Mois : août 2020

« Les ports privés, une pratique illégale et dévastatrice pour la SCTP » Moïse Ngoy

Le Président de la République Félix Tshisekedi a, lors du 46e conseil des ministres, instruit le gouvernement de rétablir de l’ordre dans le secteur portuaire.

Décision accueillie avec espoir par les agents et cadres de la Société Commerciale des Transports et des ports. Au cours d’une interview accordée à Replik.cd Moïse Ngoy, sous directeur à la SCTP, révèle le caractère limité des ports privés en RDC.  » dans notre pays l’on a la possibilité de posséder le port privé, sa seule condition est de ne pas fournir le service portuaire »

Pour ce cadre de l’ex ONATRA, la seule marge qu’a un port privé, d’après la loi congolaise c’est fournir un self service, soit décharger et de stocker sa propre marchandise et pas plus.  » Le privé ne transporte que ses propres produits », a t-il révélé.

Au cas où un port privé s’enfoncerair dans les services similaires à la SCPT , c’est hors la loi. « Aucun port privé ne peut proposer les services qu’offre l’ex ONATRA, le contraire fragile l’entreprise publique qui a d’énormes défis à relever », a ajouté Moïse Ngoy.

D’après ce haut cadre, le secteur de port est sous monopole de la SCTP.  » Les ports privés sont règlementés pas le ministère des transports et voies de communications, le secteur n’est pas libéralisé, et c’est une bonne chose que le Président de la République puisse insister sur cet état de choses », a-t-il renchéri

Pour rappel, le Président de la République Félix-Tshisekedi nourrit la volonté de réformer ce secteur. Il l’avait indiqué lors du dernier conseil des ministres. Les ports privés non en règle risquent de fortes sanctions.

D.M.D

EPST : Willy Bakonga rassuré du bon déroulement de l’épreuve de dissertation

C’est la première étape vers l’examen d’Etat, la dissertation, un exercice d’argumentation littéraire auquel 818667 élèves finalistes du secondaire ont été soumis à travers le pays.

Une épreuve lancée par le ministre d’Etat à l’EPST Willy Bakonga, accompagné du vice ministre Didier Budimbu depuis le collège Elikia à Kinshasa.
Une tournée qui les a conduit en suite au complexe scolaire Kimbuta.

Un pari gagné pour le ministre de l’EPST qui voit ses promesses faites aux élèves et aux parents se réaliser une à une et en temps voulu, malgré le contexte de crise sanitaire.
D’où l’insistance de Willy Bakonga sur le respect des mesures barrières dans les 2306 centres de passassion d’examen d’Etat où le ministère a déployé des kits de lavage des mains et de masques.

S’en suivront , l’oral de français prévu du mercredi 02 au jeudi 3 septembre , et la pratique professionnelle du vendredi 4 au samedi 5 septembre avant la session ordinaire fixée du lundi 7 au jeudi 10 septembre.

LM

Fermeture des médias au Sankuru : JED préconise des sanctions contre Gouverneur Mukumadi

La corporation
« Journaliste en danger (JED) » , une organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté de la presse se félicite de la reprise des émissions de deux médias fermés au Sankuru après bon nombre de jours de coupure du signal.

JED affirme détenir des informations selon lesquelles, le Gouverneur Joseph Mukumadi s’est personnellement rendu, le samedi 29 août 2020 dans la soirée, dans les installations de la station locale de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC) pour restituer, sans aucune autre explication, les clés qu’il gardait après la fermeture de ce média. Il a, par la suite, donné l’ordre aux éléments de la police et des militaires qui étaient postés devant ce média de pouvoir quitter les lieux.

Pour la radio Losanganya , à elle a été autorisée à reprendre toutes ses activités le 23 août par le colonel Kalala, mandaté par le Gouverneur de province. Les deux journalistes de ce média, Hubert Djoko et Albert Lokongo, ont été libérés le samedi 22 août 2020, après avoir été détenus respectivement dans les installations de la police, la résidence du gouverneur de province et à l’auditorat militaire. Tabassés et torturés, les deux journalistes sont présentement admis aux soins à l’hôpital général de référence de Lodja où leur état de santé exige un suivi médical et des examens approfondis.

Par ailleurs, JED demande au Gouvernement de la République, à travers le Vice-premier Ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, de ne pas laisser impuni ces actes graves posés par le Gouverneur de la province de Sankuru, et d’engager immédiatement des actions disciplinaires à son endroit.

Il convient de rappeler que ces deux médias situés à environ 400 km de Lusambo, chef-lieu de la province de Sankuru (Centre de la RDC) , avaient été pris d’assaut, le jeudi 20 août 2020, par un groupe d’éléments des Forces Armées de la RD Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise agissant sur ordre du Gouverneur de province qui accusaient ces deux médias de manquer de professionnalisme, et de saboter ses actions.

Edoba

RDC : la disparition de l’Udps en cours de téléchargement

Les deux partenaires de la coalition au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC) vivent à couteau tiré, et l’inimitié se développe chaque jour.

Selon une analyse d’un Editorialiste congolais de renom Rick Kapia, évincer Tshisekedi est toujours dans l’agenda de certains caciques du Front Commun pour le Congo (FCC). Des cadres dont l’Etat des droits, cher à Tshisekedi, n’enchante pas à cause de leurs nombreux dossiers très chargés que veut déterrer ce fameux État des droits.

Dès lors, l’agenda politique de ces cadres ne vise que la destitution du 5e président. Ils dorment et ne rêvent que de cela, car l’État des droits leur donne des insomnies.

Comment parvenir à la destitution? Si le plan d’un coup d’Etat militaire (selon des sources sûres, ce plan est à l’origine de la mort du Général Delphin Kayimbi qui a mis la puce à l’oreille de Tshisekedi) a échoué, les « caciques » ont misé sur l’empoisonnement. Le déferlement des morts à la présidence de la République, en pleine crise de covid-19, a permis le démantèlement de plan. Tshisekedi a perdu quelques proches mais a eu la vie sauve.

Un autre échec qui s’est avéré fatal pour les tout-puissants du FCC. Ils ont alors recadré le tir sur la Cour constitutionnelle qui devait entériner leur plan avec la fameuse inconstitutionnalité de l’ordonnance présidentielle décrétant l’état d’urgence sanitaire.

Dans ce coup, les langues se sont déliées jusqu’à révéler un complot contre Tshiseledi mijoté par les « FCC » aidés par un directeur de cabinet du Président de la République, jouant sa partition.

Aux forceps, le 5e président s’est tiré avec l’humiliation médiatique de ces mêmes cadres du FCC qui avaient investi la presse pour étaler les tares d’un président traité de tous les mots.

Le relativisme

Le Chef de l’État a sué. Il va dans la suite procéder à un remue-ménage qui lui a permis d’avoir un contrôle sur quelques secteurs clés de la vie nationale (justice, armée). Un coup de poing donné en pleine lucarne du FCC. Ce qui n’a fait qu’enflammer ces mêmes cadres du FCC. Ils se sont vus perdre la Cour constitutionnelle et quelques postes clés de l’armée alors que toute nomination présidentielle devrait être faite avec le contreseing du Premier ministre FCC.

Ces expérimentés politiques n’ont pas désarmé. Ils ont opté pour une déstabilisation silencieuse. En trame de fond de cette stratégie, les attisations de la flamme tribale, surtout dans l’ex-Grand Katanga, la résurrection des foyers des tensions armées (surtout dans le Katanga), la destruction de l’image du parti présidentiel, UDPS, constituent l’ossature même d’une mort préparée pour Tshisekedi mais à petit feu.

En parlant de l’image de l’UDPS, il est curieux de voir que ce sont les cadres FCC qui dénoncent la cellule UDPS Bilanga à Kasumbalesa avec tous les qualificatifs exagérés entendus. Ils sont encore à la manoeuvre du démantèlement d’une milice attribuée à l’UDPS, à Kingabwa, en plein centre-ville de Kinshasa.

L’attribution de cette milice au parti présidentiel n’a fait que faire ressortir des maladresses dans le ficelement d’un plan qui vise à salir un parti adverse. « Cette UDPS qui a lutté, 37 ans durant, sans prendre les armes, peut-elle recourir à une milice alors qu’elle occupe le haut sommet ? », interroge Augustin Kabuya, Secrétaire général de l’UDPS.

C’est là qu’il faut voir que derrière le démantèlement de cette surprenante milice, il y a toute une intelligence politique visant à noyer un parti qui gêne par son fameux État des droits. En réalité, le démantèlement de cette milice a pour cible Tshisekedi. Heureusement pour lui, les sages avaient déjà prédit les choses : « quand on veut noyer son chien, on l’accuse de rage ».

« S’il faut parler de milice, c’est le FCC qui a des bérets rouges, lesquels avaient prévu des assauts contre les paroisses catholiques lors des marches organisées par le Comité laïc de coordination (CLC) », rétorque Justin Moïse Kadima, président sectionnaire de l’Udps/Kintambo.

En tout état de cause, les relations entre partenaires de la coalition au pouvoir sont entachées d’une hypocrisie sans précédent.

Edoba

Kinshasa : CIFPA s’engage à transformer l’élite africaine

La corporation internationale de la formation professionnelle ,la coordination de la RDC (CIFPA), une plate forme des volontaires et solidaires à l’international est
une initiative des volontaires congolais, sur base d’un programme volontariste d’éducation et la formation professionnelle « PVEFP » et de l’agenda 2063 de l’Union Africaine.

Cette organisation offre aux jeunes congolais des opportunités des formations gratuites, d’échanges et d’engagement au service du développement et du rayonnement de l’Union Africaine. Elle offre ainsi une valorisation des compétences tout en permettant de s’intégrer sur le marché de l’emploi national qu’international.

C’est la salle mitraillete de l’immeuble Ngenge au quartier Debonhomme dans la commune Limete qui a servi de cadre ce week end aux centaines des jeunes kinois venus pour la circonstance .

Chadrack Paluem, coordonnateur national de la CIFPA -RDC a d’emblée donné le sens de ce programme qui vise à former, informer et transformer l’élite africaine en général et congolaise en particulier à travers la formation professionnelle organisée sur plusieurs domaines gratuitement .

Il convient de noter que les candidats ont retiré leur cartes et les supports de cours, insi qu’un programme détaillé sur les différentes phases de la formation leur a été communiqué pour le district de la Tshangu .

Joseph Kayembe

Lomami : 5 policiers condamnés à Mwene-Ditu

À MweneDitu, province de Lomami, cinq agents de sécurité ont été condamnés par le tribunal militaire de garnison, samedi 29 août 2020. Ils sont poursuivis pour différentes infractions à leurs charges.

Le verdict a été rendu à l’issue des audiences foraines organisées dans la cité de Luputa au chef-lieu du territoire de Luilu dans la province de Lomami.

En effet, le policier Mutala Mubenga, originaire du territoire de Ngandajika, est condamné à 12 mois de prison ferme pour violation de consigne. Il est sommé de payer une amende de 250.000 Fc. Quant à l’autre policier répondant au nom de Muya Kazadi, lui est condamné à 8 mois de prison ferme pour outrage à son supérieur et payera l’amende de 350.000 Fc.

Le dernier policier à être condamné à 12 mois de prison ferme est Tshibambe Kasongo Jean. Il est écroué pour des menaces avec intention de vouloir incendié le véhicule de la Rawbank lors de la paie des policiers au territoire de Luilu et est sommé de payer une amende de 350.000 Fc.

Par ailleurs, deux autres militaires ont été aussi subi la rigueur de la loi. Le premier est
Pensha Pensha qui a été condamné pour coups et blessures volontaires à 12 mois de prison ferme et le deuxième, Kyando Mukala, lui écope de 2 ans de prison ferme pour violation de consigne et est sommé de payer une amende de 300.0000 Fc.

Edoba

Sud-Kivu : la tenue des épreuves de l’examen de l’État menacée

Une grogne monte vertigineusement dans la province éducationnelle Sud Kivu 1 où les inspecteurs de l’enseignement primaire secondaire et technique (EPST) ont décidé de boycotter l’organisation des épreuves de l’Examen d’Etat. Ils l’ont fait savoir dans une déclaration rendue publique à Bukavu le week-end, refusant ainsi d’aller à l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), pour retirer les malles des items à acheminer dans les territoires de la province.

Dans un document signé par une centaine d’inspecteurs, ces derniers indiquent qu’exiger un montant inférieur à 40 dollars américains aux finalistes, « c’est gâcher l’organisation de l’Examen d’État au Sud Kivu ».

Ces inspecteurs disent ne pas comprendre pourquoi c’est seulement dans la province du Sud Kivu qu’on demande 25 dollars américains pourtant dans d’autres provinces de la RDC, les frais de participation aux Examen d’Etat édition 2019-2020 sont fixés à 40 dollars et au-delà.

Les signataires de cette déclaration, dénoncent également la prise unilatérale des décisions concernant les frais de participation à l’exétat alors que cela entre dans les missions régaliennes de l’Inspection de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique.

Ils exigent que l’on considère l’ancien arrêté du gouverneur de province qui fixait les frais de participation à 40 USD. « Nous annonçons également la suspension immédiate des activités post –TENAFEP jusqu’à ce que le gouvernement libère l’argent destiné à l’organisation de ces épreuves », indiquent-ils dans ledit document.

Edoba

Augustin Kabuya alerte sur les infiltrés dans l’Udps

L’ Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) section Ngiri-Ngiri a organisé une matinée politique dimanche 30 août au terrain Bondo.

Dans son allocution , le SG de l’Udps a interpellé les militants, membres de l’Udps/Ngiri-Ngiri à se confier à leur hiérarchies respectives pour ne pas céder aux infiltrés.

Augustin Kabuya affirme qu’utiliser les drapeaux , effichies du Chef de l’État ne veut pas dire qu’on est membre de l’Udps.
<< Ce sont les présidents fédéraux , sectionnaires qui sont habilités de nous informer de tout ce qui se passe >> a-t-il dit.

<< Les affaires de Kingabwa et Kasumbalesa ne concernent pas l’Udps ni de près ni de loin >> , instiste t-il.

Le SG a rassuré militants que la commission de suivi de la coalition ne marche pas car la plupart n’ont pas de position. << Eux ne visent que sur leurs propres intérêts >> , révèle -t-il.

L’ ancien parlementaire débout a éclairci les militants de l’Udps à ce qui concerne les mensonges sur l’affectation des frères et sœurs aux offres. << C’est la base Pprd qui a fondé ces fameuses histoires pour distraire l’opinion. Vous savez comment nous avons accéder à ce pouvoir, il n ‘y a aucun de ma famille ou de mon église que j’affecté >>, indique-t-il.

Le numéro deux du parti au pouvoir affirme devant la presse et les militants que les membres du Fcc ne sont pas sérieux.

<< Ils ont 70% au gouvernement et veulent l’échec du Chef de l’État. Nous vous exhortons à soutenir les actions de Félix pour vivre le véritable État de droit >> , a-t-il laissé entendre.

Pour clore son discours , le SG a rassuré les militants que le Chef de l’État travaille jour et nuit au profit du peuple. << Faites confiance au Président de la République, méfiez-vous vous du Fcc et des personnes mal intentionnées qui veulent salir l’image de l’Udps.>> a-t-il conclu.

Felly Mpongo

Le catcheur Mwimba Texas est décédé ce dimanche

Une source familiale confirme que le catcheur champion du Congo du catch classique Mwimba Texas à rendu l’âme ce dimanche 30 août 2020.

Ce catcheur albinos connu pour son style classique et sans fétiche a fait le bonheur des amoureux de ce sport en République démocratique du Congo. Il était initiateur et président de la Fondation portant son nom. Son association encadre les albinos par la sensibilisation et à la prise en charge.

La rédaction de Repli.cd reviendra avec détails sur les circonstances de sa mort.

Rédaction

RDC : la Covid-19 toujours là

Le terroriste sanitaire de Coronavirus se propage encore silencieusement dans plusieurs provinces du pays. Pendant ce temps, la population semble négliger les règles d’hygiène et les gestes barrières.

Cette thèse se confirme en lisant le bulletin épidémiologique de l’institut national de recherche biomédicale (INRB) du samedi 29 août 2020 qui révèle qu’il y a eu 37 nouveaux cas confirmés, dont 15 au Kongo Central, 14 au Nord-Kivu, 3 Kinshasa, 2 à l’Equateur, 2 en Ituri et 1 dans le Haut-Uélé.

Sur les 339 échantillons testés, aucun nouveau décès parmi les cas confirmés. Cependant
35 nouvelles personnes guéries sorties des centres de traitement.
Par ailleurs, il est impérieux de préciser que le test de la Covid-19 est gratuit pour tout le monde à travers le pays. Cependant, le test des voyageurs est payant à 30 dollars américains. .
Les17 provinces touchées sont les suivantes :
• Kinshasa : 7.938 cas ;
• Nord-Kivu : 732 cas ;
• Kongo Central : 444 cas ;
• Haut-Katanga : 314 cas ;
• Sud-Kivu : 298 cas ;
• Ituri : 110 cas ;
• Lualaba : 94 cas ;
• Haut-Uélé : 50 cas ;
• Tshopo : 28 cas ;
• Nord-Ubangi : 12 cas ;
• Equateur : 8 cas ;
• Kwilu : 6 cas ;
• Sud-Ubangi : 6 cas ;
• Haut-Lomami : 1 cas :
• Kasaï : 1 cas ;
• Kasaï Central : 1 cas ;
• Kwango : 1 cas.

Les 10 zones de santé les plus touchées par des cas confirmés à Kinshasa jusqu’au 27 août 2020 sont :

Gombe 687
Limete 677
Kokolo 648
Binza Ozone 635
Lemba 486
Binza Météo 461
Kasa-Vubu 260
Mont Ngafula I 246
Kintambo 231
Lingwala 225.
La population est donc invitée au strict respect de toutes ces mesures ci-dessus reprises et aux adaptations qui leur seront proposées par le gouvernement et les services compétents afin de prévenir toute nouvelle flambée des cas pouvant compromettre tous les efforts collectifs de contrôle de cette épidémie. La Covid-19 est toujours là. Prudence oblige.

Edoba

Béni : les FARDC tombent dans une embuscade

Selon une source sécuritaire, les assaillants ont ciblé par une roquette deux véhicules de l’escorte du commandant des opérations Sokola 1 qui quittaient la ville de Beni pour le point kilométrique cinq (PK5), où le numéro 1 de l’armée dans la région a installé depuis une semaine son poste de commandement tactique, en vue de protéger la population de Mbau et Oicha contre les menaces des rebelles ougandais ADF dans la zone.

S’en est suivi une affrontements. Pendant les accrochages, deux combattants ADF ont été tués et deux armes AK 47 récupérées. Une jeep militaire a été endommagée par une roquette, ajoute la même source.

Non loin de là, quatre civils ont été tués dans leur champ dont un couple de troisième âge et deux femmes, notamment l’épouse d’un militaire.

Le commandant des opérations Sokola 1 précise qu’il n’était pas dans le convoi attaqué.
 » C’est depuis hier le soir entre 17 heures 30 et 18 heures que l’ennemi a tendu une embuscade entre PK 2 et PK5 parce qu’il était au courant de mouvement. J’étais sorti et je devrais rentrer le soir. Mon escorte est tombée dans l’embuscade parce que j’étais retenu pour d’autres raisons. Nous avons perdu les gens mais aussi nous avons récupéré des armes et des corps de l’ennemi « , explique le Général Peter Cirimwami, commandant des opérations sokola 1.

Ces rebelles ougandais ADF sont devenus actifs sur la route Mbau-Kamango. Au moins 24 personnes ont péri dans différentes attaques sur cette route depuis le 14 août dernier. L’attaque la plus meurtrière date du mercredi 19 août, à Mamiki et Matiba sur la même route.

Edoba

Nd’jili : la population du quartier 4 vit dans le noir

Il y a un bon bout de temps, les habitants de la commune de Nd’jili, plus particulièrement ceux du quartier 4 font face à un délestage hors commun. Plusieurs avenues de ce quartier connaissent des coupures régulières imposées par la SNEL pendant des heures, voire des journées entières sans avoir de l’électricité.

Selon un agent de la SNEL interrogé, cette situation est dû à la panne du transformateur de la cabine alimentant le quartier en électricité. Mais pour la population, il s’agit des manoeuvres dilatoire de la société nationale d’électricité qui serait à la base de cette situation qui perdure jusqu’à ce jour.

Cet état paralyse les habitants du quartier, dans la mesure où, bon nombre de gens n’arrivent plus à exercer leurs activités commerciales, étant donné la dépendance à l’électricité.

Ce manque de courant a des conséquences incalculables sur le vécu quotidien de tout le monde. « Le jour où il y a du courant, c’est pour quelques minutes avec interruptions intempestives », indique une vendeuse des jus.

Ceux qui exercent de petits commerces, les vendeurs des boissons et même ceux qui travaillent dans des cabines téléphoniques, passent des journées sans production. Quelques uns recourent aux groupes électrogènes pour éviter que leurs effets ne se décongelent.

Outre cela, l’obscurité qui entoure le quartier occasionne de l’insécurité. Des bandes des gangs communement appelés « Kuluna » sement la terreur et désolation au sein de la population qui habite ce coin. Des hommes et femmes en sont tombés victimes de ces ravisseurs qui opèrent aux heures tardives.

La population de la commune de N’djili lance ainsi un cri d’alarme aux autorités compétentes et aux responsables de la SNEL pour résoudre ce problème afin d’éviter des crimes contre les vies humaines.

Princilia Mantezolo

Placée sous mandat d’arrêt provisoire, Yvette Kimbuta sollicite une liberté provisoire

Yvette Kimbuta, l’épouse de l’ancien gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta Yango arrêtée vendredi 28 août dernier pour extorsion de signature et faux en écriture dans une affaire de parcelle, vient d’introduire une demande de liberté provisoire auprès du procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/ Gombe.

Dans sa lettre adressée au procureur général, la femme du Sénateur André Kimbuta indique avoir conclu la vente de la parcelle en bonne et due forme avec Madame Tshimanga Musamba Lucienne en date du 22 décembre 2009 portant sur la parcelle couverte à l’époque par le certificat d’enregistrement volume Al 417 , follo 82 du 22 septembre 2006.

Yvette Kimbuta estime qu’il n’existe pas des indices sérieuses de culpabilité à sa charge , d’autant plus que le contenu de l’acte transactionnel n’a altéré aucune vérité et que sa fuite n’est pas à craindre étant la femme du Sénateur André Kimbuta.

Yvette Sequeira Kimbuta, clame son innocence et sollicite sa liberté provisoire moyennant un paiement de la caution qui lui sera exigée.

F.O

Le Ministre Yves Bunkulu visite l’Institut Vatel

La relance effective du Tourisme en RDC, pays qui regorge une énorme biodiversité, passe impérativement par la formation d’un personnel de qualité dans le domaine de l’hôtellerie, hôtesse d’accueil, guide touristique, etc. C’est ce qui a justifié le déplacement du Ministre sectoriel pour le centre de formation et d’apprentissage lié au tourisme, jeudi 27 août 2020.

Accompagné de quelques membres de son cabinet, il était question, pour Yves Bunkulu de se rendre compte personnellement de ce qui se passe dans cette école basée à Kinshasa, dans la commune de la Gombe, au 1er shopping Mall.

Une visite qui a facilité une interaction entre les différentes parties. Vatel a une expérience de plus de 40 ans dans le secteur du tourisme. Raison pour laquelle, le patron du tourisme a bien voulu faire cette visite qui intervient à quelques jours de la reprise des formations.

Roshan Soumoudra, Directeur Général de cette école, rassure que Vatel est très intéressée à donner l’opportunité aux jeunes congolais et aux professionnels qui sont déjà dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie pour renforcer leurs capacités.

Elle assure la formation dans ses écoles et ensuite, elle met à la disposition du marché un personnel performant à même de travailler dans les entreprises publiques, dans les hôtels et différents secteurs, en commençant par celui du tourisme.

« Nous avons une très belle opportunité de contribuer au développement socioéconomique lié au pays à travers le tourisme et en tant qu’école de formation de haut niveau, nous sommes très contents de l’accompagnement que nous avons reçu et le soutien de la présidence, à travers Mme Kabengele et de son Excellence Monsieur le Ministre du Tourisme », a dit le DG de Vatel.

« Ce que nous attendons de cette école, c’est la production d’un personnel de qualité qui devrait hausser le niveau de service dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie en RDC », a souhaité pour sa part le Ministre du Tourisme, Yves Bunkulu qui a déjà entrepris des contacts avec l’INPP dans le sens de former le personnel du secteur du tourisme.
|
Felly MPONGO

Yves Bunkulu : Kinshasa, une ville propre pour attirer les touristes

Appelée il y a plusieurs décennies Kin la belle, la ville province de Kinshasa ne présente plus à ce jour cette belle image admirée par plusieurs. La dégradation de l’environnement, l’accumulation d’immondices à travers la ville ont fait perdre à la capitale son ancien prestige. C’est dans ce contexte que le gouverneur de la ville Gentiny Ngobila, a initié l’opération Kinshasa Bopeto, afin de redorer l’image ternie de la ville par des actions d’assainissement.

Lancée officiellement par le Président de la République qui, lui aussi, a initié un vaste programme pour rendre les villes de la RDC plus propres, l’opération Kin Bopeto est en train aujourd’hui de produire des résultats.

Au regard du principe selon lequel le Tourisme rime avec la propreté, le Ministre National du Tourisme, Dr Yves Bunkulu Zola, a été invité par le coordonnateur provincial de l’opération Kin Bopeto pour lancer les travaux d’assainissement de la commune de Lingwala, municipalité qui l’a vu naître. << J’ai été sensibilisé comme tout compatriote par le coordonnateur de Kinshasa bopeto afin que je puisse accompagner mes frères de Lingwala. Je suis natif de cette commune, afin que nous la rendions propre. Si cela est fait régulièrement dans toutes les communes, notre capitale va revêtir sa robe des temps anciens. Je viens de rassurer le bourgmestre adjoint que chaque weekend, je serai sur terrain pour faire ce travail de salubrité afin que ma commune soit la plus propre de la ville >> , a laissé entendre Yves Bunkulu Zola.

Appel à la prise de conscience

Le Ministre du Tourisme a par ailleurs lancé un appel à tous les résidents de la commune de Lingwala pour leur implication dans cette campagne qui concerne tout le monde. << Je demande à tous les compatriotes de Lingwala de nous lever, de s’impliquer chacun sur son avenue, parce que ceci nous concerne tous. Ce n’est pas une affaire du Gouverneur ou du Président de la République seuls. Je lance cet appel afin que tout le monde prenne conscience. Si Kinshasa est sale, ce que nous aussi sommes sales. Nous devons travailler pour que notre ville soit propre >>, a martelé le patron du Tourisme en RDC.

Et lui d’ajouter : << Une ville propre, une ville assainie, est une ville qui attire les touristes ou divers visiteurs >>

Felly MPONGO

Médard Kankolongo envisage les réformes électorales en dehors des institutions.

Le président du parti Congo en avant , Médard Kankolongo a tenu une matinée politique samedi 29 août à son siège situé dans la commune de Kinshasa.

Plusieurs points d’actualité ont été à l’ordre du jour. Au sujet des réformes électorales, le leader de Congo en avant invite le Chef de l’État à organiser une consultation avant les prochaines élections afin de trouver un consensus.

<< Nous ne voulons pas qu’on traite cette affaire au Parlement pris en otage par le FCC. Il est évident que le Président de la République invite la classe politique autour d’une table pour dégager un consensus afin d’organiser des élections apaisées, libres et transparentes >>, a-t-il fait savoir.

Médard Kankolongo met en garde la classe politique et la justice congolaise à ce qui concerne le procès Kamerhe. Le président de ce parti politique condamne le fais de déplacer Vital Kamerhe au centre Nganda pour des soins médicaux.

<< Comment Eddy Kapend qui a fait plus de 20 ans ne sort pas pour aller prendre des soins appropriés, seulement un détourneur qui n’a même pas totalisé un an commence à distraire les gens pour échapper à ses peines. Il doit retourner à Makala et nous allons aussi organiser des marches si ses partisans continuent >> , a-t- indiqué.

Congo en avant , parti qui lutte contre la corruption et les anti-valeurs invite la justice de poursuivre l’affaire Bukangalonzo et sollicite le dialogue au plus vite que possible pour atténuer la crise de l’heure.

Felly MPONGO

Aimé Bukasa : « expulser un Ambassadeur ne se fait pas comme on le ferait pour un cadre d’un parti politique « 

L’actaulité en RDC reste dominée par le tôlé provoqué par le tweet de l’ambassadeur rwandais sur le massacre de l’est du Congo. Le président national de la « Force pour le développement du Congo (FDCO), Aimé Bukasa, donne son point de vue dans cette interview accordée à Replik.cd, ce samedi 29 août 2020.

Replik : Mr Aimé Bukasa, quel sentiment avez-vous en lisant le tweet de Vincent Karega, l’Ambassadeur rwandais en RDC sur le massacre de Kasika ?

Aimé Bukasa (AB) :
L’ambassadeur du Rwanda comme celui de n’importe quel pays a pour mission de défendre les intérêts de son pays et son tweet va dans ce même sens.

Replik : Son tweet a énervé les Congolais, à tel enseigne qu’ils ont qualifié Karega de négationniste. Êtes-vous du même avis qu’eux ?

AB : Certains Congolais qui se sont distingués dans la manupilation de leurs membres par manque de discours politique cohérent. Il faut reconnaitre que certains leaders politiques sont engagés dans un combat de survie politique, d’où l’instrumentalisation de la Rwandophobie comme arme pour rester dans le news. Après l’échec du discours sur l’occupation et la balkanisation, on veut nous imposer celui sur la Rwandophobie. On veut la paix avec tous, point barre. Tout en bâtissant une armée républicaine motivée et disciplinée, et ainsi mettre en place les conditions de la croissance économique pour notre pays.

Replik : Beaucoup exigent son explusion et qu’il soit déclaré  » personna non grata » au Congo, comme il l’a été en Afrique du Sud. Quel est votre point de vue ?

AB : Qui va l’expulser ? C’est au même Président qu’ils ont qualifié de pantin, marionette qu’ils reconnaissent aujourd’hui le pouvoir d’expulser un Ambassadeur ! Soyons cohérents. Je connais l’Ambassadeur Vincent Karega depuis l’Afrique du Sud, je suis surpris d’apprendre par les experts des réseaux sociaux sur son expulsion de l’Afrique du Sud.

Replik : Vicent Karega a effacé le fameux tweet et explique qu’il n’a pas nié le massacre. Mais seulement il s’étonne qu’il n’y ait que le Rwanda qui est cité, alors qu’en 1998, il y avait les Fardc, l’Angola, l’Ouganda, le Burundi sur le sol congolais. N’a-t-il pas raison ?

AB : N’a-t-il pas raison de se poser cette question ? L’Ouganda, n’a-t-il pas été à la base des atrocités terribles en RDC ? L’Ouganda n’est-il pas en grande partie aussi responsable de la crise sécuritaire à l’Est ? Pourqoui vouloir dédouaner ces autres pays et faire seulement une fixation sur le Rwanda ? Qui a oublié la domination angolaise sur la RDC ? Si nous devons faire la guerre, faisons la contre tous nos voisins car tous ont joué un rôle dans la destabilisation de la RDC ou alors faisons la paix avec tous. D’où mon soutien à la diplomatie menée par le Chef de l’Etat pour garantir une relation de bon voisinage avec tous.

Replik : Vincent Karega est né à Walikale au Congo Kinshasa. Ce n’est qu’en 1996 qu’il est devenu Rwandais. En tant qu’Ambassadeur, devrait-il se taire face à ce qu’il qualifie de propagande ou de la rwandophobie ?

AB : Je vous rappelle encore qu’un ambassadeur défend son pays et ce dernier porte les deux pays à coeur et se bat pour la paix et sécurite entre les deux pays. Il a un coeur partagé entre les deux pays, ce qui le place dans une position particulière où il doit faire face avec courage aux attaques des politiciens inconstants.

Replik : L’opposition congolaise digère mal que le Chef de l’État ait reçu l’Ambassadeur rwandais après ses propos. Un autre proche de Président (vous Aimé Bukasa) l’a encore rencontré. Pour l’opposition, Tshisekedi protège le Rwanda. Votre réaction ?

AB : L’Ambassadeur avait deja un rendezvous de travail avec le Chef de l’Etat, et d’ailleurs cette question du tweet n’a pas été abordée. C’est au ministère des affaires ètrangères de faire ce travail si jamais il estime qu’il ya incident diplomatique. Evitons de faire de l’amalgame et créer du buzz. Je suis a la tête d’un parti politique emergent FDCO, je suis citoyen congolais et c’était normal que je rencontre l’Ambassadeur pour avoir des informations à la source, plutôt que de compter sur les réseaux sociaux. Nous allons faire la même chose avec n’importe quel autre Ambassadeur.
Encore une fois de plus, par manque de constance, certains leaders oublient très vite leur discours d’hier vis-a-vis du Chef de l’Etat. Tshisekedi protège toute la région, non seulement le Rwanda pour le bien de la RDC, sa politique extérieure au cas où l’opposition l’a oublié, consiste à dialoguer avec tous nos voisins pour bâtir des relations solides de bon voisinage. Mon entendement d’un proche du Chef de l’Etat est  » tout citoyen congolais qui lui fait confiance et qui veut le voir réussir son mandat, car cette réussite sera au bénéfice de la RDC.

Replik : D’après vous, qui est responsable des massacres de Katika ?

AB : Il ya eu plusieurs armées dans la région venant de plusieurs pays sans oublier la multitude des groupes armés locaux. Je suis pour qu’une enquête indépendante soit mise sur pied pour établir les responsabilités des uns et des autres, mais aussi pour toutes les atrocités de 25 dernières années dans toute la partie orientale de la RDC.

Replik : Â la place de l’expulsion de l’Ambassadeur rwandais sur le sol congolais, le Président Félix choisit le dialogue. Est-ce un bon choix ?

AB : Je ne suis pas d’accord avec ce terme expulsion. Y a-t-il eu incident diplomatique ? C’est au ministere des affaires étrangères d’en tirer toutes les conséquences et non à des politiciens inconstants. Expulser un Ambassadeur ne se fait pas comme expulser un cadre d’un parti politique, manoeuvre à laquelle ces politiciens sont habitués. Il ya une procédure à suivre pour ça. Et in fine, à qui on demande d’expulser l’Ambassadeur ? Eh ben, à celui qu’on estime être marionette, pantin, placebo…., manque de constance. Â propos, la FDCO est restée constante dans sa position vis-a-vis du Chef de l’Etat. Nous avons fait sa campagne, nous voulons qu’il réussisse son mandat et ce n’est pas maintenant que nous allons tenir un discours contradictoire, nous demeurons constants.

Interview réalisée par Edoba

Réformes électorales :Gabriel Kyungu contre la démarche du G13 « 

Les deux grands leaders de l’ex-province du Katanga ne partagent pas un même point de vue s’agissant de la démarche sur les réformes électorales initiées par le Groupe de 13 personnalités en séjour à Lubumbashi.

Si Moïse Katumbi adhère au schéma proposé par Delly Sessanga et compagnie, tel n’est pas le cas pour Gabriel Kyungu. Ce dernier s’y oppose catégoriquement, estimant que les institutions sont bien placées pour proposer des réformes à tous les niveaux.

« Nous avons des institutions régulièrement installées chez nous dont le Parlement où se discutent et se décident de telles réformes », répond Gabriel Kyungu wa Kumuanza à la démarche du groupe de 13 personnalités en quête du consensus avant les élections de 2023. « Nous leur faisons confiance. Ils sont parlementaires. Qu’ils aillent discuter ces choses dans les institutions ».

Interrogé sur Top Congo fm, Gabriel Kyungu estime que « la démarche n’est pas du tout mauvaise. Le dialogue est tout ce qu’il faut en politique ». Mais, prévient-il, « nous ne voulons plus de dialogue du genre inter-Congolais, de la CENCO ou de l’OUA ». Il voit, à travers la démarche de Groupe de 13, une manière pour appeler les Congolais à un dialogue bis.

 » nous n’avons pas besoin de conciliabules. Nous avons un très mauvais souvenir de dialogue de la CENCO ,ayant abouti au glissement des deux ans « conclut-il

Joseph Kayembe

Affaire milices : le FCC dénonce l’existence attestée et exige des enquêtes approfondies

La conférence des présidents du front commun pour le Congo ( FCC), se dit étonnée de l’existence attestée des bases abritant des miliciens se revendiquant du parti présidentiel( UDPS) à Kingabwa , dans la ville de Kinshasa.

 » En raison de la similitude observée entre les activités menées par ces groupes de hors la loi, identifiés également à Kasumbalesa dans la province du Haut Katanga, le FCC exprime sa vive préoccupation de voir ces miliciens urbains se multiplier d’autant qu’elles portent directement atteinte à l’État de droit, à la démocratique et à la sécurité des biens et des personnes ».

Le front commun pour le Congo déplore et condamne totalement cette pratique qui porte gravement atteinte aux acquis démocratiques de ces dernières années et craint qu’elles ne conduisent à un non État.

Tout compte fait, la famille politique de Joseph Kabila exige qu’une enquête minutieuse et approfondie soit menée et que la justice militaire se saisisse, en procédure de flagrance, de ces cas graves d’atteinte à la paix et à la sécurité nationale afin d’en identifier les commanditaires, et de leur infliger les sanctions les plus sévères, conformément aux lois de la République.

F.O

Fils Mukoko exige la libération du président sectionnaire de l’UDPS/Kasumbalesa, « Base bilanga »

Au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa ce vendredi 28 août 2020, Fils Mukoko, président de l’Armée des Bâtisseurs Tshisekedistes (ABT), a exigé la libération immédiate de Tshiswaka Isaac, président sectionnaire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) de Kasumbalesa dite « Base Bilanga », dans la Haut-Katanga.

« J’exige la libération immédiate de Tshiswaka, on ne doit pas sacrifier un combattant comme ça, il n’a pas commis des crimes, ce n’est pas parce qu’on est au pouvoir qu’on doit sacrifier les combattants qui ont fait que ce pouvoir se reçoive dans la rue », a déclaré le président de cette association alliée de l’UDPS.

Pour le leader de l’ABT, les responsables de l’arrestation du président de la « Base Bilanga » qui est « innocent » sont les adversaires de l’UDPS, jaloux de la domination du parti dans le Haut-Katanga.

S’agissant de la réaction de Kabuya Augustin secrétaraire général du parti qui dit ne pas connaître Isaac Tshiswaka, Fils Mukoko a laissé entendre qu’il y a « déconnexion » entre la base et la hiérarchie de l’UDPS.

« Kabuya est déconnecté de la base de l’UDPS, c’est pourquoi j’ai eu à demander maintes fois qu’on le mette à l’écart, Kabuya et Kabund », a-t-il souligné.

Par ailleurs, ce Tshisekediste a appelé les combattants de la base de Kasumbalesa au calme.

Joseph Kayembe

EPST : Didier Budimbu revitalise l’enseignement à l’Equateur

La visite d’inspection et de la remise des materiels didactiques guidée par le Vice-Ministre de L’EPST, Me Didier Budimbu dans la Province de l’équateur a émerveillé la population de cette partie du la RDC, en majorité les élèves.

ce vendredi 28 août 2020, dans la matinée, le vice-ministre de L’EPST Didier Budimbu a procédé  à la remise des équipements à l’ITAV, l’ITI Mbandaka et, au Complexe Scolaire DIANGENDA. Il a inauguré un nouveau bâtiment qui compte un laboratoire de biologie, physique et une salle informatique équipées, un travail loué par Didier Budimbu dans la ville de Mbandaka. 

L’implication personnelle du numero 2 de l’enseingnement de base de la République fait partie de la volonté gouvernementale et du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi  de matérialiser les différentes réformes prévues dans le cadre de la stratégie sectorielle
de l’éducation et pour améliorer la qualité et la pertinence des enseignements au niveau secondaire et technique.
Celle-ci est traduite par la mise en exécution du Projet PEQPESU financé par la Banque mondiale.

Le passage du représentant du gouvernement était marqué par des hommages des élèves des différentes écoles de la province au tandem Bakonga Budimbu grâce auquel la réforme de l’enseignement de base en Rdc porte ses fruits.

LM

Football : le gouvernorat réhabilite le stade Kashala Bonzola de Mbujimayi

Jean Maweja, gouverneur du Kasaï oriental, a décidé de financer les travaux de réhabilitation du stade Kashala Bonzola de Mbujimayi. Une décision prise après sa récente visite stade il y a peu.

Pour la presse du gouvernorat, le chef de l’exécutif provincial a débloqué une enveloppe conséquente pour ces travaux qui consistent à repositionner l’aire de jeux, réajuster et ou poser les sièges détachés, mais aussi, repeindre le Hall qui abrite les vestiaires du stade.

Pour sa part, l’administrateur et gestionnaire de cette édifice Samy Tshibangila avoue que le financement de ces travaux est une exclusivité du gouvernement provincial.

Il convient de noter que ce geste qui témoigne de l’attention soutenue de l’autorité provinciale au domaine sportif vient éradiquer le danger que courait le Football au Kasaï Oriental, notemment la délocalisation des rencontres y prévues dans le cadre de la Linafoot. La joie de la population a été son comble à annonce de cette nouvelle.

Edoba

Covid-19/RDC : le pic atteint en mi-juin 2020

Le moment redoutable
du pic de Coronavirus tant prédit par le Professeur Jean Jacques Muyembe a effectivement été atteint depuis mi-juin.
C’est l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui le relève dans son dernier rapport sur l’appui accordé à la RDC dans le cadre de la riposte contre l’épidémie de Covid-19.

“ Une augmentation exponentielle du nombre de nouveaux cas a été enregistrée à partir du mois de mars jusqu’à mi-juin où un pic a été noté avant de constater une baisse progressive du nombre des nouveaux confirmés (51 nouveaux cas par jour en moyenne à la 32ème contre 155 nouveaux cas par jour en moyenne à la 25ème) et ce dans l’ensemble et à Kinshasa particulièrement”.

Ce document de l’OMS note également une certaine recrudescence des cas observée dans certaines provinces, notamment le Nord-Kivu qui talonne la ville-epicentre de Kinshasa, avec 642 cas confirmés depuis le début de l’épidémie.

Entre temps, les données rapportées jusqu’au mercredi 26 août font état de 3 nouveaux cas confirmés sur les 148 échantillons, dont 2 dans le Haut-Uélé et 1 au Sud-Ubangi. Cela porte à 9.915 cas le cumul des contaminés depuis le 10 mars.

Cependant, le bulletin de l’INRB signale aussi trente trois patients supplémentaires déclarés guéris des centres de traitement de Covid-19, incluant ceux qui étaient suivis à domicile. Ceci amène à 9.020 le nombre de personnes déchargées depuis le début de l’épidémie.

Selon un expert de L’OMS, la RDC est loin des scénarios catastrophes du début de l’épidémie. « Le comité de la riposte a plutôt la situation en main. A nous de faire notre part en respectant les gestes barrières », a-t-il révélé. Mais les Congolais doivent demeurez vigilants en observant les gestes barrières pour éviter une deuxième vague.

Edoba

Nord-Kivu : 5 finalistes tués dans un centre lors du Tenafep à Masisi

La triste nouvelle qui a endeuillé tout Masisi est la mort de 5 élèves finalistes du primaire abattus jeudi 27 août lors des combats qui opposaient l’armée congolaise à un groupe rebelle en territoire de Masisi au Nord-Kivu.
L’annonce est faite par la ministre provinciale de l’éducation.

Prisca Luanda informe que l’incident est intervenu alors que 306 candidats s’apprêtaient à passer leurs dernières épreuves de Tenafep dans le centre de passation de Ngoyi.

Elle témoigne en même temps que ces hommes armés ont enlevé certains examinateurs affectés dans ce centre mais que tout est en train d’être mis en oeuvre que les circonstances de cet événement malheureux soient bien et tracées.

A la suite de cette situation, les 306 élèves n’ont plus passé leurs examens et leur cas est en train d’être étudié par les responsables du système éducatif.

Edoba

Des miliciens à Kingabwa : Augustin Kabuya clarifie

«Ceux qui attribuent à l’UDPS la paternité de cette bande incontrôlée, leur place est au Centre neuro-psycho pathologique (CNPP) », a réagi, Augustin Kabuya, le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps).

En effet, la Police a démantelé, jeudi 27 août,
un « quartier général d’un groupe de miliciens » dans le quartier Kingabwa, dans la commune de Limete. Curieusement, un certain nombre d’internautes ont attribué ces miliciens à l’UDPS.

Ce qui n’arrange pas le Secrétaire Général de l’UDPS, Augustin Kabuya. Il a tenu à démentir cette information dénaturée partagée sur les réseaux sociaux. « Jusqu’à quand on va chercher à faire porter tous les malheurs d’Israël à l’UDPS?», s’interroge-t-il.

Pour rappel, enchaîne-t-il, ce sont les autorités de l’UDPS, particulièrement le Président a.i Jean-Marc Kabund-A-Kabund, qui avait fait rapport à l’autorité suprême de la République sur la présence de ce groupuscule se faisant comme des « Gardiens de la Paix».

« Dans ces conditions, comment l’UDPS peut encore être impliquée dans cette histoire comme l’on entend parler », se demande Kabuya.

« Si dans l’opposition, l’UDPS n’avait pas besoin de constituer une milice, à combien plus forte raison aujourd’hui que nous avons maintenant l’Institution président de la République, la première du pays », tance -t-il.

Pour lui, ceux qui attribuent à l’UDPS la paternité de cette bêtise, leur place est au CNPP. « Pour montrer leur incapacité à bien raisonner, ces personnes mal intentionnées rejettent même le communiqué de la Police concernant cette situation, lequel communiqué épargne l’UDPS dans cette forfaiture ».

Edoba

Kasumbalesa : Un corps sans vie découvert à la cité

Le cadavre d’un jeune homme d’une vingtaine révolue a été trouvé abandonné derrière le marché Kabulo du côté 4 Coins à Kasumbalesa Douane dans le Haut -Katanga.

Cette découverte macabre a été faite aux petites heures du matin par les passants a confirmé à Média Plus un confrère de Kasumbalesa Radio Télé.
D’après certaines indiscrétions selon notre source, une jeep de la police aurait été aperçue quelques instants avant la découverte de ce corps aux alentours du lieu de drame.

Après le constat des Services compétents, il a été décidé de la levée du cadavre non encore identifié pour la morgue.

Le tout s’est passé dans le calme et l’enquête reste ouverte pour déterminer les circonstances de cette mort.

Edoba

Ngaliema : une marche d’indignation le 31 août pour exiger la reprise des travaux de « l’érosion Bolikango »

Des tracts jetés dans la matinée de ce vendredi 28 août, dans les grandes artères de la commune de Ngaliema, et certains distribués auprès de plusieurs notables de cette municipalité annoncent une marche d’indignation ce lundi 31 août 2020.

Sur ces tracts où l’on peut lire, « S.O.S Bolikango », les habitants de Ngaliema, principalement ceux de la contrée de Binza/Delvaux exigent la reprise des travaux de « l’érosion Bolikango », suspendus depuis plusieurs années.

« Papa, Maman, jeunes filles, jeunes garçons, levons-nous ce lundi 31 août 2020 pacifiquement pour exiger au Président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo, la reprise des travaux au niveau de l’érosion Bolikango où les travaux sont abandonnés, sans construction d’une canalisation et d’un collecteur d’eau. La commune de Ngaliema est une commune présidentielle, là où le Chef de l’État et le Gouverneur de la ville de Kinshasa résident. Nous voulons aussi vivre le slogan du Président de la République le peuple d’abord », ont-ils écrit sur ces tracts.

Cette marche dite pacifique débutera à 7 heures 30 et partira de l’avenue Lalou devant cette érosion où est prévu le point de rassemblement pour chuter à la cité de l’Union Africaine en passant par la maison communale de Ngaliema où un mémorandum sera déposé au Président de la République.

« Tout le monde sait que la commune de Ngaliema est menacée par les érosions qui vont bientôt l’effacer de la cartographie de la ville de Kinshasa. Mais les autorités dont la plupart habitent cette commune font semblant. Cette érosion a causé beaucoup de pertes en vies humaines, sans compter des dégâts matériels. Aujourd’hui, il y a des familles qui sont restées sans domicile, plusieurs ont perdu des proches à cause des érosions. Maintenant que les pluies vont bientôt reprendre, imaginez la suite. C’est ainsi que ce lundi 31 août, nous marcherons pour l’érosion de Bolikango qui n’est qu’un cas parmi tant d’autres », mobilise de son côté Dandy Mario, notable et cadre de Horizon 2023, structure basée à Ngaliema.

Celui-ci appelle tous les Kinois dont les communes et quartiers sont menacés par des érosions à participer à cette marche.

La grande « érosion Bolikango » est un grand ravin à plusieurs têtes qui ravage plusieurs quartiers de Ngaliema, notamment le Camp Luka où elle s’est formée, Bolikango, Bangu, Mpunda, Djelo-Binza, quartier Congo, avant de se jeter à la résidence inachevée construite par le feu Joseph Mobutu à Binza/Delvaux.

Felly MPONGO

TENAFEP : Didier Budimbu apporte des Kits sanitaires à Mbandaka

C’est dans la matinée du mercredi 26 août 2020 que le Vice Ministre et sa délégation sont arrivés dans la ville de Mbandaka où un accueil chaleureux leur avait été réservé par le gouverneur Bobo Boloko, le Ministre provincial en charge de l’éducation de base de la dite province, la population. Là-bas, le VP Didier Budimbu a procédé à la remise des kits sanitaires constitués entre autres des kits de lavage des mains et cache nez pour sécuriser les élèves contre le Coronavirus.

Le périple de Didier Budimbu Ntubuanga avait commencé au Lycée SANG’E NDOTSI, suivi du centre de specialisation professionnelle aux métiers, le centre de formation des cadres de l’EPST, et enfin à l’Institut Moteyi pour clôturer sa tournée à Mbandaka.

Partout, le respect des gestes barrières est de rigueur pour protéger élèves et enseignants dans toutes les écoles parcourues. Didier Budimbu a ainsi conscientisé les responsables scolaires quant à ce.

Le test national de fin d’études primaire (TENAFEP) s’est déroulé sans ambages, selon le constat fait par le vice ministre de l’EPST, tel que voulu par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi.

Le vice ministre a ainsi remercié la population de Mbandaka pour l’accueil lui réservé.

LM

Kananga : Clôture de la formation des enseignants sur le cours d’éducation physique et sportive

L’ atelier de formation sur le cours d’éducation physique et sportive adaptée aux élèves vivant avec handicap se clôture ce samedi 29 août 2020 dans la ville de Kananga, au Kasaï-Central. Organisées par la Ligue nationale de Handisport, ces assises pour le renforcement des capacités ont été lancées le mercredi 26 août.

Quatre jours durant, les enseignants du cours d’éducation physique à Kananga consolident leurs capacités en matière d »encadrement des élèves tant normaux que vivant avec handicap, il était question pour ces habitués de craie blanche, d’apprendre comment extirper la discrimination qui sévit dans plusieurs milieux pour un traitement égal.

« Nous sommes à Kananga depuis le mercredi 19 août pour animer trois formations, dont le développement organisationnel .

Le plaidoyer pour les associations de la Société Civile des Personnes Vivant avec Handicap sur la formation relative àl’Handisport où nous avons initié les PVH, les aveugles et albinos du Kasaï-Central à la pratique de Volley- ball et enfin la formation avec les anciens sur le cours d’éducation physique et sportive adaptée aux élèves vivant avec handicap, qui a commencé le mercredi 26 août et prendra fin le samedi 29 août « , a renchéri Amédée Chapenda, Coordonnateur de la Ligue nationale de Handisport.

Joseph kayembe (suite…)

Réformes électorales :Moise Katumbi adhère à la démarche du Groupe de 13

Conduite par Delly Sesanga, la délégation de 13 personnalités initiatrices de l’appel du 11 juillet pour un consensus sur les réformes électorales a bouclé sa consultation ce jeudi 27 août à Lubumbashi dans la capitale provinciale du Haut-Katanga.

Après plus de 2 heures d’entretien entre le groupe de 13 personnalités et le président d’Ensemble pour République, l’on note plusieurs points de convergence qui ont marqué cet échange de haute facture.

Faisant la restitution de leur entretien, Henri-Thomas Lokondo a indiqué que l’ancien gouverneur du Katanga et Membre de la coalition Lamuka, Moïse Katumbi a jugé leur démarche salutaire pour le peuple congolais, il aurait résolu de mettre à la disposition du groupe de 13, ses expertises pour faire atterrir les réformes pour baliser le chemin des élections apaisées en 2023.

Déjà 80% de consultation de différentes couches du pays, le G13 prévoit de déposer son rapport entre les mains du président de la République pour en fin atterrir au parlement.

Concernant la résistance du Front Commun pour le Congo face à leur démarche, Henri-Thomas Lokondo a déclaré que leur groupe reste encore ouvert à toutes discussions avec la famille politique de Joseph Kabila sur son cahier des charges.

Joseph kayembe

Kinshasa : la police annonce l’arrestation de 23 inciviques à Kingabwa

Dans un communiqué signé le jeudi 27 août 2020 par le commissaire provinciale de la police ville de Kinshasa, Sylvano Kasongo, la Police Nationale congolaise annonce l’arrestation de 23 inciviques à Kingabwa, dans la commune de Limite.

La police Nationale congolaise promet par ailleurs, de poursuivre les enquêtes pour retrouver le reste de la bande et les commanditaires de cette entreprise séditieuse, qui qu’ils soient et où qu’ils soient.

Selon les témoins sur place à Kingabwa, il s’agit d’un groupe de jeunes qui se sont fait retirer pour formation militaire clandestine, l’on signale un échange de tire entre les éléments de la police et ses malfrats.

F.O

Kinshasa : l’Asbl Initiative Espoir et Vie lancée officiellement ce jeudi

L’ association sans but lucratif ( ASBL) << Initiative Espoir et Vie >>  (IEV) de Madame Clarisse MpanuMpanu a été officiellement lancée ce jeudi 27 août 2020 à Kinshasa, dans la salle monalyse situé dans la commune Kitambo, Cette structure, a pour objectif principal de rendre autonome la femme congolaise .

Dans son speech, Clarisse MpanuMpanu, initiatrice de cette association, a présenté les objectifs globaux poursuivie par cette association notamment ;

L’ emacipation de la femme , son autonomisation et la promotion de sa participation à l’œuvre collective de la reconstruction et du développement de la RDC.

Clarisse MpanuMpanu a en outre, affirmé que l’atteinte de ces objectifs passe par une triple stratégie visant à identifier , sensibiliser et conscientiser la femme de Kinshasa à se prendre en charge pour améliorer ses conditions sociales et sa qualité de vie.

S’agissant de l’autonomisation de la femme, Clarisse MpanuMpanu promet le renforcement de capacités par différentes formations et leur insertion dans les activités créatrices revenus par l’octroi de micro crédit.

Présent dans la salle , le bougoumestre de la commune de kitambo , Madame fatouma inonda a salué cette initiative et a exhorté les participants à bien prendre en compte les projets et les objectifs poursuivies par cette structure.

Clarisse MpanuMpanu, pense que cette autonomisation passe par la restauration. <<C’est le premier secteur à toucher afin de renforcer les capacités car la restauration est tout un sujet dans d’autres pays. >> a-t-elle déclaré.

Il faut préciser que, toutes les portes de L’ asbl IVE sont ouvertes à toutes les femmes sans discrimination.

Felly MPONGO

« Il y a bel et bien des faits de megestion grave des fonds covid-19 » précise l’IGF.

Après la dernière communication du ministre de la santé Eteni Longondo,qui rejette en bloc le rapport de l’inspection générale des finances sur la megestion caractérisée dans les fonds alloués à la riposte contre la covid-19.

L’Inspection Générale des Finances a répliqué et confirme sans ambages que les fonds alloués à la lutte contre la covid-19 ont été mal gérés.   » Il y a bien des faits de megestion grave des fonds covid-19. »a martelé un des inspecteurs généraux des finances.

Ce dernier insiste qu’il y a des faits de megestion aggravée et son rapport a été transmis au parquet général près de la cour de cassation pour des dispositions.

LM

RDC : Martin Fayulu exige l’expulsion de l’ambassadeur du Rwanda en RDC

L’ opposant congolais et président du parti politique « ECIDE », Martin Fayulu exige l’expulsion de l’ambassadeur du Rwanda en RDC, Vincent Karega pour ses propos négationnistes

Pour ce candidat malheureux à la présidentielle de 2018,  » la négation systémique du génocide congolais est inacceptable. Tout congolais qui se fait complice d’une telle négation est passible de haute trahison » a t’il déploré.

« L’ambassadeur rwandais en RDC M. V. Karega doit être purement et simplement expulsé de notre pays. La négation systémique du génocide congolais est inacceptable. Tout congolais qui se fait complice d’une telle négation est passible de haute trahison. » a Tweeté ce jeudi 27 août 2020 Martin Fayulu.

Dans son twitte lu par le public et effacé quelques heures après , l’ambassadeur du Rwanda, Vincent Karega, avait répondu à un Congolais qui évoquait plus d’un millier de morts dans les massacres de Kasika et d’autres villages, les attribuant à des militaires rwandais

Le diplomate a répliqué sur son compte Twitter en évoquant un narratif simpliste une calomnie ou même de la propagande . Ce qui a provoqué la colère de l’opinion publique congolaise.

Joseph kayembe

Tourisme: Yves Bunkulu promet de réhabiliter certains sites touristiques du Congo Central

Le Ministre du Tourisme , Yves Bunkulu Zola a bouclé le weekend dernier, une série des visites de différents sites touristiques dans la province du Kongo-central, au terme de sa tournée, le Ministre du Tourisme a promis de réhabiliter avec l’aide du gouvernement congolais, certains sites dont la plage de kumbi et de tonde.

Débutée à la cité de Kisantu, à près de 120 Km à l’ouest de la capitale, cette tournée a commencé par l’inauguration des chalets au jardin Botanique de cette cité. Après cette étape, le Ministre du Tourisme a procédé à la visite des grottes de Mbanza-ngungu, dont il a annoncé le début des travaux de réhabilitation.

Accompagné de la directrice générale de l’Office national du tourisme, ce long périple du Ministre avait pour objectif de faire l’état des lieux des différents sites, lancer les travaux de réhabilitation et aménagement pour certains qui sont en mauvais état, notamment les grottes de Mbanza-ngungu pour les remettre en état d’accueillir les touristes.

Rosette Saiba, DG de l’ONT a relevé devant la presse que ces grottes qui sont des sites naturels par excellence et merveilleux méritent une réhabilitation pour une exploitation maximale.

Revalorisation des sites du bas fleuve

La ville de Boma est la première capitale du Congo Belge. C’est dans cette ville qu’on retrouve le premier édifice de l’État abritant la résidence du premier gouverneur du Congo Belge. Dans le garage de cet immeuble, se trouvent encore les épaves des premiers véhicules importés au Congo pour le Gouverneur général. C’est aussi à Boma que l’on retrouve le légendaire et célèbre baobab de Henry Stanley, explorateur de l’Afrique centrale. En état d’abondon depuis plusieurs années, le Ministre du Tourisme a promis le réaménagement de ces sites dans un futur proche. Une visite guidée avec le maire de la ville de Boma a permis au Ministre et sa délégation de s’imprégner de l’état des sites touristiques. Ce périple s’est clôturé à Moanda où le Dr Yves Bunkulu Zola a annoncé plusieurs projets, à court et moyen terme, dans le but de relancer le tourisme dans cette province.

Constat mitigé

La visite d’inspection du Ministre du Tourisme et sa délégation au Kongo Central s’est terminée par un constat mitigé. « Notre constat est mitigé. Je tiens à relever que le passage de notre délégation dans le territoire de Moanda symbolise la détermination du gouvernement de relancer le secteur du tourisme à travers la réhabilitation des différents sites. Nous vous annonçons que le gouvernement va réhabiliter tous ces sites que nous avons visité en commençant par le site de Mvula qui est un site par lequel tous les esclaves étaient embarqués depuis la colonie du Congo pour les Amériques. A côté de ces sites, nous promettons la réhabilitation de la plage de kumbi et de tonde. Au niveau de l’embouchure, nous allons ériger une stèle, pour que tout touriste comprenne où il est », a indiqué le Ministre du Tourisme, s’adressant à la presse sur la plage de Moanda qu’il a ouvert au public, une année après sa fermeture.

L’embouchure du fleuve Congo qui est un site touristique exceptionnelle, selon le Ministre, fait partie des sites naturels. Il en a profité pour annoncer à la population la reprise des activités touristiques après la levée des mesures de confinement liées à l’état d’urgence sanitaire. Cette reprise devra se faire dans le strict respect des gestes barrières, a-t-il conclu. Il aura fallu 4 jours pour faire cette inspection qui devra produire ses premiers résultats dans un futur proche a rassuré le Ministre National qui reste très regardant pour l’exécution sans faille des tâches qu’il a confiées à ses collaborateurs et à l’administration du tourisme.

FELLY MPONGO

Réformes électorales : le groupe de 13 personnalités déjà à Lubumbashi pour rencontrer Katumbi

Toujours dans la recherche d’un consensus sur les reformes électorales pour les élections prochaines en République démocratique du Congo, le groupe de 13 personnalités est arrivé ce mercredi 26 août 2020 à Lubumbashi, dans la province du Haut Katanga pour rencontrer plusieurs autres personnalités dont Moïse Katumbi.

Après une série de rencontres à Kinshasa avec Adolphe Muzitu et Martin Fayulu en début de semaine, le G13 est arrivé le mercredi à 21heure à Lubumbashi pour une série de réunions dans le cadre de la recherche du consensus le plus large possible sur les réformes électorales.

Ce groupe des députés, personnalités politiques et acteurs de la société civile, s’assigne pour objectif de consulter toutes les couches du pays en vue de proposer des résolutions qui permettront d’opérer des réformes sérieuses du système électorale en RDC.

F.O

RDC : Le Tabac Shikata interdit sur le marché

Dans une note circulaire adressée aux inspecteurs provinciaux de la santé, L’inspection général de la Santé ordonne le retrait du Tabac Shikata de tous les marchés de la république démocratique du Congo.

En croire la note circulaire de l’inspection générale, par sa lettre n• Réf/ FNLCT/ DN/ CB.ETP/ 057/ 2020 du 26 juin 2020, le programme National de lutte contre la Toxicomanie et les substances, dénonce l’utilisation excessive et abusive du Tabac shikata par la population à des porpotions inquiétante et nuisible pour la Santé.

 » Ce produit d’origine indienne frauduleusement dans le territoire national sans bulletin d’analyse ni autorisation de mise sur marché » alerte t’elle.

Et d’ajouter  » En vue de prévenir la santé et le bien être de notre population, surtout les jeunes, les inspecteurs provinciaux sont Chargé de saisir et retirer du marché tous les stocks de ce produit à base d’opiacées afin de préserver notre population de ses méfaits ».

Shikata, est le nouveau Tabac le plus consommé par les jeunes actuellement.

F.O

Kinshasa: L’entrepôt du PEV/Kinkole désormais opérationnel

Grâce à un protocole signé entre le Ministère de la Santé de la République démocratique du Congo et les fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), l’entrepôt du PEV de Kinkole dans la commune de la N’sele est désormais opérationnel.

Cet entrepôt moderne situé à kinkole dans la commune de N’sele ,à 40 kilomètre du centre ville de Kinshasa ,avec son magasin sec et ses chambres froides de dernière génération, a été inauguré le 10 octobre 2018,est le plus grand du genre,construit en Afrique centrale et dans un pays soutenu par Gavi.

Il facilite le stockage de vaccins et autre intrants de la vaccination et renforce la chaîne du froid pour permettre de le rendre disponibles ,les vaccins de qualité dans l’ensemble du pays en particulier dans les zones de santé les plus reculées et difficiles daccès.

Cet exploit réalisé grâce au protocole signé entre le ministère de la santé et les fonds des nations unies pour l’enfance, (l’UNICEF) , peut désormais stocker son matériel et equipements l’entrepôt central du programme élargi de vaccination( PEV) à kinkole .

La signature de ce partenariat intervient un peu plus de deux semaines après l’incendie de l’entrepôt de l’UNICEF .

Cet accord de partenariat permettra à l’organisme onusien d’assurer la continuité des services d’approvisionnement et de faire en sorte que les produits vitaux pour améliorer la santé ,l’education ,la sécurité et le bien être des enfants soient réceptionnés ,entreposés et expédiés dans les provinces ciblées en toute sécurité selon un communiqué de presse parvenu à la rédaction de replik.cd .

Pour rappel, un incendie s’est déclaré le 10 Août 2020 dans l’entrepot de l’UNICEF à Kinshasa, ce qui a détruit un stock important de matériel et équipements mais aucune perte en vie humaine n’a été signalée.

Joseph kayembe

Pascal Mukuna déjà à Bandalungwa

Le Président de du FC Renaissance et Pasteur Responsable des ACK est présentement en route vers chez lui.
Une foule nombreuse l’accompagne alors qu’elle a été évitée la journée.

La nouvelle est confirmée par Maître Jean Claude Katende, Vice-président de l’Éveil Patriotique.
 » Enfin l’Eveque est dehors vers Bandal, remerciements à tous » a écrit JC Katende l’un des Avocats de Mukuna sur sa page Facebook.

Edoba

Zoé Kabila déguerpi de sa parcelle de Macampagne

La famille Sakombi vient d”être rétablie dans ses droits ce mardi 25 août, en récupérant leur résidence de Joli Parc à MaCampagne, dans la commune de Ngaliema, spoliée depuis plusieurs années.

C’est le gouverneur de Tanganyika, Zoé Kabila, frère à l’ex président Joseph Kabila qui l’occupait depuis bon nombre d’années.

« L’Etat de droit en marche », scandent les voisins de cette parcelle querellée.

Edoba

L’évêque Pascal Mukuna toujours à Makala (situation à 14h50′)

Le pasteur Pascal Mukuna n’est toujours pas sorti de la prison.
Les fidèles de son église ACK et les supporters de l’équipe de Renaissance attendent impatiemment la sortie de leur pasteur et président, après son l’acquittement lundi 24 août par le Tribunal de grande instance de la Gombe.

Aucun signal de sortie, les fanatiques et sympathisants de Mukuna déplorent le retard et veulent marcher en cas de persistance.

 » Nous n’irons nulle part si Mukuna ne sort pas de Makala aujourd’hui. Nous croyons à l’état de droit instauré par le Chef de l’État , Félix Tshisekedi et à la justice congolaise , nous espérons qu’il sortira ce soir. » Ont-ils déclaré.

Mais selon certaines indiscrétions, vu la foule aux alentours de la prison venue attendre l’évêque, ce dernier ne pourra sortir que la nuit pour éviter le dérapage à la cité.

Felly Mpongo

*EPST ; les finalistes du primaire présentent le TENAFEP ce mercredi 26 août*

Les examens de fin de cycle primaire seront organisés dès ce mercredi 26 août 2020 sur toute l’étendue du territoire national.
Ce, conformément au calendrier réaménagé du ministère de l’enseignement primaire secondaire et technique ( EPST).

Plus d’un million des finalistes en RD Congo, candidats à l’Examen d’Etat et au Test national de fin d’études primaires (TENAFEP), se retrouveront dans leurs centre rue respectifs pour passer ce test.

Concernant la prime des correcteurs et surveillants, le ministre de tutelle , Willy Bakonga rassure que les dispositions sont prises pour le bon déroulement des épreuves et les soucis financiers seront très vite réglés d’ici quelques heures.

” Toutes les males sont déjà acheminées en provinces. Il y a seulement des petits réglages à faire. On attend juste une petite précision au niveau du ministère des finances avec qui nous sommes en contact permanent. Ça sera décanté d’un moment à l’autre ”, a t-il indiqué.

Par ailleurs, ces examens seront organisés en deux jours soit entre le 26 et 27 août 2020.

Il convient de rappeler que l’ESPT avait rendu public un calendrier qui s’étalait sur 30 jours pour la récupération des matières dans le programme. La pandémie à Covid-19 avait occasionné un arrêt brusque de cours pendant près de 5 mois , Willy Bakonga et tout son ministère s’étaient organisés à dispenser les enseignements en ligne.

Edoba

Covid-19/Kasaï central : l’UNICEF vient en aide aux finalistes du secondaire et du primaire

Dans le compte des épreuves nationales de l’enseignement primaire ,secondaire et technique, notamment le test national de fin d’études primaire, (TENAFEP) et les épreuves préliminaires et ordinaires d’État, l’agence de Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) a doté la province éducationnelle du Kasaï central 1 de quelques matériels pour la lutte contre la Covid-19. Il y a entre autre les thermoflashs, les caches nez et les dispositifs des lave-mains.

C’est le directeur provincial de l’EPST Kasaï central 1, Mr Léon Tosuesue qui l’a révélé à replik.cd

« Nous sommes très contents et nous saluons en même temps ce geste de nos partenaires de l’UNICEF. Nous promettons de faire le nécessaire pour les élèves finalistes qui seront dans les différents centres pour que la passation de ces épreuves puissent avoir la garantie en ce qui concerne la lutte contre la Covid- 19.

Il a profité de l’opportunité pour inviter d’autres volontaires a emboîter les pas à l’UNICEF afin d’assurer la disponibilité des règles barrières sur l’ensemble de sa juridiction éducationnelle.

Il convient de rappeler que le TENAFEP et les préliminaires des examens d’État sont fixés au 31 août, tandis-que la session ordinaire pour le secondaire débutera du 7au 10 septembre 2020.

Joseph Kayembe

« La démarche du groupe de 12 personnalités est brillante et très bonne » (Adolphe Muzito)

Le groupe de 12 personnalités signataires de l’Appel du 11 juillet a été reçu, lundi 24 août, par Adolphe Muzito, ancien Premier ministre et un des coordonnateurs de la plateforme Lamuka.

Après leurs échanges, l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito a loué l’initiative du groupe de 12 qu’il qualifie de« brillante et très bonne ». Cependant, bien que qualifiant cette initiative de « brillante et très bonne », le président du parti politique Nouvel Élan se pose une série de questions, notamment sur l’avenir des résolutions qui seront issues de ce consensus recherché.

« Maintenant, il s’agira de voir quelle instance va abriter ce consensus avec quelle compétence, lui dévolue par quel organe, et toutes les résolutions qui feront l’objet du consensus au niveau de la classe politique, en quoi elles seront opposables, contraignantes vis-à-vis des institutions que nous, Lamuka, recusons ?», s’est-il interrogé devant la presse.

Profitant de l’occasion, ce cadre de l’opposition politique a rappelé la proposition faite par sa plate forme Lamuka à travers le candidat malheureux à la présidentielle de 2018, Martin Fayulu, relative à la mise en place du Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles (HCNRI).

L’agenda du groupe de 12 a prévu de rencontrer le même lundi Martin Fayulu Madidi, président de l’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé) . Chose faite, le Candidat malheureux à la présidentielle de 2018 les a reçus en début de la soirée.

Edoba

Nord Kivu : Julien Paluku et Justin Kalumba lancent le projet d’appui aux PME

A Goma, les ministres de l’industrie, Julien Paluku et Justin Kalumba de Petites et moyennes entreprises, en séjour au Nord-Kivu, ont lancé, lundi 24 août, dans la ville de Goma, le projet d’appui au développement de Petites et moyennes entreprises pour 4 villes pilotes dont Kinshasa, Goma, Lubumbashi et Matadi.

Ce projet, financé par la Banque mondiale à hauteur de 100 millions de dollars américains, est une initiative du gouvernement congolais qui vise à créer au moins 9.000 emplois et à soutenir plus de 700 entrepreneurs principalement dans les villes précitées.

Julien Paluku et Justin Kalumba Mwanangongo, qui ont présenté les critères d’éligibilité aux subventions, ont encouragé les jeunes et les femmes entrepreneurs à miser beaucoup sur la créativité pour contribuer au développement de la RDC.

Au cours de cette cérémonie, qui a également connu la participation de certaines personnalités dont des députés, les 2 membres du gouvernement central ont annoncé des subventions en faveur de plus de 2000 femmes et l’appui à 4 000 nouvelles PME. Les Gomatraciens sont mobilisés pour ne pas rater cette opportunité.

Edoba

La VSV invite le Gouvernement à supporter les soins de Vital Kamhere !

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a appris le transfert, dimanche 23 août 2020, de Vital Kamhere, Président national de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) , dans une institution sanitaire de la place pour des soins appropriés suite à la dégradation de son état de santé.

Pour la VSV, Vital Kamhere, à l’instar de tout être humain et quels que soient les faits lui reprochés, a des droits, entre autres celui aux soins de santé garantis par la Constitution de la RDC et autres instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Tout en félicitant les autorités congolaises pour ce transfert, la VSV regrette cependant que ce transfert soit intervenu après la dégradation de l’état de santé du président national de l’UNC.

L’organisation fondée par feu Floribert Chebeya exige que les autorités congolaises fassent de la santé des prisonniers et autres détenus une des préoccupations majeures dans la gestion des affaires publiques de l’Etat en vue de garantir leur droit à la vie.

La VSV en appelle à la bonne volonté politique des autorités congolaises pour l’humanisation des conditions de détention dans tous les milieux carcéraux en RDC et cela doit impérativement passer entre autres par des subventions conséquentes de la part de l’Etat congolais.

Vital Kamerhe qui serait extrêmement souffrant a été évacué d’urgence après avoir été victime d’un malaise qui se serait accentué dans la soirée du dimanche 23 août 2020 à la Prison Centrale de Makala où il est détenu depuis avril 2020 dans le cadre du dossier de détournement des fonds alloués au Programme d’urgence de cent (100) jours du Chef de l’Etat.

Edoba

*Le diocèse de Popokabaka a un nouvel évêque*

Fridolin Ambongo, évêque métropolitain de Kinshasa et Cardinal, a présidé dimanche 23 août 2020 à Popokabaka, dans la province de Kwango, la célébration eucharistique de l’intronisation de Monseigneur (Mgr) Bernard Marie Fansaka Biniama, nouvel évêque du diocèse de Popokabaka.

Nommé par le Pape François et âgé de 60 ans, Mgr Bernard Marie
remplace l’évêque Louis Nzalakianza.

Le Président de la République Félix Tshisekedi, invité à cette cérémonie, a été représenté par son directeur de cabinet adjoint en charge des infrastructures, ressources minières, hydrocarbures, énergie et technologies de l’information et de la communication Gety Mpanu Mpanu. Ce dernier a offert au nouvel évêque une jeep 4X4.

Aux dires des uns et témoignages des autres invités à ce sacre, la cérémonie a connu plusieurs allocutions. Dans son message, Mgr Bernard Marie a appelé ses fidèles à l’unité et au respect des mesures barrières pour vaincre la pandémie de Covid-19.

Edoba

Évêque Pascal Mukuna acquitté

L’évêque Pascal Mukuna est acquitté. C’est Me Jean Claude Katende, avocat et défenseur des droits de l’homme qui confirme la nouvelle. Il affirme que le Pasteur responsable de l’Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK) évêque Pascal Mukuna est acquitté et sort dans quelques heures ou demain matin à la prison centrale de Makala. A Bandalungwa, quartier général de l’ACK, la joie est à son comble.

La rédaction

Kasumbalesa : l’UDPS/Base Bilanga veut la tête du SG Kabuya

A Kasumbalesa, les militants de l’UDPS base Bilanga ont marché, tôt ce lundi 24 août, pour exiger la démission du Secrétaire Général du parti présidentiel, Augustin Kabuya.

Cette marche des combattants, partie du bureau de la base Bilanga, se sont dirigés à la mairie de Kasumbalesa, scandant les chants hostiles à Kabuya qu’ils accusent  » d’avoir pris en otage le parti sans mandat de la hiérarchie ».

Pour rappel, Augustin Kabuya a pris la décision allant dans le sens de méconnaître la qualité du cadre ou mandataire de l’UDPS à Isaac Tshiswaka. Ceci a suscité la colère des jeunes se réclamant de l’UDPS Base Bilanga, qui sont descendus dans les rues pour renouveler leur soutien à Tshiswaka et désapprouver la décision de Kabuya.

L’avant midi de ce lundi, la situation était confuse et les activités à Kasumbalesa étaient à nouveau perturbées. Au niveau de Lubumbashi, les Cadres de l’UDPS veulent voir l’autorité provinciale s’impliquer pour rétablir l’ordre se basant sur la décision du SG Kabuya. Ce que la base Bilanga ne veut entendre.

Edoba

Kinshasa : Tshangu, ce faiseur des leaders

Jean-Pierre Bemba, leader du mouvement de libération du Congo (MLC) avait choisi de commencer sa marche 13 juillet, à Tshangu. Plusieurs autres leaders préfèrent bien ce district situé à la sortie de la ville de Kinshasa. A qui appartient la majorité de la Tshangu ? Ces questions valent leur pesant d’or et reviennent constamment lors qu’il y a marche des partis politiques.

Le district de la Tshangu, regroupant les communes de Masina, Ndjili, Kimbanseke et N’sele, est surnommé avec raison « Chine populaire ». C’est la partie la plus populeuse et mouvementée de la capitale Kinshasa.

Sa population est très mobilisée pour des manifestations de toutes les couleurs. Un sociologue contemporain parle « d’une couche populaire malléable « , parce qu’elle se laisse pénétrer par toutes sortes de discours.

La marche organisée par Lamuka, lundi 13 juillet, est venue confirmer cette thèse. Les leaders de cette plateforme avaient prévu le Palais du peuple comme point de chute de leur marche, mais ils choisissent tous et à dessein de débuter par la Tshangu. Jean-Pierre Bemba habite Gombe, mais préfère aller à la Tshangu, passant devant sa base de l’avenue de l’Enseignement dans sa jeep.

Lisanga Bonganga, Daniel Nsafu, Mike Mukebay et tous les autres cadres de Lamuka ont préféré commencer par là. Oui, là-bas ils ont drainé des foules nombreuses, mais pour un court parcours.

Quand Martin Fayulu organise une marche, Tshangu est le point de départ. Samedi 22 août, à son retour des USA, il a tenu un meeting au terrain Sainte Thérèse de Ndjili. Mais pourquoi préfèrent-t-ils la Tshangu ?

Tous les leaders de Lamuka qui n’habitent pourtant pas ce district, ont la même stratégie : Tshangu. Un champ où tout le monde peut glaner. A première vue, Lamuka a une majorité écrasante de ce côté là. Mais non, Joseph Kabila est aussi applaudi là-bas, quand il en a envie. Il suffit qu’il salue un groupe de gens en passant, ce sont toutes les communes qui accourent chanter à sa gloire.

Quand Félix Tshisekedi et Jean-Marc Kabund passent aussi par là, personne ne reste à la maison. Leur passage s’apparente à l’entrée messianique à Jérusalem.

A dire vrai, la majorité de Tshangu est impersonnelle, virtuelle. Le défi est lancé aux plateformes politiques. Le seul thermomètre pour prouver sa majorité a Kinshasa, est de commencer sa marche à partir de la Tshangu jusqu’au Palais du peuple. Tshangu accueille tout le monde. Il avait accueilli les rebelles du RCD. » Vive la démocratie « , pouvait-on lire sur les calicots à l’entrée de ces rebelles, avant de les pourchasser.

La majorité de Tshangu constitue un agrégat. N’importe quel leader peut la mobiliser. S’en approprier est erroné, une erreur volontaire. Un musicien congolais l’a si bien dit dans l’une de ses chansons : » Si vous jouez l’enlever des rideaux de la rencontre Vita-Imana au Stade, ces spectateurs qui vous applaudissent ne sont pas venus pour vous. Ne vous dites pas populaire « .

Pour le professeur Godefroid Ilonga, sociologue de son état, « seul Étienne Tshisekedi a été le seul capable de mobiliser de la Tshangu jusqu’au Palais du peuple, et cela plusieurs fois« .

Pour le sociologue, Lamuka sait toujours qu’il lui est impossible de mobiliser jusqu’au Palais du peuple, voilà pourquoi il préfère le raccourci. Mobiliser à Tshangu est plus facile qu’à Mont Amba, Lukunga,…

« Après la danse, les tambours pèsent », enseigne un sage anonyme. Et un autre de renchérir : » La fête passée, adieu les saints« . Après la marche, Tshangu est oublié. Personne ne pense à cette population qui l’a applaudi et fait ses éloges. Aucun de ses leaders n’a construit là-bas ni dispensaire, ni école, pas même une résidence. Pourtant, beaucoup ne sont leaders qu’à Tshangu. Extirpé de là, on devient citoyen lambda. A ces leaders de penser au social de ce peuple qui lui est soumis.

Edoba

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?