8 mars 2021

Rdc : Un scandale théorique

La République démocratique du Congo (RDC) bat le record des églises à travers le monde, d’après une enquête d’un réseau panafricain. La seule capitale Kinshasa regorge des milliers d’églises qui croissent comme des champignons, à longueur des journées.

Sur une même avenue dans certaines communes de la capitale, les églises se toisent et partagent des murs mitoyens. La situation des voisins s’empire quand arrive le moment de louange compilée. Le volume des instruments crée brouhaha et tintamarre.

Certaines sont vides en termes de fidèles, mais remplies de chaises. Bon nombre d’observateurs assimilent ce phénomène à du business. Oui, l’État a laissé les choses sensibles entre les mains inexpertes.

Bien que la laïcité soit consacrée dans la Constitution, ce sont les églises chrétiennes qui prédominent. L’église catholique romaine rafle 52% à elle seule, suivie de celle protestante qui avoisine les 28%.

Nonobstant le nombre vertigineux des églises, le mal va de mal en pire. Les Congolais développent la fibre tribale, parfois entretenue par les responsables religieux. Ceux qui sont saints dimanche à l’église, sont plus mauvais que le diable en matière d’argent, de femme et de probité morale.

Certains responsables des églises sont cités dans des combines où, même un inconverti ne saurait s’engager. La haine, le vol, détournement, malversations, débauche , mensonge, sont autant de maux qui rongent inexorablement l’église du Congo.

 » J’ai vu des hommes de Dieu se donner des coups jusqu’à se blesser au sujet du partage d’argent leur donné par Maman Sifa », révèle Denis Lessi, responsable d’une église de réveil dans la commune de Limete. « Des prophétesses ont été envoyées en prison pour détournement », regrette-t-il.

Pour ce pasteur, les hommes de Dieu de la RDC doivent demander pardon pour tout le mal qu’ils ont commis.  » A commencer par moi-même « , surprend Denis Lessi.

Actuellement les églises se déchirent entre elles au sujet de la désignation du candidat devant remplacer Corneille Naanga à la tête de la commission électorale nationale indépendante (CENI). A propos, les Congolais ont assisté à une insolite , à des insultes entre leaders religieux.

Les déclarations des certains frisent l’ignominie, la haine, le tribalisme et le paganisme.  » Si les conducteurs spirituels agissent de cette manière, à combien plus forte raison nous les ouailles ? « , s’est étonné un octogénaire qui a suivi impuissant les invectives et spectacle désolant des hommes de Dieu lors d’une émission télévisée.

La nouvelle de la désignation du président de la CENI a divisé les églises du Congo, et mis à nu les  » bergers mercenaires « . Les pasteurs sont devenus très silencieux et attendent la fin de covid-19 pour reprendre les miracles.

Mais pour plusieurs analystes, l’Etat doit mettre de l’ordre dans ce secteur qui avilise, pour ne pas donner raison à celui qui a dit que  » la religion est l’opium du peuple ». Entre le nombre d’églises et les péchés commis par les fidèles et leurs pères spirituels, il n’y a pas de communes mesures.

Édouard Bajika

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?