conduire le peuple vers l’aube d’un nouveau matin afin de mettre fin à la longue nuit obscure et cauchemardesque ainsi qu’à la misère qui s’ajoute chaque jour à sa vie difficile.

Aujourd’hui , nous nous devons de prendre tous conscience de ce que, c’est au prix des douleurs souvent atroces , que l’abcès doit être crevé pour y extirper le pus nauséabond et exposer la plaie béante au soin de la nature, des rayons solaires et du vent afin de retrouver notre quiétude.

Nous sommes tous témoins de ce qu’ aujourd’hui encore après longtemps, cette province pourtant riche, navigue en plein océan sans compas, son peuple abandonné , ère en pleine forêt sans boussole.

Si les femmes et hommes consciencieux n’y prennent garde, nous risquons de laisser une province très faible et dépourvue de l’essentiel.

Ça me peine de vous écrire avec éloquence cette souffrance misérable dont le peuple de cette province est victime.

De quel péché nous sommes-nous rendu coupables, nous peuple de cette province si riche en sol et sous-sol pour être soumis à des jeûnes continuelles.
Notre peuple est malgré lui, contraint à vivre dans un carême ou ramadan forcé et illimité.

Aujourd’hui au Kasaï oriental, les riches deviennent de plus en plus pauvres, les pauvres sont forcés à la mendicité et les mendiants sont contraints d’aller voir Dieu. Le rêve de ce peuple prise en otage par l’incompétence de son gouverneur, est entrain de se transformer en poussière et être balayé par le désespoir

Au regard de cette souffrance hallucinante qui perturbe la conscience, brise le cœur, étouffe la respiration et chauffe l’estomac , le silence est une complicité qui frise le crime de non assistance à peuple en danger.

J’espère que notre sensibilité n’est pas complètement paralysée .

Rédaction

Kinshasa : 3 bus Transco réduits en cendre

Trois bus de la société de Transport au Congo ( Transco) sont partis en fumée ce mardi mardi 28 juillet 2020, suite à un incendie qui s’est produit à son entrepôt de 17 ème rue Limete.

Selon les sources sur place, l’origine de ce feu occasionnant la perte de ses trois bus reste inconnue.

Il faut rappeler que c’est pour la énième fois que la société de Transport du Congo ( Transco) , connait ce genre d’incendie.

F.O

Le nouveau single Olandi de Inoss’B sort ce mardi 28 juillet

Olandi, le nouveau single de l’artiste musicien congolais Inoss’B sort ce mardi 28 juillet. Annonce faite sur les comptes facebook et instagram de l’artiste depuis quelques jours.

Le nominé de Bet awards, Inoss’B recommande aux mélomanes de suivre le nouveau clip Olandi qui sera disponible sur sa chaîne YouTube dès ce mardi 28 juillet 2020.

Surnommé le petit roi, Inoss’B a connu un succès sans précédent avec son avant dernier clip  » Yo pe remix » dont les visites YouTube ont dépassé 100 millions de vues.

Jacques Malanda.

Ituri pleure ses morts

La province d’Ituri ne sait pas essuyer ses larmes qui ne sèchent toujours pas. Cinq personnes sont tuées, plusieurs autres blessées et des biens de valeurs emportés. C’est le bilan provisoire d’une nouvelle incursion des hommes armés simulés aux miliciens de la Codeco dans la nuit de dimanche à ce lundi 27 juillet 2020.

Le fait s’est déroulé à Amema, un village situé dans le groupement Anyoli-Tchulu, secteur des Banyali-Kilo en territoire de Djugu, dans la province de l’lturi.

La société civile locale qualifie cette énième tuerie d’un pire génocide qui ne dit pas son nom.
Et le député provincial Ali Mazingaka Aziza, élu de la circonscription électorale de Djugu qui confirme également cette nouvelle, regrette la perpétuation de ces actes très ignobles.

Il appelle tous les services de sécurité basés en territoire de Djugu de bien vouloir s’investir pour  » protéger la population qui nous a élus pour sa cause, particulièrement celle de Banyali-Kilo. Si non, le bilan de cette attaque risque de s’alourdir car il y a un nombre important des blessés par machette et autres suivis de pillages des biens de la paisible population », a-t-il intercédé.

Angel Alingi Mokuba , l’ administrateur du territoire de Djugu annonce l’ouverture d’une enquête sérieuse amorcée par les services de sécurité en vue de retrouver ces malfrats ayant réussi à se volatiliser dans la nature. Pendant ce temps, la population s’inquiète de la dégradation du climat sécuritaire chaque jour qui passe.

Edoba

Clément Kuete félicite le gouvernement pour les nouveaux outils à la Gecamines

Le ministre du portefeuille, Clément Kuete est content du geste posé par le gouvernement congolais : doter la générale des carrières et des mines (GECAMINES) de nouveaux outils de gouvernance.

Clément est optimiste en ce qui concerne le redressement de cette entreprise publique qui est la plus importante du portefeuille de l’État congolais.

 » Nous sommes optimiste au redressement de la Gecamines, parce qu’en faisant un état des lieux, nous avons insisté sur la production qui devra repartir vers les 40.000 tonnes par », a dit Mr le ministre du portefeuille.

Selon Clément Kuete, le plus important aujourd’hui est d’étudier la structure de la dette, la maîtrise des charges et la restructuration financière, constituant ainsi de nouveaux outils de gouvernance de la GECAMINES.

Le ministre Clément Kuete s’est rendu à Lubumbashi très récemment pour participer au conseil d’administration axé sur une évaluation de l’etat de lieux de la GECAMINES.

On note que la GECAMINES est actuellement dotée de nouveaux mandataires. Le gouvernement congolais a mis en place avec cette nouvelle équipe, une feuille de route qui fixe les objectifs portant principalement sur la production, la transformation organisationnelle et l’évaluation du partenariat de la GECAMINES, selon les recommandations du conseil d’administration tenue en juin dernier.

Jacques Malanda.

L’État congolais dépense trop d’argent (FEC)

Le président de la commission industrie de la fédération des entreprises du Congo (FEC), Lenny Ilondo a affirmé que l’État congolais dépense trop d’argent.

 » il faut que tout le monde fasse des efforts. Il est temps de se serrer la ceinture. L’État dépense trop d’argent. Aujourd’hui, lorsque vous voyez le déficit du trésor, 74% de dépenses représentent les rémunérations, les salaires », révèle-t-il.

Pour lui, sur 537 milliards de francs congolais au mois de juin, 406 milliards ont été affectés aux salaires, il reste 26% dont le budget de l’investissement qui représente 0,4% et les dépenses de fonctionnement à peu près 10%, a indiqué Lenny Ilondo.

Le cadre de la FEC note que:  » Notre pays souffre d’un manque de cohérence globale, d’un manque de leadership et de vision ».

Lenny Ilondo propose non seulement un changement de paradigme au niveau de l’exécutif, mais aussi que le Congolais commence à croire à l’homme d’affaires, à l’entrepreneur congolais.

Jacques Malanda.

RDC : 64/4% des malades de Covid- 19 déjà guéries

La République démocratique du Congo s’approche peu à peu du bout du tunnel dans lequel elle est engouffrée depuis le 10 mars. Tenez! Sur un total de 8.844 personnes testées positives au nouveau coronavirus, 5.700 personnes en sont déjà guéries, soit 64,4%. Déjà le rapport du 26 juillet fait état de 190 nouvelles personnes sorties guéries des centres de traitement du coronavirus.

Il convient d’indiquer qu’à ce tableau, il faut ajouter que 13 nouveaux cas ont été confirmés au cours des dernières 24 heures, dont 6 à Kinshasa, 5 dans le Haut-Katanga et 2 au Nord-Kivu. Ceux-ci l’ont été sur les 137 échantillons testés par l’INRB.

Pendant ce temps,163 cas suspects ont été détectés après investigations, tandis qu’un cumul de 208 décès reste signalé dans le dernier bulletin de l’INRB, soit un taux de létalité de 2,3% (l’un des plus faible.

Il y a donc impérieuse nécessité de multiplier les gestes barrière pour vaincre totalement ce terroriste sanitaire planétaire.

Edoba

Covid-19: la police reprend le contrôle strict des masques.

Dès ce mardi 28 juillet, la police va recommencer à contrôler le port obligatoire de masque .

 » La police sera à l’oeuvre ce mardi 28 juillet pour le contrôle strict des masques. Ils doivent être portés correctement et obligatoirement », a indiqué le commissaire provincial de la police nationale congolaise de la ville de Kinshasa.

Le Général Sylvano Kasongo lors de son interview accordée à Top Congo, affirme que toute personne qui ne va porter de masque devra payer une amende de 5000 francs congolais.

Il convient de rappeler que Kinshasa est l’épicentre de la Covid-19 en République démocratique du Congo avec 5459 cas confirmés.

Jacques Malanda.

Kasaï central : les nutritionnistes réclament leur droits

Au cours d’un entretien avec Replik.cd, Honoré Kasonga, nutritionniste de la ville de Kananga présente un sentiment de désolation du fait que les postes de nutritionnistes sont occupés par des médecins et infirmièrs.

« La malnutrition gangrène le territoire kasaïen, car c’est une zone post confit.
Il faut alors des spécialistes en la matière pour relever le défi », indique-t-il

Kasonga déclare que certaines démarches sont initiées auprès des autorités pour arriver à résoudre ce problème.

Il faut rappeler que dans beaucoup des centres et hôpitaux de la ville de Kananga, on remarque l’absence totale des nutritionnistes formés alors qu’ils sont nombreux sur ville.

Pontien-Junior Lushiku

Béni :La compassion du monde remerciée pour la victoire sur Ebola

La reconnaissance communautaire de ceux qui ont combattu a été officiellement manifestée ce lundi 27juillet 2020 à Béni. Après la proclamation de la fin de la 10e épidémie d’Ebola,la communauté de Béni s’est organisée pour remercier symboliquement les partenaires tant locaux, nationaux qu’étranger qui ont accepté d’appuyer la lutte contre Cette épidémie .

Le consortium conseil urbain de la jeunesse de Béni, l’Université de l’avenir du Congo et le bureau d’étude sur les relations internationales ont organisé à Béni une cérémonie de couronnement communautaire des personnalités et organisations qui enduré la lutte jusqu’à la fin de cette 10e épidémie .

Les brevets et trophées ont été décernés à des personnes physiques dont les expatriés qui ne sont plus dans le milieu et à des organisations qui n’ont pas lâché prise malgré les difficultés.

Selon Djimy Kamate Kighoma, l’un des organisateurs, la communauté de Béni reste reconnaissante de la compassion du monde pour vaincre Ebola.

KAWA Ngoy Erick

Covid-19 : le Centre d’isolement aménagé par l’OIM ne reçoit que des cas non-sévères

Dans le cadre de son appui à la lutte contre la pandémie du Coronavirus, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) précise que le Centre d’isolement inauguré le week-end dernier à Kinshasa ne recevra que des cas non-sévères de covid-19.

Selon le coordonnateur à la division santé de l’OIM, ce Centre est le fruit d’un partenariat entre l’OIM et la République Démocratique du Congo (RDC), à travers son Ministère de la Santé. Le projet a été rendu possible grâce à l’appui financier des gouvernements d’Allemagne et du Canada.

«Ce site a été aménagé dans le but d’assister le gouvernement de la RDC dans ses efforts de prise en charge des personnes infectées et de limitation des cas positifs à Kinshasa, en
venant à bout de cette pandémie», a expliqué le Coordonnateur Ernest de la division santé de l’OIM.

L’OIM soutient les autorités congolaises dans leurs efforts de prévention et de contrôle de Covid-19 en apportant une assistance technique, depuis l’annonce de la maladie.

« Le Centre dispose dans un premier temps de 100 lits, des latrines, d’une salle de réunion et d’un laboratoire, y compris des équipements pour la sécurité et la protection du personnel médical », a indiqué le Coordonnateur de la division santé de l’OIM, Ernest.

Le site comprend également deux blocs pour les patients hommes et deux blocs pour femmes. Le laboratoire permet d’effectuer des tests Covid-19 et autres tests de base. Le Centre possède notamment d’une petite pharmacie et d’un endroit de prise en charge temporaire en cas de dégradation d’un malade nécessitant des soins inclusifs dans un hôpital de référence.

Pour sa part, le Coordonnateur du Secrétariat Technique du Comité
Multisectoriel de la Riposte à la Covid-19 en RDC, Dr Jean- Jacques Muyembe a déclaré que «ce Centre est une illustration de l’anticipation sur les mesures de prise en charge des malades étant donné qu’on ne connait pas la fin de la maladie « .

Le centre a été inauguré par le Conseiller du ministre de la Santé, empêché.

Dans sa plaidoirie, le Coordonnateur de la division santé de l’OIM a demandé aux partenaires de toujours continuer à mobiliser les moyens pour subvenir aux potentiels besoins.

Édouard Ba

Lutte contre la corruption : Félix Tshisekedi appelé à restaurer la Cour des comptes

Pour une véritable lutte contre la corruption en République démocratique du Congo, l’observatoire de la dépense publique ( ODP) invite le Chef de l’État Félix Tshisekedi à démarrer le processus de restauration de la Cour des comptes.

Dans son plaidoyer adressé à Félix Tshisekedi ce lundi 27 juillet 2020, l’ODP dit avoir pris connaissance des récentes nominations par ordonnances présidentielles, de l’inspecteur général et chef de l’inspection général des finances, l’exécutif de la cellule Nationale de renseignement financier( CENAREF) et l’équipe de prévention et de lutte contre la corruption ( APLC).

L’observatoire de la dépense publique invite pour l’instant, Félix Tshisekedi à mettre en oeuvre la loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour des comptes qui, est un organe spécialisé en matière des finances publiques.

L’ODP fait remarquer que depuis son accession à l’indépendance, la RDC n’a pas encore été doté d’une Cour des comptes complètement installée et stable.

 » L’organisation d’une première Cour des comptes après l’indépendance remonte de 1963. Cette Cour qui était régie par la loi du 16 avril 1963″ rappelle l’ODP

Par ailleurs, l’observatoire de la dépense publique relève que bien qu’innovant, l’actuelle loi qui régit la cour des comptes ( loi organique n° 18/ 024 du 13 novembre 2018, portant composition, organisation et fonctionnement de la Cour des comptes) n’a jamais été appliquée.

Pour rappel, la Cour des comptes a pour rôle de contrôler la gestion des finances de l’État, des biens publics ainsi que les comptes des provinces, des entités territoriales décentralisées ainsi que des organismes publics, elle vérifie à posteriori, sur pièce et ou en cas de besoin, la régularité des opérations exécutées bien par l’ordonnateur que par le comptable public, en matière de recettes, de dépenses et de trésorerie retracée dans la comptabilité du pouvoir central.( cfr article 180 de la constitution).

F.O

Culture : le couple Buloba célèbre le 35e anniversaire de leur union

Maman Georgette Buloba a rendu gloire au Seigneur pour le 35 ème anniversaire de leur mariage, ce dimanche 26 juillet. « J’ai la joie de célébrer la 35 ème année de mariage sous la grâce divine, je ne manquerai de dire merci, car les docteurs pensaient que j’allais rendre l’âme à l’âge de 15 ans, et me voici totaliser aujourd’hui 62 ans « , a-t-elle déclaré.

La servante de l’Éternel a remercié son père spirituel, le patriarche Charles Nkelani qui ne cesse de l’édifier et à promis le prochain album dans les jours à venir.

Pour rappel , le couple Buloba est parmi ceux qui ont marqué l’histoire de la musique chrétienne les années 80 , 90.
Felly MPONGO

Urgent ! : Willy Bakonga réaménage le calendrier scolaire

Au cours d’un point de presse organisé ce lundi 27 juillet dans son cabinet de travail, le ministre de l’Epst Willy Bakonga vient de dévoiler le calendrier réaménagé de la reprise des cours, essentiellement pour les finalistes des écoles primaires et secondaires.

Selon ce calendrier réaménagé, la reprise est prévue pour lundi 03 août et la clôture de l’année 2019-2020 est fixée au 03 septembre 2020.

« C’est un mois de reprise des cours. Sur 26 millions d’ élèves, seuls 3 millions vont reprendre le chemin de l’école ce lundi 03 août », a-t-il indiqué.

En ce qui concerne le test national de fin d’études primaires (TENAFEP), il est confirmé du 13 au 14 août. L’examen d’État sera organisé du 24 au 27 août.

Pour les hors sessions ; la dissertation est prévue le 17 août et le français oral du 19 au 22 août 2020.

Il sied de noter que pour les frais de participation au TENAFEP, seules les écoles privées qui payeront les frais de participation, les écoles de l’État et conventionnées sont dans la logique de la gratuité de l’enseignement.

« Mais au contraire, pour les examens d’État, toutes les écoles payeront les frais fixés par les gouverneurs des provinces », martèle le patron de l’EPST.

Willy Bakonga a insisté sur les mesures barrières qui doivent être respectées. « Chaque école mettra à son entrée des conditions de mesures barrières, notamment le prélèvement de la température, le port obligatoire du masque ainsi que le lavage des mains », a-t-il ajouté.

A la question de savoir le sort des classes montantes, Willy Bakonga précise que la reprise des cours des classes montantes n’est pas encore à l’ordre du jour. « Le gouvernement réfléchit sur cette question », conclut-il.

LM

Vital Kamerhe reste en prison.

La Cour d’appel de Kinshasa / Gombe a examiné pendant 2 jours la demande de la liberté provisoire de Vital Kamerhe et decide que: « Vital Kamerhe reste en Prison ».

Le directeur de cabinet du Président de la Rdc est condamné à 20 ans de travaux forcés. Il a demandé à plusieurs reprises sa liberté provisoire mais jusqu’à présent il n’a jamais obtenu gain de cause.

Jacques Malanda.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?