Lomami : du flou dans la gestion des fonds de riposte

Lomami : du flou dans la gestion des fonds de riposte

Le gouvernement central de la RDC a doté chaque province d’une bagatelle somme de 150 milles dollars américains pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Si dans d’autres provinces il n’y a aucun soupçon de de mégestion jusque là, dans la province de Lomami, c’est le grincement des dents. Dans cette province, les fonds de riposte de la Covid-19 connait un désordre organisé. Selon un médecin chef de zone de santé dans le territoire de Ngandajika qui a requis l’anonymat, depuis toujours les autorités provinciales affirmaient n’avoir jamais touché la somme de 150.000$.

Mais quelle ne fut la surprise, le vendredi 14/08/2020, alors que les différents médecins chefs de zones de santé (MCZS) de la province étaient en atelier de micro planification dans la salle polyvalente Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku à Ngandajika, ces derniers ont vu débarquer un homme de l’équipe de la division provinciale de la santé qui a commencé à leur distribuer de l’argent par zone de santé, pour les agents commis sur les écrans de surveillance et prélèvement de température aux usagers de route. Et cela à l’insu total des comités locaux multisectoriels de riposte.

Le recoupement de plusieurs témoignages à Ngandajika indique que cette réunion extraordinaire du comité multisectoriel territorial de riposte s’est terminée en queue de poisson, pour des raisons bien évidentes.

D’abord les médecins chefs de trois zones de santé sont venus présenter l’argent reçu des membres du comité pour les dispositions à prendre en vue de payer les prestataires positionnés sur les postes de surveillance. Cependant, le comité a refusé d’endosser parce que la voie suivie pour l’octroi de cette somme est viciée.

En plus, le comité n’a jamais été informé de l’arrivée des fonds à Kabinda, chef-lieu de la province et de modalités de décaissement.

Surtout que le comité ne connaît le paquet minimum qui revient à Ngandajika dans les 150.000$, voilà qui fait rechigner.

Pour les participants à ladite réunion, les prestataires de terrain sont des personnes responsables qui ont rendu service depuis le mois d’avril sans assistance ni des autorités locales ni provinciales, payant souvent les piles pour ravitailler les thermoflash qu’ils utilisent, sans restauration et autres, alors que la récompense de leur prestation dans l’argent versés aux MCZS est très dérisoire, représentant 19.500fc par mois.

Pour plusieurs analystes, la somme de 150 milles dollars destinés à la riposte contre la Covid-19 a été détournée dans la province de Lomami. Et pour effacer les traces et enfariner les prestataires et autres agents, de petites sommes se distribuent entre copains.

Mais qui a détourné ces fonds ? Voilà le travail que doit faire la justice pour rétablir les responsabilités. L’État de droit c’est aussi punir de manière exemplaire ceux détournent les biens publics, mais aussi les salaires et primes des pauvres agents ayant pourtant presté.

Edoba

Please follow and like us:

REPLIK

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?