A la suite de l’interpellation du Ministre des PTNTIC au Parlement:L’option la plus facile pour Augustin Kibassa Maliba : ne pas revenir à l’Assemblée nationale

L’oral auquel s’est livré le ministre des PTNTIC (Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication), Augustin Kibassa Maliba, fut un exercice ardu, voire périlleux face aux représentants du peuple.

Il y a juste une semaine, il s’est présenté face à eux, à la faveur de l’interpellation initiée par un des leurs sur la nébuleuse taxe liée au RAM (Registre des appareils mobiles).

Redoutant d’être à nouveau chahuté à la suite de son intervention pas du tout convaincante à la plénière de l’autre jour, le ministre Augustin Kibassa Maliba a fait le choix de ne plus revenir sur ses pas pour affronter ces députés qui visiblement voulaient en découdre avec lui. Pour une bonne cause d’ailleurs. Soutenus qu’ils étaient par tout un peuple ou presque…
Ce n’est ni plus ni moins qu’une fuite en avant !

Le fait de ne pas se présenter à nouveau à l’hémicycle du Palais du peuple démontre à suffisance que la démarche est assimilable, ainsi que l’avait démontré plus d’un député, à une escroquerie populaire. Personne ne veut en entendre encore parler. Il suffit d’entreprendre un sondage auprès de la population pour s’en convaincre. C’est une évidence !

D’où la demande insistante de la suppression pure et simple de ces prélèvements qui ont agacé un plus grand nombre des Congolais, utilisateurs des téléphones mobiles. Lesquels complètement désaxés et désarticulés, se sont tournés du côté de qui de droit pour réclamer justice, voire remboursement.

Au demeurant, quelques-uns des députés l’ont raillé (lors de leurs différentes prises de parole) en ne lui épargnant pas des quolibets au point de qualifier ce fameux RAM (sans jeu de mots) de « rame de rasoir », au regard de son action dévastatrice.

Dans la foulée pour justifier l’existence de cette satanée taxe, le ministre des PTNTIC a avancé un chiffre : 25 millions $ (est-ce juste ?) déjà produits par cette imposition qui ne repose sur aucun soubassement légal. L’utilisation de cette manne encore moins…

Cela a été également prouvé par les députés dont quelques-uns ont été même soupçonnés avant le début de la séance d’avoir touché des sous pour se montrer moins intransigeants afin de laisser passer ce qui est perçu, aux yeux de la multitude, comme une supercherie.

Indignés, d’innombrables Congolais, fort désemparés, ont eu du mal à avaler l’information selon laquelle la séance programmée ce mercredi au Palais du peuple était reportée « pour des raisons techniques à la demande du gouverneur ».

C’est le lieu commun de le dire et la banalité de l’affirmer qu’on a évité à Augustin Kibassa Maliba une nouvelle humiliation. Tout compte fait, on l’attend au tournant…

B.M.

Please follow and like us:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
× Comment puis-je vous aider ?