9 mars 2021

Encore des morts dans les rangs de l’Udps

L’ union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), est un de partis politiques les plus anciens dans l’histoire de la République démocratique du Congo (RDC). Créée par les 13 parlementaires en 1983, l’UDPS avait eu comme premier président dans son histoire, Kibassa.

À cette époque Zaïre, aujourd’hui la RDC, le parti de Limete subissait une dictature atroce de la part du feu Joseph Désiré Mobutu, avec le MPR comme parti unique où tout Zaïrois était obligé adhérer.

Dans l’idée de mèttre par terre le monopartisme, et faire face à la dictature, les 13 parlementaires avaient résolu de mettre en place un parti politique d’opposition pouvant boycotter les dictas du père fondateur du Zaïre, Mobutu Sese Seko.

Ceci avait contraint Mobutu à démocratiser le pays et à proclamer le multipartisme le 24 avril 1990. Pour rappel, il faut dire que depuis sa création en 1983 jusqu’à 2018, l’UDPS reste un parti d’opposition, 37 ans durant. Et c’est l’unique parti qui ait subi des répressions, qui a enregistré beaucoup de morts et blessés.

Tout ceci s’inscrit dans le cadre de la lutte pour l’instauration de la démocratie et d’un Etat de droit où, la justice devra être distributive.
À l’époque du Zaïre, ce parti a perdu ses militants et à enregistré autant de morts pendant la marche de 17 février 1992, sur la place victoire. En 17 mai 1997 l’entrée de l’AFL, Laurent Désiré Kabila change le Zaïre en RDC et, s’autoproclame président de la République démocratique du Congo. L’UDPS toujours parti d’opposition et dirigé par Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui, d’ailleurs, sera relégué par Laurent Désiré Kabila dans son village natale.

Quelques années plutard, celui – ci sera assassiné et le 26 janvier 2001, Joseph Kabila prête serment comme Président de la République. L’Udps reste parti d’opposition, subissant le même traitement, notamment la répression. Elle a continué d’enregistrer les morts parmi ses militants. Le monde se souvient de plusieurs morts connus et anonymes. Ces compatriotes qui ont laissé leur peau pour l’instauration de la démocratie, sont innombrables.

Le 24 janvier 2019, Félix Tshisekedi, fils biologique d’Etienne Tshisekedi prête serment, l’UDPS prend le pouvoir après une opposition historique.
En ce jour, ce même parti au pouvoir, continue avec ses marches et enregistre des morts dans ses rangs. Pas plu tard que ce jeudi 9 juillet, lors de la marche de contestation de Ronsard Malonda comme candidat président de la commission électorale nationale indépendante ( CENI ), l’UDPS vient de perdre ses trois membres.

A quand la fin du comptage de morts dans les rangs des combattants de l’Udps ? Difficile pour l’instant de donner réponse, Dieu seul sait.

Désiré wembolowa.

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?