JO de Tokyo 2020 : zéro pointé pour les Congolais

On ne fondait pas trop d’espoirs sur les représentants congolais aux Jeux olympiques de Tokyo : sept au total pour quatre disciplines (quatre en boxe, une en judo autant en taekwondo et en athlétisme).

Ce n’était qu’une illusion de croire, selon les sportifs avertis, que les ambassadeurs de la RDC à cette compétition allaient ramener ne serait-ce qu’une médaille, même de 3e catégorie (bronze) du Japon où se déroulait du 23 juillet au 8 août 2021.

Premier couac : changement de porte-étendard la veille du jour inaugural comme annoncé par les médias, en passant de la judokate Marie Branser (la Germano-congolaise, deux fois médaillée d’or des Jeux africains d’Antananarivo 2020 et de Dakar 2021) au profit du boxeur David Tshiama. Un acte qui n’a pas manqué de choquer de nombreux d’observateurs donnant la preuve d’un manque d’organisation au niveau du Comité national olympique congolais. Seuls le boxeur Tshiama et l’athlète Mwimba ont pu se qualifier au deuxième tour avant de baisser pavillon.

La question essentielle qui brûle les lèvres : »Comment peut-on s’engager dans une prestigieuse rencontre sportive que sont les JO
sans que ces représentants ne soient accompagnés au niveau du gouvernement encore moins du Comité national olympique ? Une négligence coupable qui, aux yeux de tous, mérite d’être sanctionnée. La délégation congolaise conduite par le président de la Fédération de boxe est arrivée le jour du lancement des JO.

La double médaillée d’or pouvait légitimement nourrir des regrets déjà à ce niveau-là avant de monter sur le tatami de Nippon Budokan et perdre la face devant son adversaire russe. Elle a fini par exprimer ses vifs regrets visiblement au bord du découragement. « Avec mes propres moyens, je me suis battue pour défendre valablement les couleurs congolaises mais en vain. Depuis notre arrivée au Japon, mon coach et moi étions isolés, aucun signe d’encouragements ni assistance financière », a-t-elle pesté sur les antennes de RFI.

La débâcle des Congolais à ces Olympiades doit-elle demeurer impunie ? Nous pensons que non ! Bien de ceux qui suivent de près l’évolution de notre sport fustigent le fait récurrent de la négligence devenue monnaie courante.

On note avec amertume qu’à chaque occasion du genre, nos sportifs sont toujours floués. Soit ils reçoivent leurs crimes en retard, soit pas du tout comme décaisseé par l’État congolais. Pour sa part, le secrétaire général aux Sports, Barthélemy Okito, a promis de suivre ce dossier de près pour en dégager les responsabilités.

Bona MASANU

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?