Jour : 16 août 2020

RDC : Jacky Ndala appelle les acteurs politiques congolais à impulser un changement intégral et impératif.

Jacky ndala , secrétaire Général Adjoint chargé de la coordination de la jeunesse de l’Ensemble pour Le changement invite Felix Tshisekedi, Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Adolphe Musito à jouer un rôle important de dose de volonté politique dans la situation que connaît le Congo Kinshasa.

 » Sérieusement, il est urgent que chacun d’eux, individuellement ou en commun accord, puisse influencer, et impulser un changement intégral et impératif à ce pays aujourd’hui moribond à la merci du FCC.

Le Kongo de demain se positionne aujourd’hui et maintenant. Le véritable changement s’impose. » a-t-il déclaré.

Felly MPONGO

Lomami : du flou dans la gestion des fonds de riposte

Le gouvernement central de la RDC a doté chaque province d’une bagatelle somme de 150 milles dollars américains pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Si dans d’autres provinces il n’y a aucun soupçon de de mégestion jusque là, dans la province de Lomami, c’est le grincement des dents. Dans cette province, les fonds de riposte de la Covid-19 connait un désordre organisé. Selon un médecin chef de zone de santé dans le territoire de Ngandajika qui a requis l’anonymat, depuis toujours les autorités provinciales affirmaient n’avoir jamais touché la somme de 150.000$.

Mais quelle ne fut la surprise, le vendredi 14/08/2020, alors que les différents médecins chefs de zones de santé (MCZS) de la province étaient en atelier de micro planification dans la salle polyvalente Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku à Ngandajika, ces derniers ont vu débarquer un homme de l’équipe de la division provinciale de la santé qui a commencé à leur distribuer de l’argent par zone de santé, pour les agents commis sur les écrans de surveillance et prélèvement de température aux usagers de route. Et cela à l’insu total des comités locaux multisectoriels de riposte.

Le recoupement de plusieurs témoignages à Ngandajika indique que cette réunion extraordinaire du comité multisectoriel territorial de riposte s’est terminée en queue de poisson, pour des raisons bien évidentes.

D’abord les médecins chefs de trois zones de santé sont venus présenter l’argent reçu des membres du comité pour les dispositions à prendre en vue de payer les prestataires positionnés sur les postes de surveillance. Cependant, le comité a refusé d’endosser parce que la voie suivie pour l’octroi de cette somme est viciée.

En plus, le comité n’a jamais été informé de l’arrivée des fonds à Kabinda, chef-lieu de la province et de modalités de décaissement.

Surtout que le comité ne connaît le paquet minimum qui revient à Ngandajika dans les 150.000$, voilà qui fait rechigner.

Pour les participants à ladite réunion, les prestataires de terrain sont des personnes responsables qui ont rendu service depuis le mois d’avril sans assistance ni des autorités locales ni provinciales, payant souvent les piles pour ravitailler les thermoflash qu’ils utilisent, sans restauration et autres, alors que la récompense de leur prestation dans l’argent versés aux MCZS est très dérisoire, représentant 19.500fc par mois.

Pour plusieurs analystes, la somme de 150 milles dollars destinés à la riposte contre la Covid-19 a été détournée dans la province de Lomami. Et pour effacer les traces et enfariner les prestataires et autres agents, de petites sommes se distribuent entre copains.

Mais qui a détourné ces fonds ? Voilà le travail que doit faire la justice pour rétablir les responsabilités. L’État de droit c’est aussi punir de manière exemplaire ceux détournent les biens publics, mais aussi les salaires et primes des pauvres agents ayant pourtant presté.

Edoba

L’ICCN reprend ses activités touristiques

C’est par le Sud Kivu que le tourisme reprend ses activités. Le ministre provincial en charge de transport, communication, tourisme, Sweddy Basila, a procédé, samedi 15 août, à la relance des activités de tourisme à l’Institut congolais pour la conservation de la Nature (ICCN).

Cette relance intervient quatre mois après le confinement sur toute l’étendue du territoire congolais. Le Parc National de Kahuzi Biega (PNKB) a été choisi pour recevoir la forte délégation du gouvernement provincial du Sud-Kivu, conduite par le ministre Sweddy Basila, afin de se rendre compte de la manière dont ce patrimoine mondial a été impacté par la pandémie de coronavirus.

En compagnie de son collègue Rodin Aochi, ministre provincial en charge du Plan et Budget, Sweddy a été émerveillé par de cette aire protégée, convoitée par plusieurs touristes venant de quatre coins du Monde.

Typson Idumbo, secrétaire exécutif adjoint du Gouvernement provincial Sud-Kivu a encouragé les agents de l’ICCN à ne ménager aucun effort pour que toutes ces espèces rares que regorge Kahuzi Biega soient toujours protégées.

Cette visite d’itinerance au sein du PNKB a permis au patron du tourisme au Sud-Kivu, de s’enquérir de toutes ces potentialités que regorge ce patrimoine mondial.

Selon lui, le secteur du tourisme a été frappé par la Covid-19, cause pour laquelle un plan Directeur National du tourisme a été mis en œuvre et sera validé bientôt à Kinshasa, afin de palier à toutes ces difficultés liées au tourisme en RDC.

Il a promis de mener un plaidoyer au niveau national pour que ce secteur génère des recettes au profit de sa province et son pays.

Edoba

Kinshasa : la distanciation physique non respectée dans certaines églises

Au regard de la ronde effectuée par votre rédaction ce dimanche 16 août 2020 dans certaines églises de la ville de Kinshasa, un constat de non respect de la distanciation physique a été fait.

Néanmoins, d’autres gestes barrières tels que le port obligatoire de masque, le lavage des mains et un test avec le Termoflashs étaient d’une observance totale pour chaque croyant avant de faire son entrée à l’église.

Les cultes en espace trop réduit n’ont pas respecté la distance d’un mettre par faute d’espace. Par contre, les autres églises comme Catholique, Nzambe Malamu, Dieu vivant, Béthel etc., on ténu au respect de la distanciation physique. Certaines d’entre elles ont même restauré le système de plusieurs cultes pour éviter de contact physique entre croyants.

Après près 5 mois de confinement, les églises ont leur droit. Très excités, les chrétiens ont rempli les maisons de prière pour rendre grâce au Seigneur .

F.O

Une partie de la société civile appelle au dialogue !

En République démocratique du Congo (RDC), quelques organisations de la société civile et les mouvements citoyens regroupés au sein du collectif d’actions de la société civile (CASC) ne intensifie son plaidoyer auprès du Chef de l’État, Félix Tshisekedi pour la convocation d’un dialogue national inclusif pour débattre sur l’avenir du pays.

Pour ce regroupement, l’enjeu national reste la bonne tenue des scrutins de 2023. Les manifestations connues ce dernier jour à travers le pays contre la désignation de Ronsard Malonda sont la preuve que les Congolais attendent les élections en 2023. D’où la nécessité des reformes.

Seul CASC, la difficulté à pouvoir dégager une osmose républicaine entre les forces politiques de la coalition est un indice susceptible de permettre le recours aux voies extra institutionnelles qui impliquent toutes les forces vives de la nation afin de repenser sur la voie commune à suivre.

« En plus, il est plus que jamais impérieux de revisiter le parcours de la République durant ces 60 années et d’en dégager nos forces en vue de les consolider et nos faiblesses pour réajuster le tir et entrevoir sereinement l’avenir », suggère Joseph Nkinzo, coordonnateur national du Casc.

Ce dernier estime que ce dialogue souhaité par son regroupement consiste à apaiser la situation politique actuelle tendue entre les alliés au sein de la coalition,
construire des bases solides à l’effet de mettre en place les fondements de la Nation d’une manière consensuelle ,
procéder aux réformes électorales en vue de la bonne tenue des scrutins de 2023.

Pour les signataires, ce dialogue sera une occasion non de partage de gâteau mais une rencontre en vue de
l’élaboration d’un cahier de charge national auquel devra se référer les animateurs des institutions publiques à l’avenir.

Il convient de rappeler que le collectif d’actions de la société civile est composé des mouvements citoyens tels que Filimbi, Lucha, Compte à rebours, Il est temps,. Mouvement Peuple RDC, Eccha , Cocorico RDC… et les organisations de la société civile comme Voix des sans voix pour les droits de l’homme (Vsv), ACAJ, Forum Michee, Feso, Sofelco, Forum congolais (FC), Idgpa…

Edoba

ESU : une session extraordinaire organisée à l’Université de Kananga

À Kananga l’université notre dame du Kasayi a depuis vendredi 14 août invité les promotions n’ayant pas fini la session de février à se présenter aux épreuves dans leur site de Kambote.

Dans le respect strict des mesures barrières, cette session se déroule sous l’œil vigilant des autorités académiques de cette Alma mater.

Contactés à ce sujet par Replik.cd, certains étudiants notamment ceux de la médecine déclarent être surpris et disent que le confinement a changé la couleur de l’année et qu’il fallait un temps pour se rattraper.

Mais pour les autres, cette décision est bonne car ils doivent sauver l’année et équilibrer les programmes de cours.

Il convient de signaler que l’UKA est une université publique implantée à la Coline sacrée de la localité Kambote dans la commune de Lukonga au Kasaï central.

Cette université organise 5 facultés à savoir : Médecine, Droit, Informatique, Économie et Architecture.

Pontien junior Lushiku

Haut-Uélé : 4 morts dans un accident de circulation

Un camion de marque Fuso, a connu l’accident sur la colline Tanzi, non loin du village Makoro sur la route menant à d’Aru, dans le territoire de Watsa.

Le fait s’est produit aux environs de 2 heures du matin de ce samedi 15 août. Ce camion se dirigeait au grand rendez-vous du marché de Duembe à Durba dans la province du Haut-Uélé.

Les sources sur place indiquent que le bilan de cet accident fait état de 4 personnes mortes, dont 2 femmes et 2 hommes, ainsi que 4 blessés graves, tous habitant le territoire d’Aru dans la province de l’Ituri .

Les corps de ces victimes ont été rapatriés dans leur territoire de provenance. Cette situation a créé l’émoi au sein de la population.

Edoba

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?