Kananga: La SCED salue les avancées dans l’adresse du chef de l’état.

Au terme du discours de l’adresse du président de la république en marge du soixantième anniversaire de l’accession de la RDC à sa souverain nationale et internationale, la société pour l’Etat de Droit (SCED) a salué le rattrapage du président Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO en ce qui concerne la vision de faire de la RDC un véritable état de droits.

C’est à travers une déclaration rendue publique ce mardi matin que cette structure de la société civile au Kasaï Central a fait entendre sa voix.

Selon le directeur général de la société congolaise pour l’état de droit qui a signé sur cette déclaration, le président Tshisekedi doit matérialiser sa détermination en accomplissant ses engagements.

« La SCED se réjouit globalement de ce message, car la parole du Chef était très attendue au ragard de la récente actualité politique et jucidiaire », écrit maître Dominique KAMBALA NKONGOLO, directeur général de la SCED dans cette déclaration.

S’agissant de la défense et de la protection des valeurs démocratiques, la SCED est parfaitement d’accord avec le président de la république lorqu’il assimile la justice dans l’Etat de droit au sang qui coule dans le corps humain.Et surtout lorsqu’il réitère son profond attachement à l’indépendance de la justice.

La SCED salue le courage du Chef de l’Etat pour avoir pris position en faveur des réformes judiciaires qui visent l’efficacité et l’efficience du fonctionnement du système judiciaire et pour avoir catégoriquement refusé de donner son quitus à toute initiative legislative qui porterait atteinte à l’indépendance de la magistrature.A cet effet, la SCED recommande à la Chambre basse un agissement conséquent.

pour terminer, la SCED se demande pourquoi le Chef de l’Etat n’a pas pris une posittion claire sur l’intiative parlementaire qui vise à mettre en place un mécanisme de lutte contre la corruption par voie législative concurrement avec l’Agence de prévention et la.lutte contre la corruption déjà mise en place par voie d’Ordonnance ?

Par ailleurs, la elle note une avancée dans la pensée du Président de la République qui,hier, se refusait de fouinner dans le passé, mais, qui aujourd’hui, reconnaît l’absolue nécessitè de ne « rien oublier ou effacer concernant les crimes graves ».

La SCED demande au Chef de l’Etat de lever toute dichotomie dans la lutte contre l’impunité dans ce sens que, d’une part, et pourtant dans un Etat laïc, il entend mener la lutte contre l’impunité avec les versets bibliques du genre « les méchants sont priés de changer pour qu’ils aient la vie sauve » ; Et, d’autre part, il recourt à la justice pour élever la nation !
Bien plus, comment peut on privilégier la reconciliation pour protéger les borreaux du peuple.congolais, et en même temps priver les nombreuses victimes d’atrocité du droit à la vérité, à une réparation et à la garantie de non répétion ? S’interroge le directeur de cette structure.

P. R Tshitenge

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?