Jour : 19 juillet 2020

Tanganyika : 3 pêcheurs meurent dans le lac

Trois morts et plusieurs disparus, tous pêcheurs dans le lac Tanganyika. Le drame a eu lieu non loin de Moba en début du weekend du 18 juillet et ce sont les rescapés qui ont rapporté la nouvelle.

Le vent violent communément appelé Sabasaba et précipitations qui secouent ce dernier temps le lac Tanganyika ont emporté plusieurs pêcheurs. Trois d’entre eux sont retrouvés morts et le restent portés disparus depuis la fin de la semaine. Les rescapés sont arrivés au village samedi 1juillet.

 » Nous étions nombreux bloqués au large du lac suite au poids exagéré des poissons qu’on avait déjà attrapés.
Sans solution, nous avons passé nuit sur le lac avant de voir quelques uns d’entre nous être emportés par le vent violent qui a commencé à souffler à l’aube. Nous, nous avons eu la vie sauve grâce à d’autres pêcheurs venus au secours « , témoignage un rescapé.

Le Président de l’association des pêcheurs de ce coin de la province de Tanganyika, André Masia Masimango qui déplore cette situation, indique que les recherches se poursuivent en vue de retrouver les disparus. Tout de même il demande aux pêcheurs d’être vigilants sur le lac Tanganyika.  » Je me rappelle très bien que le comité de COPEDEMO avait déjà alerté sur le danger que présente le lac cette année. Comment avons-nous su ça, vous constaterez que les eaux du lac Tanganyika sont abondantes cette année et si vous voyez la façon dont le vent souffle, il y a de quoi comprendre que Sabasaba est encore au rendez-vous cette année. Nous continuons à inviter les pêcheurs à la prudence sur le lac Tanganyika, » a précisé ce numéro un des pêcheurs à Moba dans la province du Tanganyika.

Rédaction

Kinshasa en deuil et dans la joie

Les tenanciers des espaces et salles funéraires sont profondément attristés et bouleversés, tels des gens endeuillés depuis samedi 19 juillet, à l’annonce de l’interdiction de pleurer les morts, même après l’État d’urgence sanitaire.

En effet, la ville province de Kinshasa connaît depuis lors, un sentiment mi-figue mi-raisin, après la décision du gouverneur de la ville. Pour Gentiny Ngobila, après l’État d’urgence sanitaire, les familles endeuillées n’auront que 30 minutes pour rendre les derniers hommages aux morts avant d’être acheminés à la morgue.

Plus question de veillées mortuaires, même après déconfinement. Le gouverneur l’a confirmé lors de la pose de la première pierre pour les travaux de construction d’un funérarium à Kinshasa, samedi 18 juillet.

Ce funérarium moderne à côté de la morgue centrale de Kinshasa, dans l’enceinte de l’hôpital général de référence de Kinshasa(Ex-mama Yemo) servira, selon Gentiny, aux personnes ayant perdu les leurs de se recueillir pendant une trentaine de minutes, avant d’aller au cimetière.

Voilà qui a courroucé les propriétaires des espaces et salles funéraires éparpillés à travers la ville. Ces derniers se faisaient de fortune en faisant louer leurs salles et espaces pour 24 heures. Les salles dont les prix variaient entre 1500 et 6.000 USD, étaient un casse-tête pour des familles prolétaires. Il fallait autant de semaines de cotisations pour réunir cette somme, ce qui faisait trainer les corps à la morgue.

Une grande partie de la population interrogée se réjouit de cette mesure qui la soulage. Ce, pendant que les propriétaires des endroits funéraires sont près qu’en deuil.

Edoba

Nécrologie

La Famille Mutshipayi annonce la mort de leur fils Claude Kabamba Mutshipayi, alias Djimen le Congolais, décès survenu jeudi 16 juillet 2020, de suite d’un accident de circulation vers la route de l’aéroport de Nd’jili.

Le programme des funérailles se présente comme suit :

  • Mardi 21 juillet 2020 à 9h00, recueillement à la morgue de l’hôpital kimbaguiste à Kimbanseke.

  • L’enterrement intervient le même jour au cimetière de Kinkole Nouvelle Cité.

Entre temps, le deuil se tient à la résidence familiale, sise avenue Bobozo numéro 59, Masina sans fil
Référence : derrière l’immeuble Apocalypse.

Pour tout contact :+243 81 83 82 579

Ce communiqué tient lieu de faire part.

Gentiny Ngobila visite l’industrie Nodaplast

Le gouverneur de la ville de Kinshasa a visité la société industrielle Nodaplast samedi 18 juillet, située dans la commune de Kinshasa. Gentiny Ngobila a commencé sa visite au bâtiment de l’injection et production des bouchons, pour chuter par le bâtiment de production des bouteilles en passant par le bâtiment de production des sachets.

Tout le long de la visite, le premier citoyen Kinois a reçu des explications concernant toutes les étapes de la production de ces emballages plastiques à savoir les sacs, les bouteilles et bien d’autres.

Impressionné par la qualité du service que fournit cette entreprise qui emploie essentiellement des Kinois, le Patron de la Ville de Kinshasa, a invité les autres entreprises de la même filière à emboiter les pas à NODAPLATS, avant de rappeler son arrêté no 047 du 5 février 2020 portant interdiction d’ usage des emballages plastiques non-biodégradables sur toute l’étendue de la ville de Kinshasa qui reste de stricte application.
Aussi, a-t-il souligné, le contrevenant s’exposera à la rigueur de la loi.

Pour sa part, le Directeur général de NODAPLAST n’est pas resté insensible quant à la visite du patron de la ville de Kinshasa.

Il a donc saisi l’occasion pour remettre un important lot
de kits d’assainissement et d’hygiène au Gouverneur de la ville de Kinshasa. Une façon pour NODAPLAST d’accompagner l’ opération « Kinshasa-Bopeto » pillier du programme de Gentiny Ngobila Mbaka.

Ce lot est constitué, en effet, de 3000 sacs poubelles, 1500 tonneaux de 100 litres, 30 fûts de 500 litres et 100 autres tonneaux de 60 litres.

Il convient de rappeler par ailleurs que l’entreprise NODAPLAST, spécialiste en emballages plastiques, utilise comme matière première le Hdpefilm. Une matière de qualité servant pour la fabrication des emballages plastiques biodégradables.

DW NC

Minaku et Sakata à la manœuvre chez Ambongo

Fridolin Ambongo, cardinal et archevêque métropolitain de Kinshasa a échangé samedi 18 juillet en son cabinet de travail avec les députés nationaux Aubin Minaku et Garry Sakata, initiateurs des propositions des lois sur la reforme de la justice.

Cette rencontre a tourné autour de la situation sociopolitique du pays, particulièrement sur la désignation des animateurs de la CENI ainsi que les trois propositions des lois Minaku et Sakata.

L’objectif de cette rencontre était d’obtenir des voies et moyens de sortie de crise par rapport aux derniers incidents ayant émaillé le pays dernièrement.

“Il faut toujours travailler pour le bien-être du peuple congolais, et donc je ne pouvais qu’apprécier cette recommandation du cardinal par rapport aux intérêts du peuple. Les trois lois vont être analysées par la plénière, bien avant elles seront programmées par le bureau de l’Assemblée nationale, mais cela se fera en tenant compte de la dynamique populaire”, a martelé le député national Aubin Minaku aux termes de leur échange.

L’ancien Président de la chambre basse du Parlement ainsi que le député Garry Sakata ont par ailleurs rassuré la population que les échanges sur les trois lois vont se poursuivre avec les magistrats dans le but d’éclairer la population sur ce sujet.

Il sied de rappeler que les lois Minaku et Sakata avaient suscité des contestations sur toute l’étendue du territoire national,vu qu’elles ont été présentées dans un contexte de suspicion. Le bureau de l’Assemblée nationale avait renvoyé leur examen à la session de septembre. Mais pour plusieurs analystes, ce dossier appartient déjà au passé.

Edoba

Les catholiques boudent la marche du CLC

La marche du comité Laïc de coordination (CLC) prévue ce dimanche 19 juillet a vécu à Kinshasa. Elle était initiée pour réclamer une CENI dépolitisée, véritablement indépendante et crédible, mais également pour exiger l’audit financier et technique de cette CENI et sa réforme, préalables à la désignation de nouveaux animateurs.

Une cinquantaine de personnes seulement se sont retrouvées au point de rencontre, le marché Laurent-Désire Kabila, communément appelé Marché de la liberté ou Bitabe, dans la commune de Kimbanseke.

 » Un fiasco » d’après un membre de Lamuka qui a cru à un jeu d’enfants, en voyant les cinquante manifestants passer. En effet, malgré la mobilisation du CLC, les fidèles catholiques n’ont pas obéi au mot d’ordre de marcher, ni la population non plus, constate un curieux.

Plusieurs chrétiens interrogés devant les paroisses Sainte Anne, Sacré-Coeur et Fátima de la Gombe, Cathédrale notre Dame du Congo et St Muzey de Lingwala, estiment unanimement que dès lors que le Président de la République avait refusé d’investir Ronsard Malonda, cette marche devenue sans objet.

Le CLC comptait sur les fidèles catholiques de plus de 216 paroisses qui composent l’archidiocèse de Kinshasa pour l’événement de ce dimanche. Mais c’était sans compter sur la clairvoyance des chrétiens qui savent désormais voir au-delà du rideau.

Les curés des paroisses n’avaient même pas pris le soin de sensibiliser leurs ouailles comme le souhaitait le CLC. Les messes ont été dites dans chaque paroisse, dont le nombre ne dépassait 20 personnes, dans le strict respect des mesures sanitaires.

Par ailleurs, les manifestants sont partis du marché de Liberté, en accord avec la police qui les a encadrés. Les organisateurs de la marche ont choisi de chuter à l’échangeur de Limete et non au terrain en face du stade des Martyrs, comme prévu.

Mais les manifestants ne sont même plus arrivés à l’échangeur de Limete. Ceux qui provenaient de Tshangu ont été orientés par la police au terrain “papa Diacre Tshobo”, situé à côté du pont Matete.

 » La police n’a tiré aucun coup de feu, il n’y a pas eu non plus d’interpellation « , précise la source de REPLIK sur terrain.

Comme pour ironiser, un cadre de l’Udps pense que les cinquante manifestants n’étaient autres que des membres des familles des responsables du CLC et quelques responsables des mouvements citoyens.

Edoba

Football : Trésor Mputu, joueur définitif de Mazembe

L’un des joueurs légendaires, ancien capitaine des Léopards et milieu de terrain du Tout Puissant Mazembe (TPM), Trésor Mputu s’est exprimé sur sa carrière, dans une interview ce samedi 18 juillet à Lubumbashi.

À propos de sa situation contractuelle avec les Corbeaux, Trésor Mputu confirme qu’il est un joueur définitif du club

« Je suis un joueur du TPM, je peux aussi me permettre de dire solennellement que je suis un joueur définitif de ce club. Je suis un fils de la maison », a-t-il déclaré.

Des propos déjà forts, mais Mputu n’a pas voulu s’arrêter là, il a rassuré tous les fans des Badiangwena jamais rassasiés par la présence de l’ancien capitaine des Léopards : “A l’intention de ceux qui aiment Trésor Mputu et de tous mes fans, qu’ils sachent que je suis encore au TPM »,a-t-il affirmé.

« Mputu est toujours dans nos cœurs et nous comptons sur lui pour la suite de nos compétitions », estime Robert Kidiaba, entraîneur des gardiens de TPM.

Rédaction

Lubumbashi : Ilunkamba félicite Kyabula pour la modernisation de la voirie

Sylveste Ilunga, Premier Ministre congolais, a visité samedi 18 juillet, les travaux exécutés dans le cadre de modernisation de la voirie de la ville de Lubumbashi.

Sylvestre Ilunga a été conduit sur terrain pour se rendre compte des chantiers terminés ou non par le gouverneur de province. Cette ronde a commencé par le pont Kabulameshi, sur l’avenue Tshinyama, inauguré dernièrement.

La délégation s’est rendue sur l’avenue Kasavu, élargie de 14 mètres avec séparateurs physiques, trottoirs pavés et lampadaires solaires pour éclairer la nuit.

Ilunkamba, qu’accompagnait le Ministre de la défense nationale et anciens Combattants, Ngoy Mukena, a été guidé vers les chantiers en cours. C’est le cas de la chaussée de Kasenga et Boulevard Lumumba où les travaux s’exécutent nuit et jour. L’ Hôte du Haut-Katanga a visité aussi différents rond-points en plein élargissement, comme celui à la place de la gare.

 » Les chantiers de modernisation des avenues de Lubumbashi, c’est un travail remarquable, c’est un travail à encourager, c’est très important surtout que tous ces chantiers sont exécutés grâce aux ressources propres de la province. Il ya lieu de féliciter le gouverneur de province, car ceux-ci rentrent dans le cadre de la modernisation du pays. Merci monsieur le Gouverneur », s’est réjoui le Premier Ministre Ilunkamba.

Rédaction

Football : Les joueurs congolais de l’Europe récoltent du succès

La République démocratique du Congo (RDC) plusieurs joueurs évoluant en Europe. REPLIK.CD revient sur quelques uns d’entre eux qui ont glané beaucoup de succès la semaine du 12 au 19 juillet 2020.

Chancel Mbemba a remporté le championnat portugais avec son club Porto Fc et devient le premier congolais a avoir soulevé ce titre.

Mechack Elia a marqué un joli but avec son équipe de Yougboys berne de la Suisse, un but qui a rendu son coach très heureux.

Neskens Kebano a signé un doublé avec son équipe Fulham évoluant en deuxième division anglaise.

Britt Assombalanga a marqué sur un très bon coup-franc.

Samuel Moutoussamy, joueur du FC Nantes a aussi marqué un but avec son équipe lors d’un match amical. Voilà qui réjouit les amoureux congolais du ballon rond qui suivent de près l’évolution de leurs athlètes prestant au vieux continent.

Edoba

Covid-19 : L’ONU s’inquiète des conséquences sur les mutilation génitales féminines

L’Organisation des Nations-Unies, à travers le Conseil des droits de l’homme, a alerté samedi 18 juillet sur les répercussions de la pandémie de Covid-19 qui pourrait compromettre les progrès réalisés contre les mutilations génitales féminines (MGF).

Dans une résolution, intitulée « Élimination des mutilations génitales féminines », adoptée par consensus, le Conseil demande notamment aux États d’adopter une approche globale, fondée sur les droits, tenant compte des questions de genre et multisectorielle de la prévention des mutilations génitales féminines et de la lutte contre cette pratique dans le contexte de la pandémie de Covid 19.

Le Conseil des droits de l’homme s’est dit profondément préoccupé par les études indiquant que la crise de la maladie à coronavirus pourrait détourner les efforts internationaux, régionaux et nationaux de la prévention et de l’élimination des mutilations génitales féminines et d’autres pratiques préjudiciables.

« Le projet de résolution interpelle également sur le risque de ralentissement des efforts de prévention et d’élimination de mutilations génitales féminines liées à la pandémie de Covid-19 », a déclaré au nom du Groupe africain, l’Ambassadeur Dieudonné Désiré Sougouri.

Selon le Représentant permanent du Burkina Faso auprès de l’ONU à Genève, le texte demande notamment aux États d’adopter une approche globale, fondée sur les droits, tenant compte des questions de genre et multisectorielle de la prévention des mutilations génitales féminines et de la lutte contre cette pratique dans le contexte de la pandémie de Covid 19.

Dans ce contexte, il demande aux Etats d’intensifier leurs efforts de coopération de développement en vue d’une mise en œuvre efficace des stratégies politiques.

Prévention, riposte globale et multisectorialité de la question des MGF…
En effet, les répercussions de la Covid-19 et le ralentissement des efforts internationaux pourraient entraîner un retard dans la mise en œuvre du programme et au moins 2 millions de cas supplémentaires de mutilations génitales féminines qui auraient pu être évités d’ici à 2030.

Dans ce combat pour l’«élimination des mutilations génitales féminines », le Conseil des droits de l’homme a également décidé d’organiser, à sa 47ème session, une table ronde de haut niveau sur l’action multisectorielle de prévention et de lutte contre les mutilations génitales féminines.

L’objectif est de mettre en commun les bonnes pratiques en ce qui concerne l’élaboration de dispositifs pour prévenir et éliminer les mutilations génitales féminines, ainsi que les efforts pour assurer la viabilité des mesures prises en vue de mettre fin aux mutilations génitales féminines dans le contexte des pandémies et des chocs économiques mondiaux.

Edoba

Flash

Grâce à la diplomatie du Président Félix Tshisekedi, Israël offre à la République démocratique du Congo (RDC) 50 chars de combat et 12.000 armes pour combattre les ADF et rétablir la paix durable dans l’Est du pays. C’est selon une source diplomatique à Kinshasa.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?