Jour : 10 juillet 2020

Fausse alerte : Benoît Lwamba pas démissionné

Contrairement aux folles rumeurs qui émaillent les réseaux sociaux, le président de la Cour constitutionnelle, Benoît Lwamba Bindu, n’a pas pas démissionné de son poste.

En effet, dans un document de démenti publié la nuit du vendredi au samedi 09 juillet 2020, le président de la Cour constitutionnelle dément avoir quitté son poste.

 » Contrairement aux rumeurs diffusées notamment sur les réseaux sociaux, faisant état de ma démission de la présidence de la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo, je tiens à préciser qu’il ne s’agit là que des rumeurs contre lesquels j’apporte un démenti » précise Benoît Lwamba.

Benoît Lwamba en séjour au royaume de Belgique pour des soins de Santé

Par ailleurs, le président de la Cour constitutionnelle signale sa présence au royaume de Belgique pour des soins de santé et rappelle que son mandat à la tête de la Cour prendra fin au mois d’avril 2021.

F.O

RDC : Le Front des Kabilistes engagés plaide pour l’élévation de Simon Kimbangu au rang de héros national

Les Jeunes de la structure » Kabilistes engagés » ont échangé jeudi 09 juillet 2020, avec Joseph Olengakoy, président du comité de suivi de l’accord de la Saint Sylvestre ( CNSA) sur l’élévation de Simon Kimbagu au rang de héros national.

Sur la table du président du CNSA, cette structure a plaidé pour que le Chef spirituel de l’église kimbaguiste soit honoré pour son rôle dans l’émancipation de la République démocratique du Congo (RDC).

« Aujourd’hui, l’histoire des Congolais doit s’écrire par les Congolais eux même. Si nous parlons aujourd’hui d’indépendance de la RDC, Simon Kimbangu est la genèse de tout. Kasa-vubu, Lumumba, Mobutu, Kabila, Tshisekedi, Olengankoy, ils ont tous reçu l’inspiration du combat de cet homme. Voilà pourquoi, nous appelons la population congolaise à embrasser notre démarche » a fait savoir Eliezer Kazadi Kamongo, président de (FKE).

Il faut rappeler que cette structure s’assigne pour objectif, la pérennisation du combat de Joseph Kabila Kabange.

F.O

Sur autorisation du chef de l’État, le ministre de la santé est sous le viseur de l’inspection générale des finances .

L’ Inspecteur général des finances, chef des services, Jules Alingete a diligenté une équipe des inspecteurs généraux des finances pour contrôler la gestion des fonds alloués à la riposte de la covid-19. Les Inspecteurs généraux ont une mission de contrôler les biens, dons et ressources de toute nature mis à la disposition de ce comité multisectoriel, du ministère de la santé ainsi que de ses services spécialisés , notamment l’institut national de recherche biomédicale (INRB).

Aussi, ils auront le contrôle de la destination et la justification des affectations données aux ressources susmentionnées, ainsi que la régularité des engagements conclus par ces services.

 

LM

Jules Alingete missionne des inspecteurs pour enquêter sur les fonds alloués à la riposte de covid-19

L’ Inspecteur général des finances, chef des services, Jules Alingete a diligenté une équipe des inspecteurs généraux des finances pour contrôler la gestion des fonds alloués à la riposte de la covid-19. Les Inspecteurs généraux ont une mission de contrôler les biens, dons et ressources de toute nature mis à la disposition de ce comité multisectoriel, du ministère de la santé ainsi que de ses services spécialisés , notamment l’institut national de recherche biomédicale (INRB).

Aussi, ils auront le contrôle de la destination et la justification des affectations données aux ressources susmentionnées, ainsi que la régularité des engagements conclus par ces services.

LM

Abbé Nshole recadre Sony Kafuta

Après la marche de jeudi 09 juillet à travers le pays, Sony Kafuta a vu son église Armée de l’Éternel vandalisée. Ce dernier a tenu pour responsables de ces actes de vandalisme les églises catholique et de celle du Christ au Congo (ECC).

En réponse, l’Abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), fustige les propos du numéro 1 des églises de réveil du Congo Sony Kafuta. Pour Donatien Nshole, les leaders des confessions religieuses étaient prévenus lors de la dernière réunion des désordres qui interviendraient, si on optait pour Ronsard Malonda.

 » Nous sommes appelés à aider le peuple dans son combat. Voilà pourquoi j’ai demandé aux confessions religieuses de faire le bon choix « , a rappelé le porte parole de la CENCO.

Pour lui, le pasteur Sony Kafuta ne peut pas tenir pour responsables l’église catholique et l’ ECC, car c’est le peuple qui s’est exprimé et cela prouve le mauvais choix des confessions religieuses.

Ce dernier a exhorté toutes les églises de la RDC de pouvoir travailler en étant du côté de la population congolaise.

En innocentant l’église catholique et l’ECC, le prêtre catholique a demandé à la population congolaise de pouvoir éviter la voie du désordre et de casse, mais aussi d’opter pour celle de la paix à chaque fois qu’il faut revendiquer un Droit.

 » Je condamne toute casse et acte de vandalisme, et je demande à la police d’éviter l’usage de balles réelles.

Pour finir, le secrétaire général trouve moins censé l’attribution des actes de vandalisme à l’église catholique ou à l’ECC. Il a l demandé aux églises ayant fait le choix de Ronsard Malonda d’assumer leurs actes.

Désiré Wembolowa

L’opacité dans la gestion des fonds alloués à la riposte contre la covid-19, le chef de l’État déploie les Inspection Généraleénérale des Finances.

Le ministre de la santé, Eteni, se trouve bien dans le viseur de l’inspecteur général des finances. La gestion des fonds alloués à la riposte semble opaque. Voilà qui pousse le Chef de l’État, Félix Tshisekedi à vouloir voir clair sur cette gestion.

Aussitôt entré dans sa nouvelle fonction, l’inspecteur général des finances, chef des services, Jules Alingete cible la gestion des finances publiques. Ce dossier du ministre de la santé constitue le premier test pour Jules Alingete qui ne jure que par l’intégrité pour juguler les trous par lesquels les finances publiques sont dilapidées.

LM

Butembo : Les ouvriers pris en charge par l’OIM réclament 3 mois de salaire

Les hommes et femmes chargés de prévention et contrôle des infections (PCI) de Butembo étaient dans la rue ce vendredi 10juillet 2020. Ils réclament les arriérés de trois mois de leur rémunération auprès de l’organisation internationale de migration (OIM). Selon Japhet Ngangisa, ceux qui ont manifesté sont ceux là qui prestent aux points de lavage des mains. Ces prestataires de santé prélèvent également la température des habitants dans le cadre de la prévention contre certaines maladies dont Ebola et Coronavirus.

KAWA Ngoy Erick

L’église du Christ au Congo fustige les propos du pasteur Sony Kafuta

L’Église du Christ au Congo (ECC) a été désagréablement surprise jeudi 9 juillet 2020, par les propos tenus par le Représentant légal des Églises de Réveil (ERC), l’Évêque-Général,
Sony Kafuta, à l’endroit des confessions religieuses, à savoir l’église du Christ au Congo (ECC) et l’église catholique. C’était à la suite des actes de vandalisme perpétrés par des manifestants sur les installations de l’Église Armée de l’Éternel, lors de la marche organisée par des acteurs politiques et certaines organisations de société civile.

Ladite marche était contre l’entérinement de Ronsard Malonda comme délégué des confessions religieuses à la CENI.

Dans ses propos tenus sur la radio Top Congo, Sony Kafuta accuse l’ECC et l’église catholique d’avoir envoyé les manifestants saccager son temple situé sur l’avenue Sendwe.

Pour sa part, l’Église du Christ au Congo condamne avec véhémence l’acte de profanation d’un temple de Dieu quelles qu’en soient
les motivations au même titre que les paroles de menaces proférées par le Représentant légal
des Églises de Réveil du Congo à l’endroit de l’ECC et l’église catholique.

Elle rejette en bloc  » les allégations de l’Évêque-Général de l’ERC qui sont dépourvus de tout
fondement véridique, logique et juridique « .

 » L’ECC rappelle à ce leader religieux de faire preuve de la retenue dans ses propos et de s’abstenir
de réagir sous l’effet de la colère. Car comme nous le dit la parole de Dieu : « Un homme en
colère excite des querelles, et un furieux commet beaucoup de péchés » (Proverbes 29:22), insiste-elle.

Et d’ajouter : « Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche » (Colossiens 3:8) ».

Cependant, l’ECC regrette la perte en vies humaines et présente ses condoléances les plus émues aux
familles éplorées à la suite de ces marches.

Considérant la gravité de tout ce qui s’est passé, le président de l’Église du Christ au
Congo, pasteur Maurice Mondengo appelle les chrétiens à la prière pour la paix. « Heureux ceux qui procurent la paix car ils seront appelés fils de Dieu » (Matthieu 5:9) ». Il en appelle à la vigilance, mais ne pas céder aux
provocations venant de toute part.

Désiré wembolowa.

RDC : Le Chef de l’Etat préside la 39ème réunion du Conseil des ministres

Le Chef de l’Etat préside ce vendredi 10 juillet la 39ème réunion du conseil des ministres par visio conférence.

Cette réunion se déroule au moment où plusieurs partis politiques contestent la candidature de Ronsard Malonda à la Ceni. Et cela a entraîné des vagues de manifestations dans plusieurs villes du pays.

Lors de la 38ème réunion, Félix Tshisekedi avait rassuré qu’il va veiller à ce que la procédure de désignation des animateurs et le processus électoral soient crédibles de bout en bout.

P.L.M Tshitenge

Tunda Ya Kasende encore déconnecté du conseil des Ministres

Le Vice premier-ministre et ministre de la justice Tunda ya Kasende est déconnecté pour la deuxième fois à la vidéoconférence du conseil des ministres de ce vendredi 10 juillet.

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi ne veut plus de Tunda ya Kasende au gouvernement. Il lui avait d’ailleurs demandé de démissionner. Félix Tshisekedi ne digère plus la présence de son VPM depuis le dossier de trois propositions des lois de Minaku et Sakata. Tunda avait déposé l’avis favorable du gouvernement à l’Assemblée nationale sans que lesdits projets ne soient pas discutés au préalable au conseil des ministres.

LM

RDC : Lamuka confirme la marche anti Malonda lundi 13 juillet (Communique)

Les leaders de la plateforme Lamuka confirment la marche contre l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la commission électorale nationale independante (CENI) pour lundi 13 juillet.

Le communiqué dont une copie est parvenue à la rédaction de REPLIK.CD révèle que cette marche pacifique aura lieu sur toute l’étendue du territoire national, dans le strict respect de gestes-barrières.

C’est le porte-parole du coordonnateur de Lamuka, Maître Steve Kavwata qui signe le communiqué.

« Conformément au communiqué du 07 juillet 2020, signé par les leaders de Lamuka; nous confirmons la tenue effective de la marche de notre plateforme sur toute l’étendue du territoire national, ce lundi, 13 juillet 2020,dans les stricts respect des gestes -barrières », a écrit Steve Kavwata.

« Il est formellement interdit tout acte de violence physique et de destruction des biens d’autrui », ajoute t-il.

Rédaction

Nord-Kivu : Le conseil des ministres examine la situation générale de la province

Le gouverneur du Nord Kivu Nzanzu Kasivita Carly a présidé le conseil ordinaire des ministres provinciaux. La situation générale de la province ainsi que la lutte contre Coronavirus est l’essentiel fixé à l’ordre du jour de cette rencontre encore en cours et dont le compte rendu sera fait après.

Selon Zachée Kakule Mathina, membre de la cellule de communication du gouverneur, les membres du gouvernement provincial prennent massivement part à ce conseil. C’est la salle des réunions du gouvernorat qui sert de cadre à la séance.

KAWA Ngoy Erick

Culture : Guy Wasala annonce son album  » Bonzambe en Jésus-Christ »

Le Représentant légal de l’église Army of Christ annonce la sortie de son nouvel opus
dans les prochains jours. Il s’agit d’un album de 3 titres. Le message clé contenu dans oeuvre a le but d’édifier le peuple de Dieu et faire miroiter la divinité au peuple.

 » Nous allons plus promouvoir les œuvres du Saint-Esprit afin de sauver les âmes et que la guérison se manifeste », a-t-il laissé entendre.

Encore des morts dans les rangs de l’Udps

L’ union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), est un de partis politiques les plus anciens dans l’histoire de la République démocratique du Congo (RDC). Créée par les 13 parlementaires en 1983, l’UDPS avait eu comme premier président dans son histoire, Kibassa.

À cette époque Zaïre, aujourd’hui la RDC, le parti de Limete subissait une dictature atroce de la part du feu Joseph Désiré Mobutu, avec le MPR comme parti unique où tout Zaïrois était obligé adhérer.

Dans l’idée de mèttre par terre le monopartisme, et faire face à la dictature, les 13 parlementaires avaient résolu de mettre en place un parti politique d’opposition pouvant boycotter les dictas du père fondateur du Zaïre, Mobutu Sese Seko.

Ceci avait contraint Mobutu à démocratiser le pays et à proclamer le multipartisme le 24 avril 1990. Pour rappel, il faut dire que depuis sa création en 1983 jusqu’à 2018, l’UDPS reste un parti d’opposition, 37 ans durant. Et c’est l’unique parti qui ait subi des répressions, qui a enregistré beaucoup de morts et blessés.

Tout ceci s’inscrit dans le cadre de la lutte pour l’instauration de la démocratie et d’un Etat de droit où, la justice devra être distributive.
À l’époque du Zaïre, ce parti a perdu ses militants et à enregistré autant de morts pendant la marche de 17 février 1992, sur la place victoire. En 17 mai 1997 l’entrée de l’AFL, Laurent Désiré Kabila change le Zaïre en RDC et, s’autoproclame président de la République démocratique du Congo. L’UDPS toujours parti d’opposition et dirigé par Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui, d’ailleurs, sera relégué par Laurent Désiré Kabila dans son village natale.

Quelques années plutard, celui – ci sera assassiné et le 26 janvier 2001, Joseph Kabila prête serment comme Président de la République. L’Udps reste parti d’opposition, subissant le même traitement, notamment la répression. Elle a continué d’enregistrer les morts parmi ses militants. Le monde se souvient de plusieurs morts connus et anonymes. Ces compatriotes qui ont laissé leur peau pour l’instauration de la démocratie, sont innombrables.

Le 24 janvier 2019, Félix Tshisekedi, fils biologique d’Etienne Tshisekedi prête serment, l’UDPS prend le pouvoir après une opposition historique.
En ce jour, ce même parti au pouvoir, continue avec ses marches et enregistre des morts dans ses rangs. Pas plu tard que ce jeudi 9 juillet, lors de la marche de contestation de Ronsard Malonda comme candidat président de la commission électorale nationale indépendante ( CENI ), l’UDPS vient de perdre ses trois membres.

A quand la fin du comptage de morts dans les rangs des combattants de l’Udps ? Difficile pour l’instant de donner réponse, Dieu seul sait.

Désiré wembolowa.

Nord-Kivu : Le milicien Guidon en peine déchu, s’enfuit avec 25 éléments

Selon le major Ndike Kaiko Guillaume, porte parole des FARDC dans les opérations sokola 2, le milicien Shimirayi Mwissa Guidon destitué par le haut commandement du mouvement Nduma défense of Congo ( NDC) rénové s’est en fuit avec 25 éléments dont 8 ont été neutralisés par les FARDC. Les FARDC, à travers le commandement des opérations sokola 2 disent prendre acte de la d’échéance de Guidon à la tête du mouvement NDC rénové. Guillaume Ndjike Kaiko demande à Monsieur Bwira qui a le commandement du NDC de déposer les armes et respecter le processus de la réédition de tout son mouvement.

  KAWA Ngoy Erick

Mambasa : 5 orpailleurs décédés dans un éboulement tirés des décombres

Le drame a eu lieu dans une carrière artisanale d’extraction de l’or située à Lwemba dans le territoire de Mambasa en Ituri. Les cinq jeunes creuseurs de l’or ont été engloutis dans l’éboulement l’après midi de ce jeudi 09 juillet 2020. Cet accident professionnel mortel a paralysé les activités dans toutes les carrières d’extraction de l’or dans cette partie du groupement de Babila Tetur,i en chefferie de Babila Babombi.

Toutes les victimes sont les jeunes de Mangina au Nord Kivu qui travaillent en solidarité dans un même bougon nommé « sous courant ». C’est le mur qui s’est effondré pendant qu’ils étaient sous le sol. Les corps ont été exposés dans la véranda couturière du chef de la localité de Lwemba mine, grâce à une fouille des volontaires qui ont su enlever tous les corps de la grande fosse effondrée .

KAWA Ngoy Erick

Ituri : 35 civils tués à Djugu, les rescapés accusent Codeco

Le bilan de la récente incursion des hommes armés à Bunzele et Zunguluka en territoire de Djugu, Province de l’ituri a fait 25 morts le mercredi 08 juillet. La fouille des volontaires de la Croix rouge menée ce jeudi a abouti à la découverte des 10 autres corps pour faire un total provisoire de 35 morts côté civil. Les rescapés citent les miliciens de la coopérative pour le développement du Congo ( CODECO). Ils ont incendié 12 maisons des habitants. Ce jeudi au Sud Est, précisément à TCHABI, les fortes détonations ont été attendues dans cette région. Les retombées des déflagrations sont à découvrir.

KAWA Ngoy Erick

Kabund , un léopard déchaîné

Si la marche de ce jeudi 09 juillet est un succès, beaucoup de Congolais l’attribuent à Jean-Marc Kabund qui, chassé du Bureau de l’Assemblée nationale, devient un « léopard déchaîné », prêt à dévorer le Bureau même qui l’avait défenestré. Il est devenu libre de mouvement et d’actions. C’était une faute de l’éjecter, une erreur jeannine._

La République démocratique du Congo (RDC) connait actuellement une période très critique de son histoire. En dehors de la pandémie de covid-19 qui lui arrache ses dignes fils, qui ralentit le processus de développement amorcé par le Chef de l’État Félix Tshisekedi, il y a cette crise artificiellement forgée par les politiques, certains politiciens.

Certes, il y a crise, manque de confiance entre les partenaires de la coalition au pouvoir. Mais aussi, absence de sincérité, synonyme des agendas cachés entre antagonistes qui font semblant d’être protagonistes.

En témoigne, la marche de ce jeudi organisée par l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) et alliés, organisations de la société civile et d’autres partis politiques. A la base, l’entérinement de Ronsard Malonda par l’Assemblée nationale comme président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), pour le compte des confessions religieuses. La question divise les hommes de Dieu qui s’invectivent désormais sur les ondes des médias et appellent à une croisade.

Ceux qui sont contre Ronsard Malonda l’accusent d’être au service du Front commun pour le Congo (FCC), plateforme dirigée par le Sénateur à vie, Joseph Kabila. Les faits et gestes des membres du FCC ne contredisent malheureusement pas ces accusations portées contre leur famille politique. A l’opposé, ils avaient projeté le même jeudi, une autre marche, cette fois-ci, pour soutenir les institutions de la République, dont la CENI. Voilà qui a courroucé les manifestants qui n’avaient pas besoin des oreillettes pour digérer l’implicite de cette communication.

La marche a eu lieu, mais il est déploré le bilan. Encore des pertes inutiles en vies humaines. Trois personnes ont déchiré leur curriculum vitæ (CV). On condamne également qu’il y ait des policiers blessés. Des pratiques moyenâgeuses qui refont surface, alors que le pays s’évertue à prendre son envol.

Une église saccagée ? C’est une profanation, un combat contre Dieu à qui le pays a été dédié par le Chef de l’Etat, il y a peu. Des sièges des partis politiques vandalisés ? Voilà qui va à l’encontre de l’Etat de droit.  » Les manifestants ont été infiltrés par des bandits de long chemin qui ont commis ces actes déplorables « , équilibre Adrien Ifonge, avocat de son état.

Kabund libéré

Si au niveau de la mobilisation la marche a dépassé les attentes au regard du nombre vertigineux des manifestants, plusieurs observateurs attribuent ce succès au travail abattu par le président a.i de l’Udps, Jean-Marc Kabund. Le numéro 01 du parti présidentiel avait appelé à la conscience de tous les Congolais pour manifester leur ras-le-bol contre  » la volonté manifeste d’un camp à vouloir prendre tout le pays en otage « .

Des analyses pédants et hérissés arrivent unanimement à une conclusion : Jeannine Mabunda a commis l’irréparable en excluant Kabund a Kabund du Bureau de l’Assemblée nationale. Pour ces analystes chevronnés, Kabund avec son statut de Premier vice-président de l’Assemblée nationale, était astreint à certaines obligations. La faute est jeannine, parce quecommise par Mabunda. Celle d’avoir écarté Kabund. En réalité, elle l’a libéré.

Voulant le réduire au silence, parce que bloquant certaines initiatives, le FCC a libéré un « prisonnier » avec liberté de mouvement, de pensée, d’action. Oui, Jean-Marc a désormais la liberté de mobiliser pour contrer les actions qui n’épousent pas les intérêts du peuple.

Le président a.i de l’Udps est un léopard déchaîné qui emporte boucs, coqs et canards à son passage. Le FCC ne saura le contenir, l’étrangler. Il est désormais président de la majorité populaire qui peut écraser à tout moment celle parlementaire.

A la vue de tout ce qui s’est passé jeudi 09 juillet, un pasteur d’une église de réveil n’a pas caché sa peur : « C’est maintenant que l’ultime étape du combat de l’Udps commence. C’est le début de la fin d’une majorité préfabriquée », a-t-il lancé en substance.

Aux dires des uns et témoignages des autres, la faute commise à l’hémicycle est jeannine, entendez:  » Commise par Jeannine « , qui avait pensé réduire au silence un aigle habitué à voler plus haut.

Édouard Bajika

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?