Jour : 28 juillet 2020

Kasaï central : l’ONG FMMDK clôture son atelier sur le leadership féminin et le mentorat

C’est une formation a réuni 80 filles de la ville de Kananga et ses environs. Selon les organisateurs, le souci est de mettre fin aux violences faites aux femmes ainsi que la discrimination et chercher l’égalité homme- femme dans tous les domaines.

Marie Jeanne Mbelu, l’une des participantes à cet atelier qui s’est confiée à votre rédaction, se dit hyper contente et reconnaissante envers les organisateurs.

Mbelu rassure avoir reçu avec attention cette formation et promet de la mettre au travail pour répercuter le message chez toutes les filles qu’elle rencontrera.

Il sied de rappeler que cette séance avait eu pour cadre la salle CICA de Kananga et s’était déroulée du 25 au 27 juillet 2020.

Pontien junior Lushiku

Les patrimoines culturels belgo-congolais au centre d’un échange au Ministère de Tourisme

Le Ministre du Tourisme, Yves BunkuluU Zola a reçu en audience ce mardi 28 juillet 2020 dans son Cabinet de travail, le chef de mission adjoint du Royaume de Belgique. Le diplomate Belge Thomas Stevens qui est à son deuxième passage en République Démocratique du Congo est venu prendre contact avec le Ministre du Tourisme sur la reprise de la coopération entre la RDC et la Belgique sur les patrimoines culturels qui lient les deux peuples.

Les questions liées notamment au redémarrage et à la relance des activités relatives à la route des exclaves, à la réhabilitation des vestiges coloniaux, allusion faite notamment à la première résidence du gouverneur belge à Boma, ont été aussi au centre des échanges entre les deux personnalités.
Le diplomate belge, en sa qualité d’historien, a souligné que son pays va accompagner la RDC à travers le projet de la mise sur pied d’un Musée en la résidence du 1er gouverneur belge à Boma.

Mais il sera d’abord question d’entreprendre les études de faisabilité quant à ce. Les deux pays qui partagent une histoire, sont plus que jamais déterminés à raffermir leurs liens notamment en ce qui concerne le secteur du Tourisme, par la réconciliation avec le passé, le cas notamment de la route des exclaves et la restitution du patrimoine culturel du Congo.

Felly MPONGO

Santé : les prestataires des soins annoncent Beni sans hôpitaux

La corporation des infirmiers de Béni annonce l’opération Béni sans hôpitaux dans 48heures s’il n’y a pas de réponses positives à leurs revendications renfermées dans un mémorandum remis ce mardi 28juillet 2020 au maire intérimaire de Beni, Bakwanamaha Modeste.

Les infirmiers dénoncent ce qu’ils qualifient de non prise en compte de leurs précédentes réclamations retracées dans leur mémorandum précédent. Ils ont ainsi demandé la sécurisation de ceux qui sont impliqués dans le procès autour de l’assassinat de l’infirmier Joseph Sivasima, tué mardi dernier chez lui au quartier Rwangoma.

L’audience de flagrance se poursuit et les suspects ont avoué avoir tué au nom de la recherche de 5 mille dollars américains promis par une auteur intellectuel en cavale.

KAWA Ngoy Erick

Lutte anti-corruption :Félix Tshisekedi appelé à fouiner dans le passé

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 28 juillet 2020 dont une copie est parvenue à la rédaction de Replick.cd, la campagne  » le Congo n’est pas à vendre » demande au Président de la République, Félix Tshisekedi de fouiner dans les dossiers Gecamines, CNSA, Bukanga Lonzo et autres.

Selon le contenu de ce communiqué de presse, les mouvements citoyens et organisations de la société civile réunis au sein de la coalition » Congo n’est pas à vendre » regrette que la matérialisation de l’élan de changement de mode de gestion contenu dans presque tous les discours prononcés par le Chef de l’État Félix Tshisekedi tant au niveau national qu’international soit freinée, faute d’actions concrètes sur le terrain. Cela risquerait d’annihiler cette détermination à exorciser notre pays de ce fléau qui l’a plongé dans un marasme économique favorisant la gabegie financière, créant ainsi un déséquilibre total entre les gouvernants et gouvernés, ce qui plonge ce dernier dans la pauvreté », décrie Congo n’est pas à Vendre.

Par ailleurs, CNPAV rappelle à Félix Tshisekedi, l’existence de plusieurs dossiers de corruption non- élucidés jusqu’à ce jour et qui continuent d’alimenter les débats au sein de l’opinion publique qui, du reste demeure dans le scepticisme de voir cette noble lutte contre la corruption restée un voeu précieux.

Parmi les dossiers graves de corruption soulevés par la coalition « Congo n’est pas à vendre », il y a notamment ;

-Dossier GECAMINES où 128 millions d’euros ont été volatilisés et dont une enquête a été ouverte au sein des juridictions sans que l’affaire ne soit fixée devant le Tribunal.

  • Dossier CNSA : 3.087.630 USD ont été décaissés pour payer la prime et les salaires de 18 membres non actifs depuis plusieurs mois.

-Dossier 15 millions de dollars de la décote sur le remboursement du manque à gagner des opérateurs pétroliers.

  • Projet Bukangal Lonzo : où des millions de dollars ont été investis sans que la population ne puisse bénéficier correctement des retombées de cet investissement.

  • Dossier de la fibre optique , dossier de Luxe de modernisation du sénat, dossier FPI , dossier MIBA, dossier SEMLEX où la traçabilité de 65 USD sur les 185 reste hypothétique.

F.O

La ministre Yollande Ebongo interdit la marche des fonctionnaires

La ministre de la Fonction publique, Yollande Ebondo a strictement interdit le sit-in des agents et fonctionnaires de l’État prévu ce mardi 28 juillet devant le bâtiment de la fonction publique.

La ministre de la fonction publique avoue que son ministère n’a pas été informé de la tenue de cette manifestation et ne l’a pas autorisée.

Sur ce , Madame Yolande Ebongo appelle les agents de l’État à vaquer à leurs occupations professionnelles dans leurs services respectifs.

Selon le communiqué, la décision de la ministre Ebongo est conforme à la loi n°16/013 du 15 juillet 2016 portant statut des agents de carrière des services publics de l’État et le décret-loi n°17/2002 du 03/19/2002 portant code de conduite de l’agent public de l’État.

Jacques Malanda.

Le collectif d’actions de la société civile invite Félix Tshisekedi à organiser le dialogue

Le collectif d’actions de la société civile (CASC), une plateforme regroupant en son sein diverses organisations formelles de la société, des mouvements citoyens ainsi que des personnalités, invite le Chef de l’État à convoquer rapidement des assises pour endiguer la crise multiforme. C’était lors d’une déclaration faite ce mardi 28 juillet 2020 à Kinshasa.

Pour le CASC, la coalition FCC-CACH a largement prouvé ses limites. « Il est grand temps de s’arrêter pour discuter et réfléchir dans le but d’éviter cette marche vers le chaos », a lancé à ce collectif.

 » Nous invitons le Président de la République dans le cadre de sa mission de garant du bon fonctionnement des institutions, de convoquer un dialogue pour engager la communauté nationale dans son ensemble à la recherche d’un consensus nécessaire pour la survie autour des options susceptibles de favoriser la concorde nationale », a souhaité le CASC.

Le collectif appelle ainsi l’ensemble des dirigeants politiques et toutes les forces vives de la nation à rechercher le consensus dans le cadre d’un dialogue en vue de baliser la voix pour les élections libres, transparentes, inclusives et apaisées à l’horizon 2023.

« Nous demandons au peuple congolais de transcender les clivages de toutes sortes pour avancer dans cette voie de la concorde nationale et du respect des valeurs républicaines », a-t-il renchéri.

Dans sa déclaration, le collectif convie toutes les couches sociales , toutes tendances confondues de soutenir massivement le présent appel en vue de préserver la paix, sauver la République et protéger les vies des concitoyens face au chaos qui profile à l’horizon.

Cet appel intervient après que le CASC ait présenté un tableau sombre de la situation socioéconomique de la République démocratique du Congo (RDC).

Édouard Bajika

Maintenir le gouverneur Maweja à la tête de la province du Kasai oriental est un coup de poignard dans la gueule des Kasaïens (Tribune John Kolela)

Celui qui s’oppose à l’inévitable, transpire sous la pluie.
J’espère que mon cri d’exaspération d’aujourd’hui qui, en réalité, traduit l’expression de plusieurs qui s’impatientent dans le cachot du désespoir ne restera pas un simple soupire des chuchotements aux oreilles des élus provinciaux de ladite province .

Dans la courtoisie de face à face, je refuse de faire partie de parents qui font la honte à leurs enfants et de ces politiciens en divagation qui seront insultés par les générations futures parce qu’incapables de dénoncer les maux qui préjudicient notre peuple injustement et de prendre des décisions salvatrices qui s’imposent.

Humble devant les responsabilités qui s’offrent devant nous,
humble devant cette histoire que nous écrivons ensemble,
j’élève ma voix de conscience patriotique pour briser le silence et exiger le salut de la population de la province du Kasaï Oriental qui nécessite la prise de conscience collective.

C’est le moment d’encourager l’initiative qui s’impose comme évidence par elle même, celle de donner à cette province un autre gouverneur capable de conduire le peuple vers l’aube d’un nouveau matin afin de mettre fin à la longue nuit obscure et cauchemardesque ainsi qu’à la misère qui s’ajoute chaque jour à sa vie difficile.

Aujourd’hui , nous nous devons de prendre tous conscience de ce que, c’est au prix des douleurs souvent atroces , que l’abcès doit être crevé pour y extirper le pus nauséabond et exposer la plaie béante au soin de la nature, des rayons solaires et du vent afin de retrouver notre quiétude.

Nous sommes tous témoins de ce qu’ aujourd’hui encore après longtemps, cette province pourtant riche, navigue en plein océan sans compas, son peuple abandonné , ère en pleine forêt sans boussole.

Si les femmes et hommes consciencieux n’y prennent garde, nous risquons de laisser une province très faible et dépourvue de l’essentiel.

Ça me peine de vous écrire avec éloquence cette souffrance misérable dont le peuple de cette province est victime.

De quel péché nous sommes-nous rendu coupables, nous peuple de cette province si riche en sol et sous-sol pour être soumis à des jeûnes continuelles.
Notre peuple est malgré lui, contraint à vivre dans un carême ou ramadan forcé et illimité.

Aujourd’hui au Kasaï oriental, les riches deviennent de plus en plus pauvres, les pauvres sont forcés à la mendicité et les mendiants sont contraints d’aller voir Dieu. Le rêve de ce peuple prise en otage par l’incompétence de son gouverneur, est entrain de se transformer en poussière et être balayé par le désespoir

Au regard de cette souffrance hallucinante qui perturbe la conscience, brise le cœur, étouffe la respiration et chauffe l’estomac , le silence est une complicité qui frise le crime de non assistance à peuple en danger.

J’espère que notre sensibilité n’est pas complètement paralysée .

Rédaction

Kinshasa : 3 bus Transco réduits en cendre

Trois bus de la société de Transport au Congo ( Transco) sont partis en fumée ce mardi mardi 28 juillet 2020, suite à un incendie qui s’est produit à son entrepôt de 17 ème rue Limete.

Selon les sources sur place, l’origine de ce feu occasionnant la perte de ses trois bus reste inconnue.

Il faut rappeler que c’est pour la énième fois que la société de Transport du Congo ( Transco) , connait ce genre d’incendie.

F.O

Le nouveau single Olandi de Inoss’B sort ce mardi 28 juillet

Olandi, le nouveau single de l’artiste musicien congolais Inoss’B sort ce mardi 28 juillet. Annonce faite sur les comptes facebook et instagram de l’artiste depuis quelques jours.

Le nominé de Bet awards, Inoss’B recommande aux mélomanes de suivre le nouveau clip Olandi qui sera disponible sur sa chaîne YouTube dès ce mardi 28 juillet 2020.

Surnommé le petit roi, Inoss’B a connu un succès sans précédent avec son avant dernier clip  » Yo pe remix » dont les visites YouTube ont dépassé 100 millions de vues.

Jacques Malanda.

Ituri pleure ses morts

La province d’Ituri ne sait pas essuyer ses larmes qui ne sèchent toujours pas. Cinq personnes sont tuées, plusieurs autres blessées et des biens de valeurs emportés. C’est le bilan provisoire d’une nouvelle incursion des hommes armés simulés aux miliciens de la Codeco dans la nuit de dimanche à ce lundi 27 juillet 2020.

Le fait s’est déroulé à Amema, un village situé dans le groupement Anyoli-Tchulu, secteur des Banyali-Kilo en territoire de Djugu, dans la province de l’lturi.

La société civile locale qualifie cette énième tuerie d’un pire génocide qui ne dit pas son nom.
Et le député provincial Ali Mazingaka Aziza, élu de la circonscription électorale de Djugu qui confirme également cette nouvelle, regrette la perpétuation de ces actes très ignobles.

Il appelle tous les services de sécurité basés en territoire de Djugu de bien vouloir s’investir pour  » protéger la population qui nous a élus pour sa cause, particulièrement celle de Banyali-Kilo. Si non, le bilan de cette attaque risque de s’alourdir car il y a un nombre important des blessés par machette et autres suivis de pillages des biens de la paisible population », a-t-il intercédé.

Angel Alingi Mokuba , l’ administrateur du territoire de Djugu annonce l’ouverture d’une enquête sérieuse amorcée par les services de sécurité en vue de retrouver ces malfrats ayant réussi à se volatiliser dans la nature. Pendant ce temps, la population s’inquiète de la dégradation du climat sécuritaire chaque jour qui passe.

Edoba

Clément Kuete félicite le gouvernement pour les nouveaux outils à la Gecamines

Le ministre du portefeuille, Clément Kuete est content du geste posé par le gouvernement congolais : doter la générale des carrières et des mines (GECAMINES) de nouveaux outils de gouvernance.

Clément est optimiste en ce qui concerne le redressement de cette entreprise publique qui est la plus importante du portefeuille de l’État congolais.

 » Nous sommes optimiste au redressement de la Gecamines, parce qu’en faisant un état des lieux, nous avons insisté sur la production qui devra repartir vers les 40.000 tonnes par », a dit Mr le ministre du portefeuille.

Selon Clément Kuete, le plus important aujourd’hui est d’étudier la structure de la dette, la maîtrise des charges et la restructuration financière, constituant ainsi de nouveaux outils de gouvernance de la GECAMINES.

Le ministre Clément Kuete s’est rendu à Lubumbashi très récemment pour participer au conseil d’administration axé sur une évaluation de l’etat de lieux de la GECAMINES.

On note que la GECAMINES est actuellement dotée de nouveaux mandataires. Le gouvernement congolais a mis en place avec cette nouvelle équipe, une feuille de route qui fixe les objectifs portant principalement sur la production, la transformation organisationnelle et l’évaluation du partenariat de la GECAMINES, selon les recommandations du conseil d’administration tenue en juin dernier.

Jacques Malanda.

L’État congolais dépense trop d’argent (FEC)

Le président de la commission industrie de la fédération des entreprises du Congo (FEC), Lenny Ilondo a affirmé que l’État congolais dépense trop d’argent.

 » il faut que tout le monde fasse des efforts. Il est temps de se serrer la ceinture. L’État dépense trop d’argent. Aujourd’hui, lorsque vous voyez le déficit du trésor, 74% de dépenses représentent les rémunérations, les salaires », révèle-t-il.

Pour lui, sur 537 milliards de francs congolais au mois de juin, 406 milliards ont été affectés aux salaires, il reste 26% dont le budget de l’investissement qui représente 0,4% et les dépenses de fonctionnement à peu près 10%, a indiqué Lenny Ilondo.

Le cadre de la FEC note que:  » Notre pays souffre d’un manque de cohérence globale, d’un manque de leadership et de vision ».

Lenny Ilondo propose non seulement un changement de paradigme au niveau de l’exécutif, mais aussi que le Congolais commence à croire à l’homme d’affaires, à l’entrepreneur congolais.

Jacques Malanda.

RDC : 64/4% des malades de Covid- 19 déjà guéries

La République démocratique du Congo s’approche peu à peu du bout du tunnel dans lequel elle est engouffrée depuis le 10 mars. Tenez! Sur un total de 8.844 personnes testées positives au nouveau coronavirus, 5.700 personnes en sont déjà guéries, soit 64,4%. Déjà le rapport du 26 juillet fait état de 190 nouvelles personnes sorties guéries des centres de traitement du coronavirus.

Il convient d’indiquer qu’à ce tableau, il faut ajouter que 13 nouveaux cas ont été confirmés au cours des dernières 24 heures, dont 6 à Kinshasa, 5 dans le Haut-Katanga et 2 au Nord-Kivu. Ceux-ci l’ont été sur les 137 échantillons testés par l’INRB.

Pendant ce temps,163 cas suspects ont été détectés après investigations, tandis qu’un cumul de 208 décès reste signalé dans le dernier bulletin de l’INRB, soit un taux de létalité de 2,3% (l’un des plus faible.

Il y a donc impérieuse nécessité de multiplier les gestes barrière pour vaincre totalement ce terroriste sanitaire planétaire.

Edoba

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?