Denise Nyakeru plébiscitée ultime recours

La percée de Denise Nyakeru Tshisekedi, première dame de la République démocratique du Congo dans l’autonomisation des femmes congolaises lui a valu différentes décorations et maints honneurs. Elle se trouve environnée de grandeur. En ressassant « Maman Denise talela biso likambo oyo » (Au secours ! Maman Denise, Ndlr), la population la proclame « dernier recours » et lui confie la médiation auprès des décideurs.

La notoriété quelle a obtenue grâce à ses abondantes œuvres à l’endroit des plus démunis, a fait d’elle l’un de rares personnages sur lesquels les Congolais peuvent compter.

Depuis un bon bout de temps, un cri du cœur va crescendo, émanant de divers quartiers de Kinshasa. La population de la capitale, collationnée à diverses difficultés, entonne la complainte « Maman Denise talela biso likambo oyo ». Cest un appel émouvant et pressant que lancent inlassablement les Kinois éreintés par une situation qui n’augure aucune issue. En groupe, ils en font un revenez-y, mieux une lamentation conçue et symphonique.

Référendum populaire

Denise Nyakeru est-elle devenue l’ultime recours pour les Kinois ? La question mérite son pesant d’or et les réponses sont partagées.

« Les gens ne se sont pas trompés d’adresse en recourant à la première dame. Son cœur plein de compassion rassure qu’elle peut, dans la mesure du possible, apporter un ouf de soulagement à une âme qui gémit », indique Thérèse de Ngimi, une de ses admiratrices.

Dans sa générosité, la première Dame aurait voulu secourir toute une multitude, mais elle est seule face à un nombre vertigineux de nécessiteux.
« Savoir partager est un don du ciel. Car beaucoup ont des combinaisons colossales, mais ne sont jamais hantés par le souci daider », a rassuré Maman Nana, choriste à la paroisse Sainte Anne.

Elle est médiatrice, un pont, un bridge, bref une passerelle entre décideurs et nécessiteux. Mais sa médiation est d’intercession. Elle intercède auprès de plus forts en faveur de plus piteux. Elle est la voix des sans voix et défend la cause des plus fragiles.

En disant « Maman Denise talela biso likambo oyo, la population la charge d’un mandat auprès des décideurs, ceux qui peuvent dénouer l’équation mal aisée.

Des attributions lui sont imposées sans son aval et, en sa qualité de mère de tout le monde, elle ne fait que s’en accommoder dans le but avoué de rendre service.
La population sest ainsi choisie sa plénipotentiaire, sa médiatrice.

A l’instar de toutes les femmes portant les fardeaux de leurs foyers, la première dame est une fervente croyante. Le souhait de tous est que la mère de la nation connaisse une très longue vie enveloppée de la vénération et de l’amour de son peuple.

Edoba

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?