RDC : Les expatriés arrachent économie et femmes

RDC : Les expatriés arrachent économie et femmes

La légèreté dans l’hospitalité de la République démocratique du Congo clochardise la population qui végète depuis des décennies. Le pays accueille chaque jour des étrangers, businessman et investisseurs-constructeurs, mais pas comme sous d’autres cieux. Au pays de Lumumba, les normes ne sont pas respectées.

Au Congo, les expatriés détiennent l’économie du pays, imposent leurs lois, ramènent la main d’œuvre de chez eux.
Quand un Libanais, Indien, Chinois ou Pakistanais arrive à Kinshasa, ce sont des Généraux et Colonels des Forces armées de la Rdc (FARDC) qui l’accueillent, lui font des courbettes et lui indiquent les raccourcis, le modus vivendi et operendi congolais.

A ce niveau, les procédures d’acquisition des documents sont au départ biaisées. Ce haut gradé de l’armée qui se comporte en boussole et protecteur indique à son hôte la voie à suivre. Oui, il a déjà empoché sa cagnotte. Même les véhicules et marchandises échappent au contrôle de certains services de l’Etat.

Aux ports ou aux frontières, les convois sont dédouanés par le Général lui-même gratuitement ou moyennant 1% du montant normal. Ces pratiques sont connues de l’Etat, lui-même impliqué et submergé jusqu’au cou.

L’Indo-pakistanais, Libanais ou Chinois devient maitre sur une terre étrangère. Il est désormais intouchable. Il traque qui il hait, il punit quand il en a envie, il gifle impunément les vendeurs nationaux à son gré.

Même les petits commerces
A Kinshasa, les expatriés vendent en gros et détail. Les fameux Chinois vendent tout, même les beignets et saucissons, commerce du reste, réservé aux nationaux. L’Etat le sait, le voit et encourage le système. Ces manœuvres sont bien structurées au plus haut niveau. L’Etat le sais, le voit et l’encourage, parce qu’il a reçu pots-de-vin.

Au Congo Kinshasa le Libanais fixe des prix déloyalement. Il exploite les jeunes filles vendeuses qui touchent 50 à 70$ en francs congolais le mois. Pourtant, le travail ne respecte aucune norme. Les nationaux y travaillent du lundi à samedi, de 7h à 22h, surtout dans des supers marchés.

Le Libanais et ses amis Indo-pakistanais manipulent l’économie du Congo à leur guise. Cependant, l’Etat congolais le sait, le voit et l’encourage, parce que certains agents de l’État ont été monnayés.

Des Congolais complices
La plupart des immeubles qui croissent à travers la capitale appartiennent aux expatriés. La main d’œuvre est étrangère. Les agents de l’Etat n’accèdent presque pas dans les concessions où ces maisons sont construites. Des politiciens en ont trouvé des astuces pour échapper au contrôle des ministères concernés. Beaucoup de politiques s’allient aux expatriés pour éviter de perdre leurs immobiliers en cas de changement de régimes. Des biens mal acquis. L’Etat le sait, le voit et l’encourage.

Dans ces immeubles, c’est le blanchiment d’argent. Des trafics d’êtres humains se font dans ces immeubles des Libanais, Indiens, Pakistanais et Chinois.

Le trafic du sexe y a élu domicile. Des filles y sont séquestrées et y laissent la peau. Beaucoup d’entre ces étrangers ne payent presque pas l’impôt et autres taxes de l’État. Ils ont des parapluies. Des Généraux et Colonels des FARDC ou de la Police. L’Etat lui-même le sait, le voit et le permet. Pourtant, si tout était bien organisé, le pays profiterait de ces investissements et construirait son économie pour colmater les brèches.

Actuellement la crise qui secoue le pays est complexe. Et l’Etat qui a perdu le contrôle de son économie a difficile à la mâter. Tout ça parce que sans le savoir, des dirigeants avaient bu de la mauvaise eau. Tous encouragent le Chef de l’Etat qui a bien mis du sérieux à l’inspection générale des finances. Le peuple pense que le nouvel inspecteur mettra de l’ordre dans ce secteur comme il l’a lui-même déclaré le jour de la remise et reprise. Jules Alingete a déjà annoncé ses couleurs. Des gens comme lui sont combattus, pourtant !

En claire, la lutte contre la corruption, l’enrichissement illicite, les fraudes fiscales, le trafic d’influence,…., voilà autant de maux qui ont aliéné l’économie du pays. Le Chef de l’Etat est appelé à matérialiser -ses multiples promesses afin d’améliorer le climat des affaires. Le peuple a besoin du changement structurel, changement de mentalité, changement de gouvernance. Les nationaux ne sont pas à sacrifier pour des intérêts des Libanais, Chinois, etc. C’est maintenant ou jamais.

Edoba

Please follow and like us:

REPLIK

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?