Lutte contre certaines exonérations :Quand un expert critique sans proposer une solution

Des langues se lèvent ce dernier temps pour critiquer le travail que fait l’inspection générale des finances (IGF). Certes, c’est leur droit le plus légitime, mais pourquoi critiquer sans donner la solution à une situation des exonérations dont certains opérateurs conscients et patriotiques estiment qu’elle devenait de plus en plus un danger pour les finances publiques ?

Selon le rapport crédible de la direction générale des douanes et accises , la situation des exonérations dans notre pays est une gangrène financière.

En effet , la DGDA perd la moitié de ses recettes avec des exonérations dont certaines sont sans impact réel sur l’économie du pays.
Que dire des exonérations accordées aux ASBL ?
Que dire des dispositions légales qui conditionnent le maintien des exonérations par la réalisation de la contrepartie exigée au bénéficiaire lors de l’octroi de cet avantage ?

Tout recensement, l’ANAPI a fait retirer
l’exonération de la société Hany qui l’avait sollicité dans le cadre du code des investissements pour construire un hôtel à Goma mais dont la DGDA , service employant des directeurs chevronnés véritables experts en matière d’exonération, avait constaté que les ciments et barres de fer de ce projet sortaient de Lufu dans le Kongo central sous prétexte d’être acheminés à Goma, on ne sait par quelle voie .

Halte à une fausse expertise, car le Congo souffre avec des fossoyeurs économiques qui recrutent les experts pour saper tout effort de redressement de notre pays .

il est impérieux que l’expertise dont se prévalent certaines personnes, soit mise à contribution pour redresser la DGRK et la gestion de la ville .

D’aucun trouve en cette intervention inopportune de l’expert en mal de vedettariat, une crainte du contrôle de gestion que l’inspection générale des finances effectue actuellement dans les finances de la ville dont les conclusions sont attendues .

La critique est aisée mais que propose l’expert pour l’amélioration de la mobilisation des recettes ?

« Nous voulons des solutions et l’inspection générale des finances marquent des points alors les promesses de la campagne électorale sont restées pour beaucoup « , indique un économiste averti.

« Fatshi réussira », avertit un membre d’un mouvement citoyen qui se réjouit du contrôle de l’IGF. Et ce dernier de conclure « Les stratégies machiavéliques seront déboulonnées ».

LM

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?