Néné Nkulu envisage un contrôle des entreprises employant des étrangers.

La ministre de l’emploi, travail et prévoyance sociale, Néné Nkulu Ilunga dénonce à travers une note circulaire, le non respect des dispositions légales et le comportement tendant à entraver les efforts du gouvernement dans la protection de la main d’œuvre locale.

 » Tout employeur qui se propose d’engager un expatrié doit au préalable déposer l’offre de l’emploi à l’Office national de l’emploi (ONEM). Dans le cas où cette offre demeure insatisfaite dans le délai de 30 jours, il est autorisé à recourir à une main d’œuvre étrangère en soumettant le dossier à la commission de l’emploi des étrangers pour examen. » a rappelé Madame la ministre du travail.

 » Il ressort clairement que l’employeur qui désire embaucher un travailleur étranger est ténu de se procurer des documents préalables dont la carte de travail d’étranger et de respecter la procédure en la matière », a ajouté la ministre Néné Nkulu Ilunga.

Le ministère de l’emploi, travail et prévoyance social compte déployer ses services pour effectuer un contrôle de la détention de la carte de l’ONEM. A cet effet, un moratoire d’un mois est accordé aux entreprises et établissements concernés avant l’application des sanctions à ceux qui vont violer la réglementation en vigueur.

Jacques Malanda.

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?