Kinshasa : Les salons de coiffure poussent dans tous les ronds points

C’est phénoménal désormais. Se faire coiffer n’est pas encore un problème à Kinshasa. Le temps de la cherté de la coiffe est révolu, bienvenu celui des salons de coiffure à 1000 ou 1500 Franc congolais. Là, les coiffeurs sont à la porte de tout celui qui désire les soins de sa tête.

Ces salons sont à compter par centaines à travers les communes de Kinshasa. Le rond point Victoire en est l’échantillon. Un gagne-pain pour les coiffeurs mais un des lieux de beauté pour les nombreux clients qui les fréquentent.

La débrouillardise n’a pas de limite dans la capitale de la RDC. Beaucoup de jeunes, qui disent combattre l’oisiveté, ont trouvé un moyen de s’occuper. Ils tiennent dans plusieurs coins de la ville ces salons de coiffure.

Pour attirer plus des clients, ils ont opté pour les prix les moins chers. Alors que pour se faire coiffer il fallait débourser pas moins de 5 dollars US, aujourd’hui il n’en faut qu’un.
Ce qui attire les clients vers eux plutôt que les salons VIP. « Je fais ce travail juste pour trouver de quoi nourrir ma femme et ma fille », confie Guelord, 33 ans, coiffeur dans un de nombreux salons de coiffure de la place Victoire.

Son point de vue est partagé par beaucoup d’autres de ses collègues.
Tous prient que tous les jours soient samedi et dimanche, car c’est surtout le weekend qu’ils ont beaucoup de clients.

Cela se justifie par le fait que plusieurs fêtes, réunions de prière, des rencontres sont souvent prévus le weekend. « Les clients viennent souvent à la fin de la semaine. C’est peut-être parce qu’ils veulent débuter la nouvelle semaine propres ou parce qu’ils ont des rendez-vous ou des fêtes », explique Guelord.

Certains clients déplorent cependant le manque du sérieux de certains coiffeurs qui privilégient l’argent et non la qualité dans leur travail. « Beaucoup cherchent à coiffer plusieurs têtes pour avoir plus d’argent. Ils ne prennent pas assez de temps pour soigner », se plaint Serge, un client interrogé dans un salon de Victoire. Selon lui, il y a beaucoup d’aventuriers qui ont intégré ce métier en défaveur de vrais professionnels.

Ce qu’admet Guelord qui dénonce « les farfelus » de ce métier qu’il estime « noble ». « Ils abîment la réputation des coiffeurs. Ils doivent savoir que le client est roi. Il faut le respecter car sans lui ils n’auront pas l’argent qu’ils cherchent », a-t-il conseillé.

La situation des salons de coiffure est devenue un phénomène à Kinshasa. Ils ont envahi tous les espaces publics, ronds-points de la ville. Ce sont juste de petites pièces tantôt en bois, tantôt en métal ou en tôles, montées d’une toiture, peintes généralement en blanc-rouge.

Edoba

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?